Rétrospective Espace 2021

2022 est là et donc c’est le temps de la rétrospective spatiale de 2021. Elle sera succincte car les grands évènements ont pour la plupart été abordés dans un article dédié et donc je vous encourage à revoir les publications de l’année [je mets des liens vers l’ensemble des articles sur le sujet].

Début 2021, un certain nombre d’évènements avaient été annoncés. Lesquels se sont bien réalisés, lesquels non et pourquoi ?

2021 : des arrivées marquantes sur Mars

Illustration avec Hope, Ingenuity, Perseverance et Zhurong

Nous n’avons pas été déçus en 2021 car les 3 missions martiennes qui ont décollé en 2020 sont bien arrivées sur ou autour de Mars.


2021 : préparations en retard pour le retour vers et sur la Lune

En 2021, aucune des missions robotiques prévues pour aller atterrir sur la Lune n’aura finalement eu lieu. La faute en partie à la crise sanitaire mais aussi à des difficultés techniques diverses. On reparlera des missions attendues en 2022 dans un futur article.

Le lanceur lourd lunaire de la NASA n’aura pas fait son vol inaugural comme initialement prévu.

En cause : un essai des moteurs raté en janvier mais réussi en mars, des retards et enfin un dernier souci à l’automne sur un contrôleur de moteur de l’un des quatre moteurs RS-25. Ce dernier contrôle l’ensemble du fonctionnement d’un moteur : vérification avant le démarrage, conditionnement thermique, allumage et arrêt. Du coup, le roulage du SLS pour une répétition générale prévue en décembre a été reporté à début 2022 et le vol inaugural n’aura pas lieu avant mars 2022 si tout va bien.

Le premier SLS entièrement assemblé (crédit Credits: NASA/Frank Michaux)

Plusieurs nouvelles missions scientifiques et survols des missions en cours

En 2021, des missions passionnantes ont continué leur route ou leur exploration du Système Solaire. Et de nouvelles missions ont décollé en 2021 pour de nouvelles découvertes scientifiques à venir.

Illustration avec BepiColombo, Solar Orbiter, Lucy et DART

Mon choix de faits remarquables :

  • Le 28 avril 2021, lors de son 8e survol du Soleil, Parker Solar Probe a traversé la haute atmosphère de notre étoile, la Couronne, en échantillonnant des particules et en caractérisant les champs magnétiques. Un exploit ! Et un article à venir – en retard. [Tous les articles sur Parker Solar Probe]
  • La mission Lucy a décollé le 16 octobre. Elle se dirige vers un astéroïde de la ceinture principale et ensuite vers plusieurs astéroïdes troyens. Premier rendez-vous en 2027 ! On suivra cette mission passionnante sur le blog, à commencer par une assistance gravitationnelle avec un survol de la Terre en octobre 2022.
  • Le 24 novembre, la mission DART pourDouble Asteroid Redirection Test a décollé. Son objectif : percuter la petite lune Dimorphose de l’astéroïde Didymos en 2022 afin de vérifier si on pourrait ainsi détourner un géocroiseur. Article à venir !
  • Le 9 décembre, la mission IXPE pour Imaging X-ray Polarimetry Explorer, un télescope dédié à mesurer la polarisation des rayons X des objets les plus extrêmes et mystérieux de l’univers – les restes de supernova, les trous noirs supermassifs et des dizaines d’autres à haute énergie objets. Article à venir !
Séparation du lanceur Ariane 5 du James Webb Space Telescope par une caméra embarquée (crédit Arianespace / ESA / RealtraSpace)

Vos habités et vols touristiques

2021 aura vu une activité débordante côté vols habités avec :

[L’historique des arrivées et départs des vaisseaux/cargos et des sorties spatiales sur l’ISS et pour la CSS sur cette page]

Et l’essor ou le renouveau des vols touristiques :

Par contre, le vaisseau Starliner de Boeing est toujours cloué au sol pour cause de vannes défectueuses.

Record de lancements

Cette année 2021 a connu une année record : 145 lancements, ou 146 selon les calculs [voir ci-après].

48 lancements pour les Long March chinoises et un taux de réussite à 100% dont le succès de la Long March 7A qui avait connu un échec en 2020 lors de son lancement inaugural, 3 vols pour la construction de la station spatiale chinoise et 2 vols pour les vols habités vers cette CSS. Le lancement du module Tianhe avait d’ailleurs fait grand bruit en mai avec la rentrée incontrôlée du lanceur. Dans les calculs, il y a un lancement non comptabilisé : une Long March 2C aurait lancé en août un véhicule hypersonique qui aurait fait un tour de Terre avant de revenir. Mais cette information, rendue publique par le renseignement américain, a été démentie par le ministère chinois des Affaires étrangères.

Un peu moins de réussites pour les lanceurs « privés » chinois : les 2 lancements Hyperbola-1 (iSpace) ont été des échecs, et le 4e lancement de Kuaizhou-1A (CASIC, groupe de sociétés géré par l’état chinois) également. Seul le lanceur léger Ceres-1 (Galactic Energy) a réalisé le sans-faute avec un 2e lancement réussi en 2021, un an après son vol inaugural.

Côté américain, c’est une nouvelle fois SpaceX qui domine les lancements avec 31 lancements sur les 51 au total. 17 de ces lancements SpaceX ont concerné uniquement la constellation Starlink et 6 des cargos ou des vaisseaux Dragon, soit seulement 8 lancements commerciaux externes (y compris Transporter-1, un record de 143 satellites mis sur orbite, qui comprenait quelques Starlink).

LauncherOne de Virgin Orbit et la Rocket d’Astra ont réussi à atteindre l’orbite pour la première fois cette année malgré un premier lancement raté par Astra en août. Le nouveau lanceur Firefly a également raté son vol inaugural. Et Electron de Rocket Lab a également connu un échec et semble aller plus lentement que prévu sur la réutilisation du premier étage.

Côté russe (si on inclut les vols opérés par Soyouz avec Arianespace), on a une belle année également avec 25 lancements effectués, dont 14 lancements depuis le cosmodrome de Baïkonour, 5 lancements depuis Vostochny, 5 depuis Plesetsk et 1 depuis le Centre Spatial Guyanais. Un seul échec partiel avec le 3e vol test d’Angara A5 le 27 décembre. Parmi ces 25 lancements, 7 lancements au cours desquels 284 satellites de la constellation OneWeb ont été mis sur orbite. Le lancement depuis la Guyane correspond à une mise sur orbite de 2 satellites de navigation européens Galileo le 05/12/2021. En tout, 3 vaisseaux habités Soyouz MS, ainsi que 3 cargos d’approvisionnements Progress MS ont été envoyés dans le cadre du programme de l’ISS en 2021. Si comme pour SpaceX, si on enlève les vols de constellation OneWeb et vers l’ISS, il reste 7 lancements.

Pour les autres nations ou opérateurs : 3 vols Vega et 3 vols Ariane 5, et 1 seul vol Soyouz pour Arianespace, soit autant qu’en 2020. Le lanceur sud-coréen Nuri a raté son vol inaugural. L’Iran a au moins fait 2 tentatives de lancement mais tous défaillants. L’Inde ne fait pas mieux qu’en 2020 avec 2 lancements dont un échec. Le Japon réalise 3 lancements, soit 1 de moins qu’en 2020.

Lanceurs utilisés en 2021 sans distinction de version pour les Soyouz et Long March

Avec la multiplication des constellations et de nouveaux lanceurs en cours de développement un peu partout dans le monde, le nombre de lancements annuels ne devraient pas faiblir dans les années à venir.

Le surprenant Starship

Et pour finir, difficile de cataloguer cet objet identifié mais difficile à mettre dans les lancements ou les vols habités pour l’instant : Starship.

Atterrissage du Starship SN15 le 05/05/2021 (crédit SpaceX)

En mai le Starship SN15 nous offrait un beau vol à et surtout un premier atterrissage réussi. Depuis, pas de vol pour Starship. Par contre, il y a eu beaucoup de constructions à Starbase, le site de développement de SuperHeavy de SpaceX au Texas. En août, le test de l’assemblage Starship SN 20 /SuperHeavy Bosster SN4 de courte durée a permis un premier test de la tour de lancement et du système de levage des différents éléments.

