L’actualité de la semaine du 26 juin : ROSA, Ariane 5, sélection canadienne, Long March 5

Une semaine avec un record encore pour Ariane 5, une nouvelle sélection d’astronautes et un échec chinois. Mais pour commencer, des nouvelles de ROSA l’une des expériences technologiques sur l’ISS.

Fin de l’expérience ROSA à l’ISS

ROSA (Roll-Out Solar Array) est une expérience de démonstration technologique apportée à la Station Spatiale Internationale par le cargo Dragon CRS-11 [lire Un Dragon réutilisé pour l’ISS].  Il s’agit d’un système de panneaux solaires flexibles dans l’objectif d’avoir des panneaux solaires à forte puissance mais compacts et environ 20% moins lourds que les actuels. ROSA a été déployé avec succès le 18 juin [à lire dans L’actualité spatiale de la semaine du 12 juin : Progress et ISS, Long March, et Orion].

Après une semaine de tests, il était normalement prévu de « rembobiner » le panneau solaire de 4,5 m de long sur 1,6 m de large, et de le remettre dans la partie non pressurisée du cargo Dragon, qui devait se consumer au retour dans l’atmosphère (seule la partie pressurisée du Dragon vient amerrir au retour). Mais les contrôleurs au sol n’ont pas réussi ce 26 juin à verrouiller le panneau solaire une fois ré-enroulé.

Face à cet imprévu, une procédure avait toutefois été planifiée, et ROSA a été larguée par le bras robotique dans l’espace, sans aucun risque pour l’ISS ou d’autres vaisseaux à venir.

Et de 80 pour Ariane 5

Ariane 5 continue sur sa lancée avec le succès de son 80e lancement d’affilée depuis 2003. Le lanceur a en effet mis sur orbite de transfert géostationnaire 2 satellites de télécommunications le 28 juin avec un décollage à l’heure prévue à 21h15 UTC depuis le Centre spatial guyanais.

Lancement Ariane 5 / GSAT-17 & Hellas Sat 3 / Inmarsat S EAN le 28/06/2017 (credit Arianespace)

GSAT-17 est un satellite de télécommunications pour l’agence spatiale indienne, l’ISRO, et rejoindra la flotte de 17 satellites déjà opérationnels qui permettent le développement de l’Inde comme par exemple les services de transmission de données et de recherche et de sauvetage.

Hellas Sat 3 / Inmarsat S EAN (European Aviation Network) est, fait rare, un satellite de 5,8 tonnes en « condosat » (satellite partagé par 2 opérateurs) pour les deux opérateurs Hellas Sat (filiale d’Arabsat) et Inmarsat. La charge utile Inmarsat S EAN fournira des services de communications en bande S en support au réseau d’Inmarsat pour la connectivité haut-débit des passagers des compagnies aériennes en Europe (wifi à bord). La charge utile Hellas Sat délivrera des services de télévision directe sur l’Europe, le Moyen-Orient et les pays d’Afrique sub saharienne (informations de Thales Alenias Space, constructeur du satellite). Hellas Sat 3 / Inmarsat S EAN devait initialement décoller à bord d’une Falcon 9 de SpaceX mais finalement, en raison des retards de SpaceX, les opérateurs se sont dirigés vers Arianespace.

La retransmission globale :

Seulement le décollage : 

Deux nouveaux astronautes canadiens sélectionnés

Après l’annonce des 12 nouveaux astronautes de la NASA, c’est au tour de l’Agence Spatiale Canadienne (ASC ou CSA pour Canadian Space Agency) de présenter ses nouveaux astronautes.

