L’actualité spatiale de la semaine du 28 août : Harvey, échec de la PSLV, retour sur Terre pour Peggy, Jack et Fyodor

Cette semaine aura été dramatique côté météo et lancement indien, mais se termine par une belle fin de mission à l’ISS.

Harvey scruté depuis l’espace

L’ouragan Harvey qui a dévasté le sud du Texas en fin de semaine dernière a été observé depuis l’espace, que ce soit depuis l’ISS ou les satellites d’observation.

Les astronautes américains à bord de l’ISS ont publié de nombreux clichés de cette tempête dévastatrice. Quelques tweets :

Ils ont été concernés à plus d’un titre. Leurs familles résident pour la plupart à Houston car ils s’y sont entraînés majoritairement ces dernières années avant leur mission, et l’un des centres de contrôle de la Station Spatiale Internationale se situe également dans la ville côtière. Il a été même presque fermé, le personnel réduit au strict nécessaire.

A lire : À Houston, la NASA affronte Harvey sur le site d’actualités de la Cité de l’espace et L’ouragan Harvey, le plus puissant depuis 12 ans, touche le sud du Texas sur Un autre regard sur la Terre.

Des pluies diluviennes ont touché la 4e plus grande ville des Etats-Unis et des inondations s’en sont suivies, observés par les satellites d’observation de la Terre. Leurs images permettent notamment de voir les zones les plus touchées et d’aider les services d’aide à la population.

A lire : Ouragan Harvey : les inondations à Houston vues par le satellite Sentinel-1 de Copernicus et Les inondations à Houston : les images des satellites à très haute résolution

Les inondations au Texas après le passage de l’ouragan Harvey. Ici la zone de Brookshire vue par le satellite WorldView-2 le 30 août 2017. Crédit image : DigitalGlobe via Un autre regard sur la Terre

Echec de la PSLV indienne

Le lanceur indien PSLV (Polar Satellite Launch Vehicle) vient de connaitre son premier échec total depuis 1993.

Le 31 août, le décollage de la mission PSLV-C39 a eu lieu comme prévu à 13h30 UTC depuis le centre spatial Satish Dhawan sur la côte est de l’Inde.

Mais rapidement la fusée a dévié de sa trajectoire. L’agence spatiale indienne, l’ISRO, a confirmé plus tard que l’étage supérieur du lanceur (4e étage) et sa charge utile avaient atteint une orbite inférieure à celle prévue de 167 par 6 555 kilomètres, tandis que l’orbite de transfert géostationnaire prévue pour la mission était de 284 par 20 650 kilomètres.

Sur la vidéo du direct ci-dessous, à partir de 18 minutes, le commentateur annonce la séparation imminente de la coiffe, mais on voit qu’elle est présente sur le moniteur en bas à droite et il ne confirme pas la séparation. A 20′ de la vidéo, on commence à voir la courbe du haut de la vitesse de la fusée être en sous-performance par rapport à l’attendu alors que le 3e étage est allumé. vers 23′ de la vidéo, les contrôleurs au sol commencent à s’agiter. A27’30 » le commentateur annonce la sous performance du 4e étage (la coiffe pèse dans les 1000 kg et n’est pas prévue à ce stade du vol). A 35’50 » du live; le directeur de vol confirme que la coiffe ne s’est pas séparée.

A ce jour, on sait qu’à 3 minutes et 23 secondes de vol, la coiffe de protection du satellite pour la traversée des couches de l’atmosphère à vitesse maximale n’a pas été séparée de la fusée. La séquence automatique a déclenché ultérieurement la séparation du satellite, comme confirmé par l’ISRO ultérieurement. Des investigations sont en cours à l’ISRO pour savoir ce qui s’est passé.

La coiffe d’un lanceur se sépare en principe à l’aide d’un système pyrotechnique. Un courant électrique est envoyé à des composants pyrotechniques, ce qui fait exploser une petite quantité de poudre à l’intérieur de ces composants, ce qui déclenche dans la plupart des techniques utilisées l’éjection à grande vitesse d’un coupe boulon ou un coupe câble. Cela libère alors les éléments de fixation de la coiffe. Plusieurs hypothèses sont possibles : problème informatique (ordre de séparation non donné), problème électrique ou problème dans le composant pyrotechnique lui-même (poudre inopérante par exemple).

Il faut savoir que la non séparation d’une coiffe (ou séparation partielle) est un fait assez rare. Selon le Forum de la conquête spatiale, il y a eu 16 anomalies sur 5654 lancements orbitaux, soit une défaillance environ tous les 353 tirs ou 1 anomalie tous les 3,75 ans sur 60 ans de lancements …

image de la retransmission en direct du lancement PSLV-C39. l’écran en bas à droite montre le satellite sous sa coiffe alors que celle-ci aurait du être déjà retirée (credit live ISRO)

IRNSS-1H, prisonnier sous sa coiffe

Le satellite IRNSS-1H de 1425 kg était censé remplacé le satellite IRNSS-1A lancé il y a 4 ans et défaillant en orbite. Ces satellites constituent la constellation de satellites de navigation de l’Inde, IRNSS signifiant système de navigation par satellite régional indien, rebaptisé NavIC (Navigation with Indian Constellation).

