Les événements spatiaux à ne pas rater en 2018

Après une année 2017 bien chargée, l’année 2018 s’annonce encore bien complète voire encore avec plus de belles promesses côté spatial notamment au-delà de l’orbite terrestre. [Les liens vers les articles décrivant les missions sont ajoutés lorsqu’ils existent, si non, il faudra patienter]

L’exploration du Système Solaire en 2018

Les missions actives au-delà de l’orbite terrestre par Olaf Frohn via http://www.planetary.org

Osiris-Rex et Hayabusa-2 ont rendez-vous avec leurs astéroïdes

Les sondes américaine et japonaise Hayabusa-2 et Osiris-Rex devraient arriver respectivement en juillet et août 2018 aux environs des astéroïdes 1999JU3 et Bennu.

Cette image en noir et blanc du système Terre-Lune a été capturée le 25 septembre 2017 par l‘une des trois caméras d’OSIRIS-REx. Au moment où cette image a été prise, le satellite s’éloignait de la Terre après avoir effectué une manœuvre d’assistance gravitationnelle le 22 septembre. La Terre et la Lune sont séparées par 409 000 km et le satellite est à 1 297 000 km de la Terre et à 1 185 000 kilomètres de la Lune. Credits: NASA/Goddard/University of Arizona

Insight direction Mars

Après un report de 2 ans, la mission Insight devrait décoller le 5 mai à bord d’une fusée Atlas V et devrait atterrir sur Mars le 26 novembre 2018.

L’atterrisseur Insigth en salle blanche en avril 2015 (Crédits: NASA / JPL-Caltech / Lockheed Martin)

L’Inde se posera-t-elle sur la Lune ?

La mission 100% indienne Chandrayaan-2 devrait décoller cette année. Après une mise sur orbite à 100 km d’altitude, il est prévu qu’un atterrisseur et un rover atteignent la surface lunaire, ce qui ferait de l’Inde le 4e pays à se poser sur le satellite naturel de la Terre.

La Chine à nouveau sur la Lune ?

La Chine devrait lancer un atterrisseur Chang’e 4 et un rover sur la face cachée de la Lune en 2018. Ce lander devrait être une évolution de Chang’e 3, le premier module chinois sur la Lune et le rover très similaire à Yutu même s’il devrait avoir 1 à 2 instruments supplémentaires. Ce lancement devra être précédé de la mise sur orbite au point de Lagrange L2 Terre-Lune d’un satellite pour permettre les télécommunications avec le lander sur la face cachée de la Lune.

Le Rover chinois Yutu sur le sol lunaire autour du site d’atterrissage. Photo prise par l’atterrisseur Chang’e-3 (source : CNSA)

Bepi Colombo vers Mercure

La prochaine mission interplanétaire de l’ESA en coopération avec la JAXA est Bepi Colombo dont la fenêtre de lancement commence le 5 octobre prochain. La sonde est constituée de 2 orbiteurs : le Mercury Planetary Orbiter (MPO) fourni par l’ESA, et le Mercury Magnetospheric Orbiter (MMO) fourni par l’Institut des sciences spatiales et astronautiques (ISAS) de la JAXA. Mais la route sera longue vers Mercure. Auparavant un survol de la Terre en 2020, 2 survols de Venus en 2020 et 2022, et 6 survols de Mercure entre 2021 et 2025 avant l’insertion en orbite mercurienne le 5 décembre 2025.

Vue d’artiste des 2 orbiteurs de la mission Bepi Colombo de l’ESA dont le lancement est prévu fin 2018 (credit ESA)

L’étude du Soleil avec Parker Solar Probe

La sonde Parker Solar Probe devrait décoller entre le 31 juillet et le 19 août à bord d’une Delta IV Heavy. Après des survols répétés de la planète Venus qui commenceront à l’automne pour baisser son périhélie (le point le plus proche de son orbite héliosynchrone), la sonde plongera à moins de 7 millions de kilomètres de la surface du Soleil, dans la couronne solaire, face à la chaleur et au rayonnement comme aucun satellite avant elle.

Logo de la mission Parker Solar Probe de la NASA

Et New Horizons pour début 2019

Si tout se passe bien, nous devrions avoir des images provenant de la Ceinture de Kuiper par la sonde New Horizons en approche de l’objet 2014MU69, avant son survol le 1er janvier 2019.

L’ISS en 2018

Un Allemand bientôt commandant

Un nouvel Européen va séjourner dans la Station Spatiale Internationale : Alexander Gerst. L’astronaute de la sélection 2009 va réaliser ainsi son deuxième vol et va même commander l’ISS (seulement la 2e fois pour un Européen, après Frank De Winne lors de l’expédition 21 en 2009). Le décollage est prévu à ce jour le 6  juin à bord du Soyouz MS-09 avec l’Américaine Jeanette Epps* Serena Auñon-Chancellor et le Russe Sergei Prokopyev. Après Blue Dot, la nouvelle mission d’Alexander s’appelle Horizons.

*Mise à jour : la NASA a annoncé le 18 janvier un changement dans les équipages.

Le nouvel équipage 56/57 : Serena Auñon-Chancellor, Sergei Prokopyev et Alexander Gerst (credit Roscosmos)

Les prochains équipages de l’ISS en 2018 :

  • Expedition 55-56 (décollage mars 2018) : Andrew Feustel, Oleg Artemyev, Richard Arnold
  • Expedition 56-57 (juin 2018) : Alexander Gerst, Jeanette Epps Serena Auñon-Chancellor, Sergey Prokopev
  • Expedition 57-58 (septembre 2018)  : Alexey Ovchinin, Nikolay Tikhonov, Nick Hague
  • Expedition 58-59 (novembre 2018) : Oleg Kononenko, David Saint-Jacques (canadien), Serena Auñon-Chancellorv Anne McClain

10 ans du module européen

Le 8 février 2018, on fêtera les 10 ans du module Columbus à bord de l’ISS.

Le laboratoire Columbus attaché à l’ISS depuis 2008 : 7m de long, 4,5m de diamètre, poids sur Terre 12 tonnes (credit ESA/NASA)

Il y aura aussi les 10 ans des modules pressurisés japonais Kibo.

Les premiers vols commerciaux américains habités en 2018 ?

Depuis l’arrêt des vols des navettes spatiales américaines en juillet 2011, l’acheminement des astronautes à bord de la Station Spatiale Internationale est exclusivement réalisé par les vaisseaux Soyouz russes. La NASA a finalement financé les compagnies privées Boeing et SpaceX pour développer des vaisseaux habités américains.

Logo du programme Commercial Crew de la NASA pour l’envoi du prochain système de transport spatial humain en orbite terrestre basse. Crédit d’image: NASA

A ce jour, voici les dates annoncées par Boeing et SpaceX pour les tests de leurs vaisseaux Starliner CST-100 et Crew Dragon :

  • Boeing : Vol orbital non habité en août 2018, Boeing Crew Flight Test en novembre 2018
  • SpaceX : Demonstration Mission 1 en avril 2018 et Demonstration Mission 2 (avec équipage) en août 2018.

On peut douter des ces dates car SpaceX a notamment un plan de charge très élevé avec ses lancements commerciaux Falcon 9 et Falcon Heavy (voir ci-dessous) et de plus, la NASA n’a pas annoncé officiellement l’affectation à ces vols d’essais des 4 astronautes connus à ce jour pour ce programme, à savoir Robert Behnken, Doug Hurley, Sunita Williams et Eric Boe ; une affectation qui est généralement officialisée 1 an au moins avant les lancements.

De son côté Sierra Nevada Corporation  va poursuivre les essais de sa navette non habitée DreamChaser en vue des ravitaillements de l’ISS pour 2019.

Vols suborbitaux touristiques, ça avancera en 2018 sans doute

Blue Origin a déjà lancé 7 fois son lanceur suborbital New Shepard. L’entreprise envisage un vol avec des « passagers test » à bord de sa capsule en 2018.

Pendant ce temps, Virgin Galactic progresse également. Après six essais de vols libres de son VSS Unity, la prochaine étape critique est de mener des vols d’essai motorisés de son SpaceShipTwo à des altitudes plus élevées.

Calendrier des lancements 2018

Comme chaque année, les ambitions des différents opérateurs de lancements sont impressionnantes. Si elles s’avéraient réussies, ce serait une année exceptionnelle.

Côté Etats-Unis, les premiers au classement en 2017, c’est 46 lancements prévus : Falcon 9, 27 tirs – Falcon Heavy, 3 tirs – Atlas V, 7 tirs – Delta 4, 3 tirs – Delta 4 Heavy, 1 tir – Delta 2, 1 tir – Antares, 2 tirs – Pegasus-XL, 1 tir – Minotaur, 1 tir. SpaceX veut rester loin en tête devant ULA (Atlas et Delta). Après plusieurs années de report, le premier vol de la Falcon Heavy est devenu une réalité et est prévu désormais dès janvier 2018 [lire En bref dans l’actualité spatiale de la semaine du 25 décembre].

