Les lanceurs chinois en panne ?

Un titre très provocateur mais avec l’échec de 2 des 3 derniers vols chinois en 1 mois, on peut se poser la question de la suite des lancements chinois en 2020.

Le tir inaugural de Long March 7A raté en mars

Le 16 mars, le lanceur Long March 7A devait mettre sur orbite de transfert géostationnaire un satellite secret dénommé XJY 6.

Le décollage a eu lieu à 11h34 UTC depuis la base de Wenchang.

Décollage Long March 7A le 16/03/2020 (source Weibo)

L’agence de presse d’Etat a confirmé l’échec un peu moins de deux heures après le lancement, sans indication de la cause ni de la nature de l’échec. Le constructeur du lanceur, la China Aerospace Science and Technology Corp. (CASC), n’a rien déclaré de son côté.

Un tir inaugural pour un lanceur n’est jamais très bon car il entraîne souvent des mois d’investigations.

Or la Long March 7A partage de nombreux points communs avec la Long March 5B qui doit décoller dans la deuxième moitié d’avril avec le premier exemplaire d’un vaisseau habitable de nouvelle génération.

Mise à jour : le lancement de la LM-5B a été décalé ensuite au 5 mai.

Un prototype de vaisseau spatial chinois de nouvelle génération en cours de test (crédit : CCTV)

Ensuite ce lanceur doit mettre sur orbite les futurs éléments de la Station spatiale chinoise qui accuse déjà quelques années de retard sur le planning initial.

Mais surtout la Long March 5 doit être utilisée pour envoyer le rover chinois Huoxing-1 fin juillet vers Mars et la mission Chang’e5 de retour d’échantillon lunaire.

Le Long March 7A est une variante du Long March 7 standard, qui a volé deux fois avec succès : tir inaugural le 25 juin 2016 et le 20 avril 2017 avec le cargo ravitailleur Tianzhou de la station Tiangong-2

La Long March 7A est un dérivé de la Chang Zheng 7 (CZ-7) avec des premier et second étages communs mais un 3e étage en complément. Elle pourrait remplacer à terme la CZ-3B pour la mise sur orbite de satellites géostationnaires.

Les lanceurs chinois de nouvelle génération (source Weibo)

La Long March 7A est propulsée par quatre boosters latéraux alimentés par des moteurs YF-100 alimentés au RP-1 (sorte de kérosène), et un étage central avec deux moteurs YF-100. Le deuxième étage de la fusée a quatre moteurs YF-115, également alimentés en kérosène et en oxygène liquide, et deux moteurs YF-75 à hydrogène sont sur le nouveau troisième étage ajouté pour créer la configuration Long March 7A.

Moteur YF-100 (source b14643.de)

Les moteurs YF-100 volent sur les boosters latéraux de la fusée Long March 5 et de la CZ-6. Ils équipent la Long March 8 dont le tir inaugural est prévu en 2020 selon le calendrier initial. Ces lanceurs devraient remplacer à terme les anciens modèles de lanceurs Long March à propergols toxiques.

Les moteurs YF-115 du deuxième étage de la Long March 7 sont également utilisés sur la Long March 6.

Moteur YF-115 (source b14643.de)

Les moteurs cryogéniques YF-75 volent sur certaines variantes de la Long March 5 et aussi sur la Long March 3B.

Moteur YF-75 (crédit Chinaspaceflight)

Si l’anomalie concerne les moteurs YF-115 du deuxième étage, l’impact de la panne pourrait être limité aux fusées des séries Long March 6 et 7. 

Si la cause de l’anomalie trouve son origine dans les moteurs cryogéniques du 3e étage, ces échecs pourraient avoir un impact sur plusieurs vols à venir, dont ceux vers Mars à l’été et vers la Lune en fin d’année.

Echec d’une Long March 3B en avril

Le 9 avril, le décollage d’une Long March 3B s’effectue sans problème depuis la base spatiale de Xichang, à 19h46 heure locale, avec le satellite commercial indonésien Palapa-N1 à bord.

Quelques heures après, l’agence de presse chinoise officielle confirme l’échec du vol. Des investigations seraient en cours pour comprendre l’anomalie.

Certains experts pensent qu’il s’agit d’un problème sur le 3e étage du lanceur.

En effet, selon le communiqué officiel, le troisième étage de la fusée et le satellite sont retombés vers la Terre.

Profil d’une mission typique de CZ-3B (crédit CASC)

Des images de débris dans l’atmosphère au-dessus de l’île de Guam dans le Pacifique, à quelque 4 700 kilomètres de la base spatiale de Xichang, ont été publiées sur Twitter :

Le satellite dénommé aussi Nusantara-2, construit par la China Great Wall Industry Corp. (CGWIC), a été perdu. C’était l’une des rares exportations commerciales de satellites réalisées par la Chine. 

Le satellite Nusantara-2 prêt au lancement (via Bisnis.com)

Le satellite pesait 5 550 kg et devait assurer des télécommunications à large bande sur l’Indonésie et sur l’Asie-Pacifique jusqu’en Australie. Nusantara-2 devait occuper la position orbitale 113° Est pour remplacer le satellite Palapa-D, mis en orbite le 31 août 2009. Le satellite était couvert par une assurance selon l’opérateur.

Le satellite Nusantara-2 en cours d’intégration à la China Academy of Space Technology à Pékin. (crédit PT Pasifik Satelit Nusantara)

Lors du lancement de Palapa-D, une défaillance du lanceur avait entraîné la séparation du satellite à une altitude inférieure à celle requise, l’obligeant à atteindre son orbite finale par sa propre propulsion, réduisant ainsi sa période de service de 15 à 11 ans. Son remplacement n’aura pas lieu de suite du coup…

Quelle autre conséquence ?

Schéma d’une CZ-3B
Schéma d’une CZ-5
Schéma d’une CZ-7

La Long March 3B est le lanceur chinois le plus tiré ces dernières années et aussi très fiable avec seulement 4 échecs sur 67 lancements (94% de réussite).

Ce sont les premiers échecs des lanceurs Long March depuis 2017 avec celui de la Long March 5 en juillet 2017.

Ces 2 anomalies, dans les 3 dernières tentatives sur les 9 en ce début 2020, en plus de l’arrêt des lancements pour cause de Covid-19 en février, auront sans aucun doute un impact sur l’objectif de la Chine de procéder à 40 lancements en 2020.

La Long March 3B est le lanceur utilisé pour la mise sur orbite des satellites de navigation chinois Beidou. Pour la mise en service de la constellation sur une couverture mondiale, il ne reste qu’un seul satellite de 3e génération à lancer. Le lancement était prévu pour mai. Cela attendra peut-être.

Une année 2020 bien chamboulée à tout point de vue.

Sources principales de l’article : SpaceNews

Publicités

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.