Le 1er juillet, pendant les célébrations de la fête du Canada soulignant le 150e anniversaire du pays, le premier ministre Justin Trudeau  a présenté les 2 nouveaux astronautes canadiens : Jenni Sidey et  Joshua Kutryk,

Les deux astronautes recrutés en 2017. À gauche : Joshua Kutryk. À droite : Jennifer Sidey. (Source : ASC)

Jenni Sidey est une ingénieure qui a fait ses études à l’Université McGill, à Montréal, et à l’Université de Cambridge, au Royaume-Uni, où elle était chargée de cours avant d’être recrutée comme astronaute. Le lieutenant-colonel Joshua Kutryk, est pilote d’essai, pilote de chasse et pilote de CF-18.

Ils font partie de 17 finalistes sur 3772 postulants. Ils rejoignent le corps des astronautes canadiens, constitués de 2 membres actifs à ce jour :Jeremy Hansen et David Saint-Jacques.

Jenni Sidey et Joshua Kutryk sont les 13e et 14e astronautes canadiens, le Canada ayant recruté un total de 14 astronautes au cours de 4 campagnes.. Ils commenceront dès le mois d’août une formation de deux ans au Centre spatial Johnson de la NASA à Houston, au Texas.

Le prochain Canadien affecté à une mission de six mois à bord de la Station spatiale internationale est David Saint-Jacques. Il participera à l’Expedition 58/59 à partir de novembre 2018 pour sa première mission. Ce sera le 17e vol spatial d’un membre du corps des astronautes canadiens.

L’astronaute David Saint-Jacques lors d’une formation robotique à l’Agence spatiale canadienne en mars 2014 (Source : Agence spatiale canadienne)

Echec du lanceur Long March 5

Une fusée chinoise Long March 5 a décollé ce dimanche 2 juillet du site de lancement de Wenchang, à 11h23 UTC. Il s’agissait du second lancement de cette version de Long March, après le vol inaugural en novembre 2016 [lire L’actualité spatiale de la semaine du 31 octobre : le nouveau lanceur Long March 5 et Himawari-9].

Le décollage en vidéo :

Long March 5, ou CZ-5, devait placer sur orbite de transfert super-synchrone (SSTO) un satellite de télécommunications Shijian-18. Mais le vol ne s’est pas passé comme prévu. Un court communiqué de l’agence de presse officielle Xinhua a annoncé l’échec du lancement et que des investigations étaient en cours. La retransmission vidéo en direct sur CCTV s’était arrêtée net après environ 10 minutes de vol, sans explications.

En fait, la séparation du satellite aurait du avoir lieu environ 30 minutes après le décollage. Mais il semblerait que le second étage ait connu un problème. 

Un graphique affiché à l’intérieur du centre de contrôle du lancement semblait suggérer que la Long March 5 a dévié de son altitude prévue à environ 10 minutes de vol. Selon l’analyse de spaceflight101.com de la retransmission TV, un jet de gaz est apparu à la base du corps central de la fusée à T + 347 sec :

Premier signe de difficulté ? Un jet de gaz blanc apparaît sur la base du corps central de CZ-5 (source CCTV / Spaceflight101)

La séparation du premier étage s’est déroulé 105 secondes plus tard que prévu. Puis sur la retransmission, on voit nettement le second étage perdre de l’altitude (voir carrés rouges ci-dessous) : 

Ecrans de la salle de contrôle du lanceur Long March 5 montrant sa mauvais attitude ( (source CCTV / Spaceflight101)

Le 2e étage n’aurait fonctionné que 3 minutes et 15 secondes au lieu des 4 minutes et 48 secondes planifiées, donc insuffisamment pour mettre sur bonne orbite le satellite.

La Chine communiquera peut-être (ou pas) sur les résultats de ses investigations.

Cet échec aura sans doute des répercussions sur les lancements à venir des prochaines CZ-5 mais surtout sur le planning du programme d’exploration chinois. En effet, ce lanceur est la pièce maîtresse pour la mise sur orbite de la future Station Spatiale Chinoise et du programme lunaire chinois [article à venir]. Long March 5 peut mettre sur orbite des charges utiles deux fois plus lourdes que n’importe quel autre lanceur chinois, sa capacité étant comparable à Ariane 5 ou à la Delta-4-Heavy américaine.