Falcon Heavy Demo Mission

Falcon Heavy sur le pas de tir à fin 2017 pour son vol inaugural prévu en janvier 2018 (credit SpaceX)

 La Chine espère effectuer 40 lancements. Elle n’en a effectué que 18 en 2017 sur une trentaine planifiée. Au moins une dizaine de satellites de navigation Beidou devrait être lancée. Des satellites pour des pays tiers devraient être mis sur orbite. Les missions scientifiques Zhangheng-1, un satellite de mesure des signaux électromagnétiques de l’atmosphère et de la ionosphère pour tenter de prédire les tremblements de terre, avec participation italienne, et le satellite océanographique Franco-Chinois (CFOSAT) devraient être lancés respectivement en février et au second semestre. Deux nouveaux lanceurs Kuaizhou-11 et LandSpace-1 devraient faire leur vol inaugural. Le retour en vol de la Long March 5 est attendu après l’échec de 2017. Et le lanceur Long March 11 devrait faire un décollage depuis une plateforme en mer.

La Russie devrait passer 3e avec 21 lancements prévus : Soyouz-2.1 (toutes versions), 10 tirs – Soyouz-FG, 4 tirs – Proton-M, 6 tirs – Rokot, 1 tir.

[Suite à l’annonce d’Arianespace le 9 janvier, j’ai mis à jour la partie sur les lancements européens]

Côté Europe, Arianespace espère effectuer 14 lancements : 7 pour Ariane 5 dont 1 nouveau set de satellites Galileo et Bepi Colombo [voir plus haut], 4 pour Soyouz et 3 Vega.

L’Europe sera-t-elle dépassée par l’Inde ? L’ISRO aurait planifié selon les sources entre 11 à 17 lancements soit 6 PSLV et 5 GSLV au minimum, après une année 2017 en demi-teinte suite à l’échec en août de sa PSLV.

Le Japon devrait rester sur le même nombre qu’en 2017 soit 7 avec 2 Epsilon, 4 H-II (toutes versions) et 1 SS-250-5.

Côté entreprise privée nouvellement venue, Rocket Lab a reporté au début de l’année 2018 le deuxième lancement de sa fusée Electron après plusieurs tentatives de lancement avortées à la suite d’une série de problèmes techniques et de conditions météorologiques défavorables sur sa base de lancement en Nouvelle Zélande. Ce deuxième lancement, baptisé « Still Testing », devrait emporter deux satellites Lemur-2 de Spire, ainsi qu’un cubesat Dove de Planet.
Pour mémoire, le vol inaugural du lanceur Electron de mai dernier n’avait pas permis d’atteindre l’orbite nominale en raison d’une erreur de télémétrie qui avait enclenché les systèmes de sécurité quelques minutes après le décollage.

Virgin Orbit devrait également faire son entrée en scène en 2018 avec sa fusée LauncherOne dont le lancement s’effectuera à partir d’un avion porteur « Cosmic Girl », un Boeing 747-400 modifié. LauncherOne est développé pour la mise sur orbite basse héliosynchrone de petits satellites jusqu’à 200 kg pour un faible coût. L’entreprise a déjà signé un contrat majeur avec OneWeb pour le lancement de 39 satellites de télécommunications et un contrat auprès de la NASA pour lancer plus d’une douzaine de satellites expérimentaux de pointe pour l’agence spatiale.

Maquette de l’avion porteur « Cosmic Girl » et de la fusée LauncherOne de Virgin Orbit (credit Eric Berger)

Stratolaunch devrait effectuer en 2018 ses premiers vols également après ses tests effectués au sol en 2017.

Par contre, le lancement du télescope James Webb et le vol inaugural du super lanceur SLS américain n’auront pas lieu en 2018 mais ont été reportés en 2019.

Abonnez-vous au blog et vous aurez des nouvelles sur ces différentes missions et étapes de 2018 ! 

 Google+ / RSS – Articles ou le bouton Abonnez-vous sur la page d’accueil (dans la colonne à droite) en ayant renseigné préalablement votre email.

L’année 2018 selon l’ESA :

 

2 commentaires sur “Les événements spatiaux à ne pas rater en 2018”

  1. A noter que, assez curieusement, on ne sait toujours pas (officiellement) qui sera la doublure de « Ricky » Arnold pour la mission Soyuz MS-08 / ISS 55-56.

    Et y aura-t-il des Chinois en 2018 ? Apparemment non. On attend cependant pour 2018 la composition de nouveaux groupes de taïkonautes (taikongren) ainsi que de cosmonautes (russes) et d’astronautes japonais. Wait and see.

    Les premiers vols commerciaux américains habités en 2018 ?
    Certainement pas, vu qu’ils sont d’ores et déjà reportés à 2019.

    Le classement des grandes puissances spatiales pour 2018 devrait donc être le suivant : 1 USA, 2 Chine, 3 Russie, 4 Inde, 5 Europe et 6 Japon. Ce sont toujours les mêmes mais pas dans le même ordre…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.