L’actualité spatiale de la semaine du 18 juin : ISS, RemoveDebris et tempête martienne

Pour cette semaine, pas de décollage de fusée, à moins que la Chine n’ait lancé une Long March ce dimanche comme prévu par certains experts, mais ce n’est pas encore officiel à l’heure où j’écris.

Mais il se passe toujours quelque chose dans l’espace !

RemoveDEBRIS sur orbite

Remove Debris est un satellite de 100 kg construit par SSTL pour le compte de l’Université du Surrey en Grande-Bretagne et pour l’ESA. Il a décollé à bord du cargo de ravitaillement CRS-14 début avrilMercredi 20 juin, le satellite a été lancé dans l’espace à partir du module japonais JEM (Japanese Experiment Module) grâce au système de déploiement Kaber (Kaber Microsatellite Deployer)  [lire Cubesat, c’est quoi ? ça sert à quoi ?].

L’astronaute Drew Feustel installe RemoveDEBRIS dans le sas du module japonais de l’ISS pour son lancement dans l’espace (credit NASA)

C’est le plus grand satellite à ce jour déployé depuis l’ISS.

RemoveDEBRIS en fait 3 satellites en 1 : RemoveSAT, le vaisseau porteur et deux DebrisSAT, 2 cubesats 2U. 

Schéma des principaux systèmes du satellite RemoveSAT (credit SSTL)

En octobre prochain, DebrisSAT-1 doit être largué puis capturé au moyen d’un filet à une distance entre 5 et 7 mètres, et ensuite il dérivera jusqu’à sa désorbitation.

Schéma de principe de l’expérience du filet de removeDEBRIS (credit: RemoveDebris consortium)

DebrisSAT-2 servira de cible pour un système de navigation optique (Vision Based Navigation – VBN), pour tester des techniques de rendez-vous en orbite avec les débris spatiaux. Il s’agit d’un système d’une caméra 2D et d’un LIDAR (Light Detection and Ranging) 3D.

Cette figure montre la séquence de l’expérience VBN: (a) éjection de CubeSat, (b) manœuvres de VBN (crédit: consortium RemoveDebris)

En février 2019,  un harpon sera lancé à une vitesse de 20 m/s vers un panneau composite déployé depuis RemoveSAT au bout d’une perche de 1,5m de long. Il devrait le pénétrer et permettre la capture de ce débris simulé.

Le mini-harpon à bord du satellite RemoveDEBRIS (photo via BBC)

A la fin de vie de RemoveSAT, une voile solaire (dragsail) sera déployée afin de désorbiter plus rapidement le satellite. La voile se compose de 2 parties: un déployeur gonflable qui éloigne la voile de la plate-forme (empêchant la voile de heurter tout matériel en surplomb de la plateforme, par exemple des antennes) et un mécanisme d’extension qui utilise un moteur pour déployer les membrures de voile.  Le déployeur est un mécanisme gonflable qui se déploie sur une longueur de 1 m et s’auto-durcit. Le mécanisme d’extension se compose de quatre flèches roulées dans un distributeur central qui permet un déploiement contrôlé de la voile.

Image d’artiste du déploiement de la voile solaire de la mission RemoveDebris (credit SSC)

RemoveDEBRIS est une coopération internationale incluant l’université de Surrey, Airbus Defence and Space, ArianeGroup, Surrey Satellite Technology Ltd, Innovative Solutions In Space, le CSEM (Suisse), l’Inria (Institut National de Recherche en Informatique et Automatique, France) et l’université de Stellenbosch (Afrique du Sud). Le déploiement du satellite à partir de l’ISS a pu être réalisé grâce à NanoRacks et à l’accord spatial conclu avec les laboratoires nationaux de la NASA (communiqué Airbus DS).

On suivra avec attention cette expérience de grande importance dans la lutte contre les débris spatiaux qui représentent un risque non négligeable vis-à-vis des satellites opérationnels et des missions habitées. [Un jour, je vous ferai un article complet sur les débris spatiaux…].

Infographie d’Airbus sur la mission RemoveDEBRIS

Nouvelle réhausse de l’orbite de l’ISS

L’orbite de l’ISS a été relevée le 23 juin à 08h15 UTC d’environ 2 km en utilisant les moteurs du cargo Progress MS-08 pendant 208 secondes, d’où une accélération de 0,42 m/s. Cette réhausse permet une orbite favorable à l’arrivée du cargo de ravitaillement Progress MS-09 dont le lancement est prévu le 9 juillet prochain.

L’orbite de la Station est désormais : altitude minimale 403,7 km, altitude maximale 421,2 km, période orbitale 92,60 minutes et inclinaison de l’orbite à 51,66°.

Photo du cosmonaute Oleg Artemyev du jet de gaz produit lors de la réhausse de l’ISS le 23/06/2018

La tempête sur Mars est devenue globale

La tempête de poussière martienne a encore pris de l’ampleur et est officiellement devenue un événement «planétaire» (ou «global») », selon la NASA. La dernière tempête de cette intensité remontait à 2007.

Les ingénieurs au sol n’ont plus de communication depuis le 10 juin avec le rover Opportunity qui tire son énergie de panneaux solaires qui doivent être désormais couverts de poussières martiennes. Il avait résisté à la tempête de 2007 mais survivra-t-il à celle-ci ?

Pour le rover Curiosity doté d’un moteur nucléaire, les activités scientifiques continuent. Ses observations et son dernier « selfie » en date du 20 juin montrent que la tempête s’est épaissie et que la visibilité se trouve réduite.

Autoportrait du rover Curiosity sur un site d’échantillonnage appelé «Duluth» sur les pentes inférieures du mont Sharp. Une tempête de poussière martienne a réduit la lumière du Soleil et la visibilité dans le cratère de Gale. La paroi nord-nord-est et le bord du cratère se trouvent au-delà du rover, leur visibilité étant masquée par la poussière atmosphérique. Cette mosaïque combine plusieurs images prises avec le Mars Hand Lens Imager (MAHLI) monté sur le bras du rover le 15 juin 2018, le 2082e jour martien, ou Sol. Les mouvements du poignet et les rotations de la tourelle sur le bras ont permis à MAHLI d’acquérir les images de la mosaïque. Le bras n’apparait pas sur l’image. Crédit NASA/JPL-Caltech/MSSS

Ryugu de plus en plus précis

La sonde japonaise Hayabusa-2 se rapproche de sa cible l’astéroïde Ryugu. Les dernières photos ont été publiées ce 25 juin. A suivre dans un article à venir.

Retrouvez les images de la semaine dernière : Hayabusa-2 : Ryugu de plus en plus précis

Le récap en vidéo

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.