Il s’agit du deuxième échec d’un lanceur chinois en 2 semaines. Le 18 juin dernier, une Long March 3B n’avait pas réussi la mise sur une orbite correcte d’un satellite de télécoms [lire L’actualité spatiale de la semaine du 12 juin : Progress et ISS, Long March, et Orion].

A lire : un très bon article sur eastpendulum.com

Lancement Falcon 9 reporté

La semaine aurait pu se terminer avec un nouveau lancement d’une Falcon 9 dans la nuit du 2 au 3 juillet. Mais un arrêt de la chronologie finale dans les 10 dernières secondes a été déclenché par l’ordinateur de vol détectant une anomalie dans le système de guidage de la fusée.

Le tir a été reporté au 3 juillet à 23h37 UTC. Il n’est pas prévu d’un retour du premier étage en raison de la masse du satellite Intelsat 35e (6 761 kg) à mettre sur orbite de transfert géostationnaire (GTO), la plus lourde charge utile à ce jour pour une Falcon 9 en GTO, et donc nécessitant toute la puissance du lanceur.

A suivre dans le prochain récap de la semaine prochaine !

 

le récap de Stardust

2 réflexions sur “L’actualité de la semaine du 26 juin : ROSA, Ariane 5, sélection canadienne, Long March 5

  1. Joshua Peter Kutryk était déjà bien connu car il faisait partie des 16 finalistes (dont une seule femme, Allyson Gayle Hindle) du groupe CSA-3 de 2009 dont 2 furent sélectionnés (David Saint-Jacques et Jeremy Roger Hansen).

    Pour ce nouveau groupe CSA-4, il y avait 17 finalistes dont 5 femmes (à noter la progression de ces dernières !…).

    Parmi les 17 finalistes du groupe CSA-4 de 2017, deux l’avaient déjà été en 2009 : Matthew Thomas Bamsey et, bien évidemment, Joshua Peter Kutryk.

    Quant à Jennifer Anne MacKinnon « Jenni » Sidey, elle sera la 3e Canadienne à aller dans l’espace après Roberta Lynn Bondar et Julie Payette.

    Il est vraisemblable que Joshua Kutryk et « Jenni » Sidey seront par la suite intégrés au groupe 22 de la NASA tout comme le seront les futurs astronautes japonais du groupe JAXA-6.

    David Saint-Jacques sera le 10e astronaute canadien (et Jeremy Hansen le 11e) ; à noter que le 9e, Guy Laliberté, ne faisait pas partie de la CSA. Joshua et « Jenni » seront donc les 12e et 13e.

    Pour la mission Soyuz MS-11 / ISS 58-59, David Saint-Jacques partira avec Oleg D. Kononenko et Serena M. Aunon-Chancellor. Les doublures de David et Serena seront Luca S. Parmitano et Anne C. McClain qui devraient donc, en toute logique, effectuer la mission Soyuz MS-13 / ISS 60-61 avec un commandant de bord russe non encore officiellement désigné.

    NB : CZ = Chang Zheng (Longue Marche) ; Shijian ou Shin Jian = expérimental.

    Shijian-18 aurait dû être le premier satellite d’une nouvelle série, dite DFH-5 Bus.

    NB : eastpendulum.com est en effet un très bon site ; il serait excellent s’il comportait beaucoup moins de fautes de français !…

  2. suite

    Parmi les 32 candidats du groupe CSA-4 de 2017 figurant dans le « top 32 » (semi-finalistes), trois faisaient déjà partie des 16 finalistes du groupe CSA-3 de 2009. Il s’agit de Matthew T. Bamsey, Allyson G. Hindle et Joshua Peter Kutryk.

    Parmi les 72 candidats figurant dans le « top 72 », il y en avait un 4e (à faire partie des finalistes du groupe CSA-3 en 2009), Jameel Janjua.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *