L’actualité des lancements d’octobre

Voici le volet des lancements du mois ou l’actualité de satellites du mois d’octobre, avec beaucoup de retard. Ce sera encore plus synthétique que d’habitude. Toutes mes excuses.

Lancements orbitaux / satellites

(en dehors de ceux vers l’ISS ou la CSS)

Un lancement Soyouz pour tourner un film dans l’ISS

Le 5 octobre, une Soyouz a décollé de Baïkonour avec 3 passagers à bord du vaisseau Soyouz MS-19 : 1 cosmonaute professionnel et 2 passagers ayant effectué un entraînement minimal.

A (re) découvrir dans l’article dédié :


De nouveaux satellites OneWeb sur orbite

Le 14 octobre, une Soyouz a mis sur orbite le 11e lot de satellites de télécommunications en orbite moyenne OneWeb. Le décollage a eu lieu depuis le cosmodrome de Vostochny.

Crédit Roscosmos

Avec ces 36 nouveaux satellites OneWeb, ce sont désormais 358 satellites de télécommunications qui ont été lancés par Arianespace. 8 autres lancements sont encore prévus d’ici fin 2022.


Un satellite chinois pour l’observation du Soleil

Le 14 octobre, une Long March 2D a décollé de Taiyuan avec à son bord 2 satellites CHASE et plusieurs satellites de démonstration de diverses technologies.

Décollage Long March 2D du 14/10/2021 (crédit China News Service/Zheng Taotao)

CHASE (Chinese Hα Solar Explorer), ou « Xihe » (羲和) est un satellite en orbite basse (517 km) pour l’observation du Soleil dans la longueur d’onde H-alpha (Hα).

Xihe est la déesse du soleil et la déesse qui a fixé le calendrier temporel dans la mythologie antique chinoise connue comme l’image de la mère du soleil selon la CNSA, l’agence spatiale chinoise.

C’est le premier observatoire spatial au monde dans cette portion du spectre visible. Les données recueillies pourront améliorer les connaissances sur notre étoile.

« Hα est l’une des meilleures raies spectrales pour étudier l’activité solaire dans la réponse de la photosphère et de la chromosphère » selon le communiqué de la CNSA.

Le satellite Xihe (crédit China News Service/Zheng Taotao)

A noter que le premier étage du lanceur était équipé de 4 ailettes permettant de mieux contrôler sa descente, et réduire la zone de retombée de 80%.

L’une des ailettes sur la Long March 2D (via East Pendulum)

Vol habité chinois en octobre

Le 15 octobre, une Long March 2F a envoyé 3 nouveaux taïkonautes vers la station spatiale chinoise à bord du vaisseau Shenzhou-13 pour une mission de longue durée.

A (re)lire dans l’article :


« Lucy in the sky with Atlas V »

Le 16 octobre, le lanceur Atlas V a envoyé la mission Lucy sur sa trajectoire vers les astéroïdes troyens de Jupiter.

Une mission passionnante à découvrir dans l’article dédié :


Lancement inaugural raté pour Nuri

Le 21 octobre, la Corée du Sud a effectué avec un demi-succès le vol inaugural de son lanceur 100% coréen : Nuri (monde en coréen).

crédit KARI

Le décollage s’est bien passé, la KSLV-2, lanceur à 3 étages et 6 moteurs à ergols liquides, pesant 200 tonnes et mesurant 47,2 mètres de haut, ayant atteint son altitude cible de 700 km. Malheureusement, il n’aurait pas réussi à mettre sur orbite son satellite factice de 1,5 tonne et a effectué une rentrée atmosphérique au-dessus du sud de l’Australie.

Images des caméras embarquées jusqu’à séparation de la charge utile factice (crédit KARI)

L’agence spatiale coréenne, le KARI, a indiqué la cause : le moteur du troisième étage du lanceur n’a fonctionné que 475 secondes, au lieu des 521 espérées, et n’a pas pu donner au satellite une vitesse suffisante pour le propulser sur la trajectoire prévue. Il s’agirait d’une baisse de pression dans le réservoir d’oxydant suite à l’anomalie d’une valve ou d’un senseur.

Jusqu’à présent le lanceur sud-coréen, la KSLV (ou Naro), était en partie composée de composants achetés à la Russie, dont le premier étage. Il s’en est fallu de peu pour que la Corée du Sud n’entre dans le cercle très fermé des pays autonomes en lanceur orbitaux de grande capacité (au-delà de 1 tonne).

Erection du lanceur quelques semaines avant le lancement (crédit KARI)

Second vol de l’année pour Ariane 5

Le 24 octobre (2h10 UTC), Ariane 5 a décollé de Guyane pour son second vol de l’année.

Le lanceur européen a inséré en orbite deux satellites de télécommunications : SES-17 et Syracuse-4A.

SES-17 est un satellite de télécommunications pour l’opérateur luxembourgeois SES

Le satellite SES-17 en tests chez Tales Alenia Space à Cannes (crédit ESA)

Le second satellite déployé est Syracuse-4A pour la Direction Générale de l’Armement. Il va moderniser les capacités des télécommunications militaires des armées françaises

Plus de détail dans le kit de lancement d’Arianespace


Un satellite secret chinois

Le 24 octobre, une Long March 3B a mis sur orbite de transfert géostationnaire le satellite Shijian-21.

via Twitter

Officiellement ce satellite servirait à tester les technologies pour réduire les débris spatiaux. Mais on n’en sait rien de plus sauf que le 18e Escadron de contrôle spatial (SPCS) de l’US Space Force a catalogué par la suite un nouvel objet aux côtés de Shijian-21 avec l’indicatif international 2021-094C. S’agit-il d’un objet pour tester la capture de débris comme ce fut le cas avec l’expérience RemoveDebris ou tout autre chose ? Le patch de la mission révélé bien après le vol semble indiquer une expérience de capture par filet :

Logo de la mission Shijian-21 via Twitter

Selon Jonathan MC Dowell, SJ-21 a éjecté un sous-satellite le 1er novembre, puis est parti « en station » à 60 km de distance pendant 2 semaines. Le 15 novembre, il s’est raproché du sous-satellite et est resté à moins de 5 km depuis lors. Le sous-satellite lui-même semble avoir effectué un petit ajustement de l’orbite le 16 novembre (points rouges) :

Orbite de SJ-21 et de son sous-satellite par Jonathan MC Dowell

Un nouveau satellite de navigation japonais

Le 26 octobre, le lanceur japonais H-2A a mis sur orbite moyenne le satellite QZS-1R.

QZS-1R vient compléter le service QZSS (Quasi-Zenith Satellite System) qui vient améliorer et non remplacer le GPS (Global Positioning System). Ce nom vient du fait que les satellites sont au-dessus du Japon environ 8 heures par jour.

Le satellite QZS-1R (crédit : bureau du Cabinet japonais)

Le satellite météorologique japonais Himawari a capturé le lancement depuis l’orbite géostationnaire :

Les gaz éjectés au lancement de la H-2A sont visibles depuis l’orbite GEO

Second vol de l’année pour Kuaizhou-1A

Le 27 octobre, Kuaizhou1A a mis sur orbite le satellite d’observation haute résolution Jilin-1 Gaofen 02F.

via SciNews

C’était le 12e tir pour cette fusée du groupe missilier CASIC, et le 40e lancement chinois de l’année, un record pour le pays (39 lancements effectués par la Chine en 2018 et 2020).

La constellation Jilin-1 compte désormais 31 satellites en orbite.


Une seconde Soyouz pour l’ISS

Le 28 octobre, une SOyouz a réalisé le second vol du mois vers l’ISS avec le cargo Progress MS-18 à bord. Vidéo et un peu plus de détails dans L’actualité des vols habités d’octobre 2021.

Les flammes au décollage de Soyouz / Progress MS-19 (crédit Roscosmos)

A noter que le lanceur était décoré un motif en l’honneur du 800e anniversaire de la ville de Nijni Novgorod.

Soyouz avec le motif du 800e anniversaire de la ville de Nijni Novgorod (crédit Roscosmos)

Autres actualités

Le 2 octobre, le centre de contrôle de l’ESA, l’ESOC à Darmstadt, a dû effectuer une manœuvre d’évitement du satellite Sentinel-1B afin d’échapper à la collision avec un débris Iridium-Cosmos. Cela a impacté les opérations scientifiques qui ont dû être arrêtées.

Illustration du risque de collision pour les 2 orbites (crédit ESA)

A l’occasion du vol de sa New Shepard le 13 octobre, Blue Origin a dévoilé quelques images de son lanceur orbital New Glenn en construction :

Un étage de la New Glenn en cours de construction (Crédit Blue Origin)

et également le journaliste Christian Davenport du Washington Post lors d’un reportage :


Le satellite secret Kosmos-2551 lancé le 9 septembre par une Soyouz 2.1v n’a semble-t-il pas fonctionné comme attendu. Ila effectué une rentrée atmosphérique le 20 octobre.

Calcul de l’orbite de Kosmos-2551 (crédit Jontahn McDowell)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.