L’ensemble 4e étage + satellite + coiffe constitue un débris spatial particulièrement dangereux car le satellite est rempli de carburants explosifs. V. Adimurthy, conseiller à l’ISRO, ancien président du Comité inter-agences de coordination des débris spatiaux (IADC), a déclaré: « Le satellite est en orbite basse et il y aura une désintégration naturelle. Selon les modèles, nous nous attendons à ce qu’il tombe de nouveau sur terre peut être entre quatre et huit semaines. »

Le satellite INRSS-1H installé sur le lanceur PSLV avant la pose de la coiffe (credit ISRO)

Il s’agissait du 42e lancement d’une PSLV. Seul le premier lancement, PSLV 1, avait échoué (un bug logiciel a provoqué le crash de la fusée dans le golfe du Bengale, 700 secondes après le décollage). Le 4e lancement avait partiellement échoué en 1997 en mettant sur une orbite plus basse que prévue le satellite d’observation, mais toutefois sur une orbite polaire utilisable.

Retour sur Terre pour Peggy Whitson, Fyodor Yurchikhin et Jack Fischer

Le Soyouz MS-04 a atterri le 3 septembre au matin avec à son bord 3 membres d’équipage de l’ISS. A lire dans l’article dédié : Bienvenue sur Terre pour Peggy Whitson, l’astronaute des records

Peggy Whitson, Fyodor Yurchikhin et Jack Fischer de retour sur Terre le 3 septembre 2017 (credit Roscosmos)

Autres actualités en bref

Vol captif du Dream Chaser

Le Dream Chaser est une mini-navette destinée à ravitailler l’ISS à l’horizon 2019. Le 30 août, elle vient de réaliser un premier vol captif, c’est à dire accroché à un hélicoptère. Des détails à venir sur ce programme et ce vol dans un prochain article.

Florence, le gros astéroïde qui a effrayé les médias

Si vous avez regardé les médias classiques, vous n’avez pas pu passer à côté de cette nouvelle au sujet de l’astéroïde Florence qui a frôlé la Terre.

Comme l’a écrit Olivier Sanguy dans son article « 2 astéroïdes à proximité de la Terre en septembre et octobre », il faut relativiser les distances. Toutefois, les astéroïdes constituent une vraie menace pour notre planète et nos vies [pour compléter, lisez l’article Les astéroïdes : une vraie menace ?]

Toutefois, Florence a fait le bonheur des radiotélescopes ou des astronomes. Il a même été découvert que l’astéroïde comportait 2 lunes. Plus d’informations sur Radar Reveals Two Moons Orbiting Asteroid Florence

Image radar de l’astéroïde 3122 Florence obtenue à l’antenne de 70 mètres du complexe Goldstone Deep Space Communications de la NASA entre le 29 août et le 1er septembre (credit NASA/JPL)

Un essai prometteur pour la Falcon Heavy

Le développement du lanceur lourd Falcon Heavy de SpaceX aurait passé une nouvelle étape vers son premier lancement à l’automne. Sur son compte Instagram, SpaceX a publié l’essai de l’un des 3 boosters constituant à terme le premier étage du lanceur. Les 3 boosters auraient passé avec succès les tests. La légende de la vidéo précise que ce booster latéral est le premier étage utilisé et récupéré lors du lancement du cargo Dragon CRS-9.

3 réflexions sur “L’actualité spatiale de la semaine du 28 août : Harvey, échec de la PSLV, retour sur Terre pour Peggy, Jack et Fyodor

  1. A noter qu’un centre de contrôle de secours se situe à Huntsville (Alabama).
    Houston est la 4e plus grande ville des Etats-Unis après New York, Los Angeles et Chicago. En revanche, pour ce qui est de l’agglomération (SMSA en anglais), avec environ 6 Mh, ce n’est que la 9e des USA, ce qui n’est déjà pas si mal…

    Bien entendu, selon Donald/Dingo Trump, cet ouragan n’est absolument pas dû au réchauffement climatique pour la bonne et simple raison qu’il n’existe pas.

    On peut aussi remarquer que 44 morts aux USA ont presque plus d’importance que 250 000 ou 300 000 morts dans des pays tels que l’Indonésie ou Haïti. Selon que vous soyez puissant ou misérable etc.

    • J’ai longtemps hésité à parler de Harvey plutôt qu’une autre catastrophe mais comme il avait eu un impact sur le retour des astronautes de l’ISS et que Gilles avait fait de bons articles, j’ai décidé d’en faire une partie de l’article quand même.

  2. suite

    Lors du retour sur Terre de Soyuz MS-04, nos six amis occupaient les positions suivantes pour ce qui est de la durée de vol spatial parmi les 550 (seulement) hommes et femmes (490 et 60) ayant effectué à ce jour des vols orbitaux :

    – n° 7, Fyodor N. Yurchikhin, également 7e « Russe ou autre ex-soviétique » (sur 121… ou 123 avec Kadenyuk et Aimbetov qui sont comptabilisés avec les « autres », Aubakirov et Musabayev ayant volé en tant que Soviétiques) ;

    – n° 8, Peggy A. Whitson, également 1er Américain (sur 337), 1ère Américaine (sur 46) et 1ère femme (sur 60) ;

    – n° 72, Paolo A. Nespoli, également 3e « autre » (sur 81 qui ne sont ni Russes/ex-soviétiques ni Américains ni Chinois… juste devant Jean-Pierre Haigneré) et 1er Italien (sur 7) ; (les deux premiers « autres » sont Thomas Reiter et Koichi Wakata qui sont respectivement 37e et 38e sur 550 et il y a 11 Chinois) ;

    – n° 78, Sergei N. Ryazanskiy, également 51e « Russe ou autre ex-soviétique » (sur 121) ;

    – n° 140, Jack D. Fischer, également 52e Américain (sur 337) ;

    – n° 190, Randolph J. « Randy » Bresnik, également 90e Américain.

    A noter que ce classement est en constante évolution, ce qui constitue un oxymore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *