Bientôt des nouvelles de Philae ?

Philae, l’atterrisseur de la mission Rosetta, s’est éteint quelques heures après son atterrissage historique du 12 novembre 2014 faute d’avoir pu recharger sa batterie.

Puis en juin et en juillet dernier, la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko s’approchant du Soleil, les équipes de l’ESA et du CNES sont rentrés brièvement en contact avec Philae.

Au passage au plus près du Soleil, Rosetta a été contrainte de s’éloigner de la comète, rendant tout contact avec Philae impossible.

[lire Anniversaire : 12 novembre 2014, l’atterrissage].

Dorénavant, la comète et Rosetta s’éloignent à nouveau du Soleil. Les gaz et poussières éjectés de 67P se font moindre et Rosetta peut à nouveau se rapprocher de la comète, à une distance inférieure à 150 km d’altitude, favorable à une communication avec l’atterrisseur.

Image améliorée de la comète 67P prise le 22 Novembre 2015 par Rosetta à 127,7 km de distance. L'échelle est de 10,9 m / pixel et l'image mesure 11,1 km de long.(Crédits: ESA / Rosetta / NAVCAM - CC BY-SA 3.0 IGO)

Image améliorée de la comète 67P prise le 22 Novembre 2015 par Rosetta à 127,7 km de distance. L’échelle est de 10,9 m / pixel et l’image mesure 11,1 km de long.(Crédits: ESA / Rosetta / NAVCAM – CC BY-SA 3.0 IGO)

L’ensoleillement de la comète et donc de Philae est encore suffisamment élevé pour espérer une recharge de la batterie du robot.

Un espoir de reprendre contact avec Philae est envisagé à partir de ce 27 novembre pendant une dizaine de jours.

Philippe Gaudon, chef de projet de Rosetta/Philae au CNES, que j’ai rencontré mardi dernier lors d’une conférence sur Toulouse, est d’un optimiste mesuré : « Philae est positionné sur le « flanc » et non comme initialement prévu, suite aux rebonds lors de l’atterrissage. Il est entouré de falaises. Malheureusement nous avons évalué que le champ de vue de l’antenne de communication de Philae est au 3/4 bouché par ces falaises, ce qui rend le contact encore plus difficile, en plus de la distance entre le robot et la sonde. Il faut vraiment que Rosetta se trouve au bon endroit pendant suffisamment de temps pour que le contact s’établisse ». [voir image ci-dessous].

Visulation de l'emplacement de Philae sur 67P et à droite, le champ de vue de son antenne (source P. Gaudon - CNES)

Visulation de l’emplacement de Philae sur 67P et à droite, le champ de vue de son antenne (source P. Gaudon – CNES)

Philippe a également expliqué que les télécommandes sont prêtes à être envoyées en cas de communication rétablie. En priorité, ils feront fonctionner les instrument ROMAP, MUPUS et SESAME. Puis, CIVA, ROLIS, CONSERT, COSAC et PTOLEMY. En dernier, APXS et SD2. [voir détails des instruments dans cet article]

Les instruments de Philae et la séquence de mise en route si reprise de contact : en 1er, cercles bleus, puis cercles vert et pour finir, cercles bruns

Les instruments de Philae et la séquence de mise en route si reprise de contact : en 1er, cercles bleus, puis cercles vert et pour finir, cercles bruns

« Si le contact n’est pas établit pendant cette dizaine de jours, je suis très pessimiste pour la suite, car l’ensoleillement diminuera trop fortement. » a déclaré Philippe Gaudon.

L’article du CNES à lire : Nouvelles tentatives de contact avec Philae

 

 

 

Une réflexion sur “Bientôt des nouvelles de Philae ?

  1. Pingback: Philae, le dernier espoir | Rêves d'Espace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *