Qu’est-ce-qui s’est passé en 2018 dans l’espace ?

Voici ma synthèse de l’année spatiale 2018. Elle n’est pas exhaustive évidemment car l’année a été très riche en événements et en annonces, certaines plus ou moins crédibles ou qui ne se réaliseront peut-être pas. Par manque de temps, plein de sujets font défaut et ne sont pas détaillés dans des articles spécifiques. Mais il y a quand même des articles à lire sur certains événements. Si vous les avez ratés, cliquez sur les liens !

De passionnantes missions d’exploration lointaine ou satellites scientifiques

Une année palpitante pour la science avec le lancement et le début de belles missions ou les premiers résultats.

?? L’orbiteur TGO d’Exomars est rentré en orbite finale autour de Mars après un aérofreinage en février et a commencé ses mesures de l’atmosphère martienne (par manque de temps, je n’ai pas écrit grand chose sur la mission depuis des mois ?…)

Première photo publiée le 26 avril de la mission Exomars 2016 montrant  un segment du cratère Korolev avec une couverture de glace sur une crête rocheuse (credit ESA/Roscosmos/CaSSIS)

⭐?? En avril, un nouveau télescope chercheur d’exoplanètes a été lancé : Transiting Exoplanet Survey Satellite (TESS). Il a déjà commencé sa mission de récolte d’images. Les données vont devoir désormais être analysées par les scientifiques et confirmées par des télescopes terrestres avant d’annoncer la découverte de nouvelles exoplanètes.

Le satellite TESS a pris cet instantané du Grand Nuage de Magellan (à droite) et de l’étoile brillante R Doradus (à gauche) avec un seul détecteur de l’une de ses caméras le mardi 7 août. Cette image fait partie de la bande du ciel du sud que TESS a capturée lors de son premier cycle de collecte de données. (Credit: NASA/MIT/TESS)

⭐⭐ La seconde édition du catalogue d’étoiles de la Voie Lactée issu des données de Gaia a été publiée fin avril. Ce sont la position sur le ciel et la luminosité de près de 1,7 milliard d’étoiles, les mesures de la parallaxe et du mouvement propre, les couleurs de plus d’un milliard d’astres et les vitesses radiales de 7 millions qui sont désormais connues avec une précision comme jamais. Un bond en avant pour l’astrophysique, en attendant le prochain avec la 3e publication en 2020.

 

??? Insight lancé le 5 mai est arrivé sur Mars le 26 novembre. Désormais c’est le déploiement des instruments sur la surface martienne, pour « écouter le coeur de Mars » qui a commencé, avec le sismomètre français SEIS le 19 décembre. Place en 2019 à HP3 et au début des mesures !

Premier selfie d’InSight sur Mars (mosaïque de 11 images) pris le 6 décembre 2018 (Sol 10) grâce à la caméra installée sur le bras télescopique qui servira à déployer les instruments SEIS et HP3 sur le sol martien. (Crédit : NASA / JPL-Caltech)

?? Succès pour les premiers cubesats extraterrestres. MarCo A et MarCo B ont réussi leur mission : relayer les données de la mission Insight juste après son atterrissage sur Mars.

 MarCO-B a pris cette image de Mars à environ 18 200 kilomètres peu de temps avant qu’InSight n’atterrisse le 26 novembre 2018 (credit NASA/JPL-Caltech)

??☀ Parker Solar Probe, une mission de la NASA, lancée le 12 août va étudier le Soleil et surtout le vent solaire. La sonde a effectué son premier survol du Soleil, le périhélie, le 5 novembre, devenant l’objet de construction humaine au plus proche du Soleil à ce jour.?⚫ Hayabusa-2 nous a révélé quelques mystères de l’astéroïde Ryugu avec l’atterrissage des petits robots Minerva-2 et celui du rover franco-allemand Mascot. En 2019, ce sera la collecte d’échantillons à sa surface !

Image d’artiste de Parker Solar Probe s’approchant du Soleil (credit NASA)

?⚫ Hayabusa-2 nous a révélé quelques mystères de l’astéroïde Ryugu avec l’atterrissage des petits robots Minerva-2 et celui du rover franco-allemand Mascot. En 2019, ce sera la collecte d’échantillons à sa surface !

Première photo divulguée le 3 octobre prise par Mascot à une altitude de 40 m. Voyez-vous l’ombre en haut à droite ? (credit DLR/CNES/JAXA)

?? BepiColombo a été lancé le 20 octobre et a commencé son long voyage de 7 ans vers Mercure. Avec ses 2 orbiteurs, BepiColombo va compléter la mission Messenger, notamment sur la topographie et la composition de la surface de Mercure à l’hémisphère sud et étudiera les particularités de la structure interne de la planète, ainsi que son champ magnétique et son interaction avec le Soleil et le vent solaire.

 OSIRIS-REx, la mission de la NASA est arrivée à destination de l’astéroïde Bennu début décembre. Elle va d’abord étudier le petit objet avant un prélèvement d’échantillon en 2020.

Le 3 décembre, l’imageur MapCam d’OSIRIS-REx a acquis cet ensemble d’images de navigation optiques sept heures avant la manoeuvre d’arrivée du satellite (credit NASA/Goddard/University of Arizona)

??? La Chine a rendez-vous avec la Lune début janvier 2019. La mission Chang’e-4 a décollé le 7 décembre et s’est mise en orbite lunaire le 12. A suivre très vite.

Décollage de la mission Chang’e-4 à bord d’une Long March 3B le 7/12/2018. Un atterrisseur et un rover doivent se poser sur la face cachée de la Lune début 2019

?⚫ New Horizons vient de survoler le 1er janvier un objet de la Ceinture de Kuiper : Ultima Thule. Article imminent !

?⚪ L’orbiteur Juno est déjà arrivé à mi-mission autour de Jupiter (et qui devrait faire l’objet bientôt d’un article sur le blog)

Image retravaillée des nuages tourbillonnants de Jupiter prise par Juno le 29 octobre 2018 (Credits: NASA/JPL-Caltech/SwRI/MSSS/Gerald Eichstädt/Seán Doran)

?⚪ Akatsuki, une sonde japonaise autour de Vénus (dont je n’ai pas assez parlé dans le blog), nous donne un nouveau regard sur cette planète peu explorée

Image synthétisée en fausses couleurs de Vénus utilisant des images prises en UV par la sonde Akatsuki (credit JAXA)

2018 a signé la fin de plusieurs missions

⭐? Le satellite MICROSCOPE (Micro Satellite à traînée Compensée pour l’Observation du Principe d’Equivalence) du CNES et plusieurs laboratoires de recherche a permis de confirmer le principe d’équivalence au cœur des théories physiques de la gravitation. Mais la mission s’est terminée en apothéose avec sa désorbitation en octobre avec une démonstration technologique.

⭐? Le 30 octobre, la NASA a annoncé la fin officielle du télescope spatial Kepler. Après un peu moins de 10 ans à la recherche d’exoplanètes, plus de 2 600 exoplanètes issues des données du télescope ont été confirmées.

?⚫ Après 11 ans de mission, Dawn a cessé de fonctionner en novembre faute de carburant après avoir exploré l’astéroïde Vesta et la planète naine Cérès.

?? Le rover Opportunity, en activité sur Mars depuis janvier 2004, est sans doute mort. A cause de la grosse tempête qui a sévi en juin sur la planète rouge, les panneaux solaires ont été recouverts de poussières et ne fournissent pas assez d’électricité à l’astromobile. Certains espèrent encore le réveil d’Opportunity.

et celles qui continuent

?? Depuis 6 ans, Curiosity continue de fonctionner sur Mars malgré la tempête martienne de cette année, grâce à son moteur nucléaire.

Selfie de Curiosity pris au Sol 2082 (15 juin 2018). Une tempête de poussière martienne a réduit la lumière du Soleil et la visibilité sur l’emplacement du rover au cratère Gale (Credits: NASA/JPL-Caltech)

??? Mais aussi, les orbiteurs martiens Mars Odyssey (depuis octobre 2001), Mars Express (depuis décembre 2003), MRO (depuis mars 2006), Mangalyaan (depuis septembre 2014) et Maven (depuis septembre 2014), les orbiteurs lunaires Chang’e-5-T1 (depuis janvier 2015) et LRO (depuis juin 2009) et le lander Chang’e-3 (depuis décembre 2013), Voyager 1 et 2 hors de notre Système Solaire, et différents observatoires spatiaux dont la liste est trop grande.

L’ISS toujours très active, mais 2 incidents notables

2018 = les 20 ans de la Station Spatiale Internationale. En effet les premiers modules ont été assemblés en 1998.

 

Mais également d’autres anniversaires à l’ISS : 10 ans pour Columbus, le module européen de l’ISS et il y a 10 ans, le premier ATV pour l’ISS

L’ISS continue d’être habitée sans interruption depuis 2000, même si on a eu peur d’une interruption suite à l’échec du lancement du Soyouz MS-10 en octobre.

Reproduction de l’incident ayant causé l’échec du lancement du Soyouz MS-10 et la capsule des 2 cosmonautes après l’atterrissage d’urgence (credit Roscosmos)

De plus, on a eu droit à une autre frayeur le 30 août avec une dépressurisation de la Station due à un trou dans le module orbital du Soyouz MS-09. Une sortie spatiale russe a été réalisée le 11 décembre afin de compléter les investigations. Les résultats de cette enquête pour connaitre l’origine exacte de ce trou (quand et par qui il a été fait) n’ont toujours pas été publiés pour le moment.

En tout, ce sont 8 sorties spatiales ont été effectuées en 2018 à l’ISS : EVA 47 pour Mark Vande Hei et Scott Tinglenouveau record pour 2 cosmonautes, EVA 48 avec  Mark Vande Hei et Norishige Kanai29 mars : 100e EVA à l’ISS16 mai : EVA 50 américaine4 juin, Drew Feustel et Ricky Arnold pour l’EVA 51Oleg Artemyev et Sergueï Prokopyev pour une sortie spatiale le 15 août.

Selfie de Mark Vande Hei durant l’EVA 47 du 23/01/2018 (credit NASA)

Les autres événements à l’ISS sur la page spécifique : La Station Spatiale Internationale en 2018 : équipages et vaisseaux

Spatial habité chinois : calme plat ?

Alors que la station chinoise Tiangong 1 a fait sa rentrée atmosphérique sans faire de dégâts début avril 2018, Tiangong-2 a continué d’orbiter autour de la Terre. Mais pour la 2e année consécutive, il n’y a pas eu de taïkonautes dans l’espace en 2018.  Par contre, les préparatifs de la future station spatiale vont bon train… Article à venir !

Tourisme spatial

?✈ Virgin Galactic a réalisé plusieurs vols d’essais cette année et a (enfin) fait un premier vol suborbital. Les premiers passagers en 2019 ?

Premier vol suborbital de Virgin Galactic le 13/12/2018 (credit Virgin Galactic)

?? L’entreprise Blue Origin n’a quant à elle effectué que deux vols (le 3e prévu en décembre a été reporté en 2019). Tiendra-t-elle son objectif d’un premier vol habité en 2019 ? A suivre.

Atterrissage en douceur de la capsule de la 9e mission New Shepard le 18/07/2018 (credit Blue Origin)

 

Bilan des lancements

?? 114 lancements en 2018 [détails sur la page spécifique]

Un nombre total de lancements très supérieur à 2016 (85) et 2017 (91).

La Chine dépasse largement le nombre de lancements des années précédentes (38 en 2018 contre 18 en 2017) et devance les nations historiques, les Etats-Unis et la Russie.

La Chine est présente sur tous les secteurs du spatial : satellites de communications et de reconnaissance, une constellation de navigation et de positionnement rivalisant avec le GPS américain (BeiDou), un programme de vols spatiaux habités (même si calme en 2018) et des projets ambitieux d’exploration spatiale et de robotique (la Lune dès début 2019 mais aussi Mars), une myriade de lanceurs de différentes capacités et l’émergence des lanceurs privés chinois.

Les Etats-Unis sont à la seconde place grâce une cadence élevée des Falcon 9 et ses 20 lancements, tous réussis. La Russie est 3e, à la traîne et avec un échec majeur (le Soyouz MS-10). L’Europe reste 4e avec 11 lancements, comme en 2017 et 2016.

SpaceX bat encore le record de lancements pour une compagnie privée

SpaceX devient au final le second opérateur de lancement après la Chine, avec 21 lancements dont le vol inaugural de la Falcon Heavy. D’ailleurs ce lancement au

Falcon Heavy Demo Mission

Décollage de la Falcon Heavy lors de son vol inaugural le 06/01/2018 (credit SpaceX)

Les récupérations des premiers étages deviennent presque habituelles mais l’échec peut encore arriver comme ce fut le cas le 5 décembre. L’entreprise a réalisé toutefois le premier atterrissage sur le sol de Californie d’un premier étage en octobre.

L’entreprise privée tente également de récupérer les demi-coiffes de ses lanceurs afin de diminuer ses coûts de production. Comme en 2017, SpaceX n’a pas encore réalisé cette prouesse.

Rocket Lab confirme

Après un premier vol d’essai qui avait échoué en mai 2017, la compagnie privée Rocket Lab a confirmé en 2018 avec 3 lancements de sa petite fusée Electron, dont 2 à un mois d’intervalle. La cadence d’un lancement par mois en 2019 sera-t-elle réalisée ? A suivre.

Les moteurs en action d’Electron le 16/12/2018 (credit: Brady Kenniston)

L’observation de la Terre, l’océanographie et la météorologie au centre des missions satellitaires

?? Le programme européen Copernicus a continué de s’étoffer de satellites d’observation pour la surveillance des terres, la surveillance de l’environnement marin, la gestion des crises et de catastrophes, la surveillance de l’atmosphère de la Terre, la surveillance des changements climatiques et la sécurité, avec le lancement de Sentinel 3B en avril. L’Europe s’est dotée aussi de nouveaux moyens de détection avec Aeolus pour la mesure des vents, lancé en août, et Metop C pour la météorologie tiré en novembre.

Les Etats-Unis continuent aussi avec l’observation de la Terre avec ICESat-2 pour la mesure des icebergs et de la banquise, lancé en septembre, sans oublier le Japon avec Ibuki 2 pour Greenhouse Gases Observing Satellite, qui va collecter des données sur le dioxyde de carbone et d’autres gaz supposés être liés au réchauffement climatique.

La Chine est également dans cette dynamique, avec plusieurs satellites environnementaux dont CFOSAT en collaboration avec le CNES qui a décollé fin octobre pour l’océanographie, le satellite météorologique Fengyun-2HHaiyang-1C et Haiyang-2B pour l’observation océanique, et plusieurs satellites Gaofen d’observation de la Terre.

Poster de la mission CFOSAT en collaboration avec la Chine (credit CNES)

26 satellites de navigation sur orbite !

La Chine a procédé au lancement de 18 satellites de navigation BeiDou en 2018 ! L’Europe avec 4 satellites Galileo, la Russie avec 2 satellites Glonass, l’Inde avec 1 satellite INRSS et les Etats-Unis avec 1 satellite GPS de 3e génération complètent le tableau. La géolocalisation est au centre de nombreuses applications terrestres [dossier à venir en 2019].

Le système de navigation global BeiDou chinois

Mais aussi :

?⚪ Le 17 juillet 2018, le Minor Planet Center (MPC), l’organisation mondiale chargée de la dénomination officielle pour les satellites naturels, les planètes mineures, les astéroïdes et les comètes, faisant partie de l’Union Astronomique Internationale, publie officiellement les orbites de 12 nouvelles lunes autour de Jupiter. Cela porte désormais à 79 le nombre de satellites joviens.

? Il y a eu une éclipse de Lune le 27 juillet.

Eclipse de Lune du 27 juillet 2018 et Mars depuis Bastia. crédit Isabelle Filippini

A bientôt pour de nouvelles aventures et rencontres spatiales !

 

1 commentaire sur “Qu’est-ce-qui s’est passé en 2018 dans l’espace ?”

  1. A noter l’abandon du projet de création d’une base spatiale à Canso (Nouvelle-Ecosse / Nova Scotia, Canada) pour des raisons écologiques.

    A noter aussi diverses simulations de missions habitées lunaires ou martiennes effectuées un peu partout de par le monde ainsi que des progrès notables dans la construction et la mise au point des futurs vaisseaux spatiaux US « CST-100 Starliner » de Boeing, « Crew Dragon » de SpaceX et « Orion » de la NASA (en coopération avec l’ESA pour son module de service).

    Les premiers vols habités du « Crew Dragon » et du « Starliner » devraient avoir lieu cette année. En revanche, pour « Orion », il nous faudra attendre 2023 (mais j’aurai alors 75 ans.. si tout va bien, vu qu’on ne rajeunit pas, that’s life !…).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.