Après l’atterrissage réussi du Starship SN15, bientôt le vol orbital ?

Le 5 mai, le prototype Starship SN15 de SpaceX a réalisé semble-t-il un vol parfait jusqu’au premier atterrissage réussi sur la base d’essai à Bocca Chica au Texas.

Le second étage du lanceur lourd « Big falcon Rocket« , haut de 50 mètres sur 9 m de diamètre, a volé à une altitude d’environ 10 km. Les 3 moteurs Raptor ont été éteints successivement durant la montée, puis la descente contrôlée a été réalisée dans un premier temps en chute libre, le ventre du lanceur vers le bas afin de freiner l’ensemble.

Environ 6 minutes après le décollage, les moteurs ont été rallumés à une altitude d’environ 550 m pour un dernier freinage avant l’atterrissage. Après déploiement des pieds à la base, Starship SN15 s’est posé en douceur avec succès sur la zone d’atterrissage.

Contrairement au prototype précédent, le SN10 [SN = Serial Number, numéro de série], où une fuite de méthane sur l’un des moteurs avait entraîné l’explosion après l’atterrissage, le SN 15 est bien resté indemne suite à son vol.

Starship SN15 High-Altitude Flight Test
Atterrissage du Starship SN15 (crédit SpaceX)

C’était le 4e vol d’un prototype Starship à 10 km d’altitude [(re)lire Et le Starship SN8 s’envola].

Ce nouveau prototype embarquait selon Elon Musk des « centaines d’améliorations de conception », a priori dans les structures, les moteurs Raptor, l’avionique et le logiciel embarqué.

Il n’est pas exclu que ce prototype SN15 soit réutilisé pour un essai ultérieur.

Un vol orbital à l’été ?

Le mois dernier, SpaceX a remporté un contrat de 2,9 milliards de dollars de la NASA pour développer un dérivé du Starship pour faire atterrir des astronautes sur la Lune dans le cadre du programme Artemis.

Pour atteindre cet objectif, le Starship va devoir réaliser beaucoup de vols orbitaux pour commencer.

Selon Elon Musk, il se pourrait que ce soit à partir du SN20 que l’orbite terrestre pourrait être atteinte. Le Starship devra alors être équipé de 6 moteurs Raptor compatibles du vide spatial et d’un bouclier thermique pour résister aux températures élevées de la rentrée atmosphérique. A ce jour, des tests ont été réalisés avec des tuiles fixées sur le corps des Starship SN10 et SN15.

Tuiles de protection thermique sur le Starship SN15 (crédit RGVAerialPhotography)

Il faudra aussi réaliser d’ici là quelques essais en vol du premier étage, le Super Heavy, de 70 mètres de haut, une masse de 4 400 tonnes et équipé de 28 moteurs Raptor.

Le premier prototype de Super Heavy en mars 2021 – l’homme sur la nacelle donne l’échelle de grandeur (crédit Elon Musk)

SpaceX a révélé le 13 mai le profil de son premier vol orbital lors de sa demande à la Federal Communications Commission (FCC), l’organisme américain de régulation des télécommunications :

Une mission en orbite terrestre de 90 minutes depuis le Texas pour le Starship se terminant par une rentrée contrôlée et un amerrissage dans l’Océan Pacifique près d’Hawaii. Il n’est pas prévu de récupération de cet étage. Le Starship ne fera pas une orbite complète.

Le profil de vol du Starship orbital (crédit SpaceX)

Après séparation du Starship, le premier étage, le Super Heavy, s’abimera en mer à une vingtaine de kilomètres de la base de lancement après un peu plus de 8 minutes de vol [booster touchdown dans l’image ci-dessus].

Le profil de vol du premier étage Super Heavy (crédit SpaceX)

La demande auprès de la FCC couvre une période entre le 20 juin et le 20 décembre. Plusieurs spécialistes estiment que ce premier vol orbital pourrait avoir lieu durant l’été au vu du rythme effréné de la fabrication et des différents tests. A suivre !

Publicités

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.