Le premier vaisseau spatial orbital SN20 de SpaceX est empilé sur son énorme Super Heavy Booster 4 pour la première fois le 6 août 2021 dans les installations Starbase près de Boca Chica Village dans le sud du Texas. L’ensemble mesure plus que la fusée lunaire Saturn V de la NASA. (Crédit image : Elon Musk / SpaceX)

En avril 2021, la NASA a sélectionné ce vaisseau spatial de SpaceX plutôt que la concurrence (Blue Origin et Dynetics) pour un contrat d’atterrisseur lunaire qui fait partie du programme Artemis. Avec cette mission, la NASA vise à envoyer des astronautes sur la lune dans les années 2020 ; un précédent objectif de 2024 a été jugé « non réalisable » en août 2021 en raison de retards de développement de combinaisons spatiales. Un choix surprenant pour beaucoup mais le développement du Starship est donc bien à suivre !

Quelques rétrospectives des agences spatiales :

NASA Exporation du Système Solaire

Crédits images et descriptions :

  • Mars :
    • Hope : Le 18 juillet 2021, le système de caméra EXI à bord de la mission EMM a obtenu un ensemble d’images multispectrales d’un hémisphère de Mars entièrement illuminé, qui ressemble beaucoup aux observations effectuées régulièrement par les satellites météorologiques en orbite autour de la Terre.
    • Tianwen-1 : vue de la caméra d’évitement arrière de Zhurong après la descente de l’atterrisseur le 22/05/21 UTC (Crédit: CNSA / PEC).
    • Perseverance et Ingenuit selfie. Crédit NASA JPL
  • Exploration du Système Solaire :
    • BepiColombo : Image (capturée à 23:44:12 UTC par la MCAM-2 du module de transfert de BepiColombo, alors que la sonde se trouvait à environ 2418 km de Mercure. Dans cette vue, le nord est vers le coin inférieur droit. On peut voir Sihtu Planitiaune région de l’hémisphère nord de Mercure qui a été inondée par des laves. Une zone ronde plus lisse et plus lumineuse que ses environs caractérise les plaines autour du cratère de Calvino, qui sont appelées les plaines de Rudaki. (crédit ESA/BepiColombo/MTM, CC BY-SA 3.0 IGO)
    • Solar Orbiter : premières images de la couronne solaire (crédit Solar Orbiter/EUI Team/Metis Team/SoloHI team/ESA & NASA).
    • Illustration de la mission Lucy. Crédit NASA
    • Illustration de la mission DART montrant l’impact sur la lune de l’astéroïde (65803) Didymos. Les observations post-impact à partir de télescopes optiques basés sur Terre et de radars planétaires mesureraient, à leur tour, le changement de l’orbite de la lune autour du corps parent (crédits : NASA/Johns Hopkins Applied Physics Lab)
  • Vols habités :
    • Le module Nauka (crédit Roscosmos)
    • Thomas Pesquet en sortie spatiale (crédit NASA/ESA)
    • Wang Yaping, la première Chinoise en sortie spatiale (crédit CASC)
    • Le Crew Dragon de la mission Inspiration 4 sur le pas de tir (crédit SpaceX)
  • Image à la Une :
    • Zhurong sur Mars (crédit CASC)
    • L’ISS photographiée par Thomas Pesquet depuis le Crew Dragon (crédit NASA)
    • Perseverance (crédit NASA)
    • Le Shenzhou-13 amarré à la CSS (crédit CASC)
    • Le Crew Dragon arrivant à l’ISS (crédit NASA)
    • Décollage d’une Long March (crédit ?)
    • Le James Webb Space Telescope (crédit NASA)
    • Le Starship SN 15 (crédit SpaceX)
    • Le moduel Nauka ammarré à l’ISS (crédit Roscosmos)
    • La combinaison de Thomas Pesquet (crédit SpaceX)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.