Rétrospective spatiale 2015

L’année 2015 a été riche en succès mais aussi quelques échecs. Cette rétrospective ne se veut pas exhaustive car cela est difficile alors que le sujet de l’actualité spatiale est riche et vaste comme l’espace lui-même. Mais voici ce que j’ai retenu de l’année 2015 dans l’actualité spatiale, dans un ordre n’indiquant pas leur importance :

Des images incroyables des planètes naines Pluton et Cérès

Pluton et Cérès sont des planètes naines qui sont explorées pour la première fois en 2015. La sonde New Horizons n’a fait qu’un survol rapide de Pluton le 14 juillet mais nous a dévoilé un monde inconnu et étonnant. Dawn est par contre en orbite autour de Cérès et nous envoie des images d’un monde également très surprenant.

Tous les articles sur ces 2 missions dans Pluton – New Horizons et Dawn-Ceres.

Fin de mission pour Messenger

Messenger, la première sonde à être entrée en orbite le 18 mars 2011 et à avoir effectué des observations in situ de la planète Mercure, a terminé sa mission au départ prévue jusqu’à mars 2012 puis étendue d’année en année. Finalement, faute de carburant capable de maintenir la sonde en orbite, le 30 avril 2015, après 4 ans 1 mois, 14 jours en orbite, Messenger a percuté la surface de Mercure.

Dernière image acquise du sol de la planète Mercure et transmise vers la Terre par la sonde Messenger juste avant son impact sur la surface le 30/04/15. (Image Credit: NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Carnegie Institution of Washington)

Dernière image acquise du sol de la planète Mercure et transmise vers la Terre par la sonde Messenger juste avant son impact sur la surface le 30/04/15. (Image Credit: NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Carnegie Institution of Washington)

Au cours de ses quatre années autour de Mercure, Messenger a réalisé de nombreux objectifs scientifiques, tels que la détermination de la composition de la surface de Mercure, révélant son histoire géologique, découvrant que son champ magnétique interne est décalé du centre de la planète, et vérifiant que ses dépôts polaires sont à dominance de glace d’eau.

Image colorée de Mercure par la sonde Messenger qui met en évidence les différences chimiques, minéralogiques, et physiques des roches qui forment la surface de Mercure. (Image Credit: NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Carnegie Institution of Washington)

Image colorée de Mercure par la sonde Messenger qui met en évidence les différences chimiques, minéralogiques, et physiques des roches qui forment la surface de Mercure. (Image Credit: NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Carnegie Institution of Washington)

Les succès 2015 de l’Europe spatiale

L’ATV, la fin d’une mission exceptionnelle

L’ATV 5 s’est consumé dans l’atmosphère le 15 février 2015. Cette contribution européenne à la Station Spatiale Internationale avait débuté en 2008 avec le premier exemplaire. L’ATV, c’est un cargo entièrement automatique (comme les cargo russes Progress ou les vaisseaux habités Soyouz) avec une capacité de fret non égalée à ce jour, avec plus de 6 tonnes de fournitures livrées à l’ISS par le dernier ATV.

L’ATV, c’est terminé mais son module de service équipera le prochain vaisseau habité de la NASA : ORION.

Retrouvez tous les articles sur l’ATV.

Rosetta au périhélie et Philae survivant furtif

La sonde européenne Rosetta a continué sa mission en orbite autour de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Elle l’a suivie lors de son passage au plus près du Soleil en Août dernier et a survécu. Elle devrait continuer à envoyer des images incroyables et des données scientifiques jusqu’à la fin de sa mission en septembre 2016.

Après une mise en sommeil quelques heures après son atterrissage historique en novembre 2014, l’atterrisseur Philae s’est brièvement réveillé en juin et en juillet. De nouvelles tentatives de rentrée en contact avec lui ont été faites fin novembre, mais sans succès à ce jour. L’espoir de renouer les communications avec Philae est désormais extrêmement mince [lire Où en sont les tentatives de contact avec Philae ? du CNES]

Cette série d'images de la comète 67P / Churyumov-Gerasimenko a été capturé par Rosetta, le 12 Août 2015, quelques heures avant que la comète atteigne le point le plus proche du Soleil le long de son orbite de 6,5 ans, ou périhélie. Les images ont été prises à environ 330 km de la comète. L'activité de la comète, à son intensité maximale autour du périhélie et dans les semaines qui suivent, est clairement visible dans ces images spectaculaires. (credits ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA)

Cette série d’images de la comète 67P / Churyumov-Gerasimenko a été capturée par Rosetta, le 12 août 2015, quelques heures avant que la comète atteigne le point le plus proche du Soleil le long de son orbite de 6,5 ans, ou périhélie. Les images ont été prises à environ 330 km de la comète.
L’activité de la comète, à son intensité maximale autour du périhélie et dans les semaines qui suivent, est clairement visible dans ces images spectaculaires. (credits ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA)

Tous les articles sur Rosetta et Philae.

L’IXV, une mini-navette prototype

En février 2015, l’ESA envoyait une mini-navette prototype en vol suborbital : l’Intermediate eXperimental Vehicle.

L'IXV présenté au salon du Bourget en juin 2015 (photo personnelle)

L’IXV présenté au salon du Bourget en juin 2015 (photo personnelle)

L’IXV a réalisé un vol de 100 minutes, 8000 km de descente atmosphérique et un amerrissage en toute sécurité à l’endroit ciblé dans l’océan Pacifique, afin de tester des technologies critiques de rentrée.

Les résultats de l’IXV ont confirmé de nombreuses hypothèses mais aussi produit de nouvelles conclusions pour les experts de l’ESA : les températures extérieures étaient plus faibles que prévu, et la consommation de carburant a été plus élevée que prévu, mais compensée par une meilleure performance aérodynamique. Les ingénieurs évaluent également la réutilisation de tous les composants du vaisseau en vue du projet PRIDE. Ce projet, s’il est décidé en 2016, servira de plate-forme orbitale pour tester les technologies pour des applications multiples : futur transport européen spatial dont les futurs étages de lanceurs réutilisables, mais aussi observation de la Terre, exploration robotique, entretien des infrastructures orbitales et expériences en microgravité (source site ESA).

Les articles sur l’IXV.

Lisa Pathfinder, lancement d’une mission prometteuse

Lisa Pathfinder a été lancée avec succès le dernier par une fusée européenne Vega. Lisa Pathfinder est un démonstrateur pour une mission encore plus ambitieuse mais elle est déjà une prouesse technologique à elle seule, ayant pour objectif de détecter les ondes gravitationnelles de la théorie d’Einstein.

LISA PATHFINDER lors de la mise sous coiffe Vega _ VV06 (Credit ESA–Manuel Pedoussaut)

LISA PATHFINDER lors de la mise sous coiffe Vega VV06 (Credit ESA–Manuel Pedoussaut)

Tous les articles sur Lisa Pathfinder.

L’ISS vraiment internationale

La Station Spatiale Internationale en 2015, c’est 15 ans de présence humaine ininterrompue dans l’espace.

Le 4 septembre 2015, il n’y avait pas moins de 5 nationalités différentes à bord [lire ISS, une Station vraiment internationale : 9 hommes à bord, 5 nationalités].

" 15 ans Station Spatiale Internationale, hors de la Terre, pour la Terre"

 » 15 ans Station Spatiale Internationale, hors de la Terre, pour la Terre »

3 européens à bord

Cette année, 12 personnes sont montées à bord de l’ISS dont 2 européens : Andreas Mogensen et Tim Peake, respectivement le premier danois et le premier britannique officiel dans l’espace. Et Samantha Cristoforetti a terminé sa mission commencée en 2014.

L’année des records dans l’ISS

Le record de durée féminin en un seul vol pour Samantha Cristoforetti

L’astronaute Samantha Cristoforetti a passé 199 jours dans l’Espace. Elle détient désormais le record de la plus longue mission dans l’Espace par un astronaute féminin en un seul vol. Elle détient également le record de la plus longue mission dans l’Espace par un astronaute de l’ESA à ce jour [lire Soyouz TMA-15M : Bienvenue sur Terre Samantha, Anton et Terry !].

Samantha Cristoforetti tout sourire juste après son retour sur Terre Crédits : NASA/Bill Ingalls)

Samantha Cristoforetti tout sourire juste après son retour sur Terre Crédits : NASA/Bill Ingalls)

Tous les articles avec Samantha Cristoforetti

Padalka : 879 jours cumulés dans l’espace

Le record cumulé d’un humain dans l’espace est détenu à ce jour par Gennady Padalka avec 879 jours cumulés.

Gennady Padalka lors de la sortie spatiale EVA 41, 10.08.2015 (credit Roscosmos)

Gennady Padalka lors de la sortie spatiale EVA 41, 10.08.2015 (credit Roscosmos)

Presque 1 an de mission

Scott Kelly et Mikhail Kornienko ont entamé le 27 mars 2015 une mission de presque un an dans la Station. Du coup Scott Kelly a battu le record américain de durée cumulée dans l’espace. A la fin de la mission, Scott Kelly devrait avoir passé 522 jours cumulés dans l’espace avec 4 missions à son actif.

SpaceX et Blue Origin, les privés font aussi l’histoire spatiale

Les 2 entreprises privées américaines Blue Origin et SpaceX ont écrit une page de l’histoire spatiale cette année avec leur atterrissage réussi d’un étage de fusée sur terre, comme en avait rêvé Hergé avec la fusée de Tintin.

A retrouver ici : Blue Origin : premier atterrissage réussi d’une fusée ! et SpaceX : l’atterrissage vertical du premier étage de la Falcon 9 a réussi

Les chiffres des lancements de l’année 2015.

Le record de 2014 avec 94 lancements n’a pas été battu en 2015 car « seulement » 87 lancements orbitaux ont été recensés. Les russes restent les « maîtres » incontestés des lanceurs avec 29 lancements. Au coude à coude, les Etats Unis et la Chine avec respectivement 20 et 19 lancements.

Loins derrière, les Européens avec seulement 9 lancements Ariane 5 et Vega, et 12 si l’on compte 3 lancements Soyouz depuis le Centre Spatial Guyanais. Les Indiens et les Japonais ont réussi respectivement 5 et 4 tirs, dont pour ces derniers, leur premier lancement commercial. Et pour finir le décompte, 1 lancement iranien en février dernier.

Statistiques des lancements orbitaux 2015 (source space.skyrocket.de)

Statistiques des lancements orbitaux 2015 (source space.skyrocket.de)

En images : 

5 échecs en 2015

En 2015, les échecs furent plus nombreux qu’en 2014 et retentissants comme toujours :

Retrouvez la liste détaillée sur space.skyrocket.de et tous les articles concernant les lancements.

Pour compléter :

  • Les points forts de 2015 de l’ESA : 
  • La rétrospective en vidéos de la NASA : 

 

 

 

2 réflexions sur “Rétrospective spatiale 2015

  1. Pingback: Les événements spatiaux à ne pas manquer en 2016 | Rêves d'Espace

  2. Pingback: Lancement du 28 décembre au 3 janvier : Long March pour finir l’année 2015 | Rêves d'Espace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *