L’actualité spatiale de la semaine du 25 décembre : Long March et Yaogan-30, Zenit et Angosat, Progress MS-06

Une dernière semaine de l’année plutôt calme. Et bientôt le récap de l’année à venir !

Une trio de satellites chinois sur orbite

Une Long March 2C a clos les lancements chinois 2017 en décollant à 19h44 UTC le 25 décembre (le 26 décembre en heure locale).

Lancement Long March 2C / Yaogan-30 le 25/12/2017 (credit Xinhua/Liang Keyan)

3 satellites de reconnaissances ou d’observation Yaogan (télédétection en chinois) mis sur orbite complètent la constellation de 6 satellites déjà lancés le 29 septembre et le 25 novembre.

Pour en savoir plus, lisez l’article très complet La Chine lance le 3e triplet de satellites militaires YG-30 sur Est-Pendulum.

Un satellite perdu puis retrouvé après son lancement par une Zenit

Les équipes russe et ukrainienne du lanceur Zenit ont dû avoir des sueurs froides en cette fin d’année. Après 2 ans sans lancement pour cause d’arrêt des lancements de Sea Launch et les tensions russo-ukrainiennes, la fusée Zenit était de retour sur le pas de tir du Cosmodrome de Baïkonour. Le décollage s’est déroulé sans encombre à 19h00 UTC le 26 décembre.

Lancement Zenit / Angosat-1 le 26/12/2017 (credit Roscosmos)

Après près de 9 heures de vol, le satellite Angosat-1 s’est séparé de l’étage supérieur Fregat sur une orbite de transfert géostationnaire. Mais le contact avec le premier satellite de télécommunications pour le gouvernement angolais a été perdu rapidement. Toutefois, les observations depuis le sol montraient que le satellite semblait être en configuration stable (pas de rotation sur lui-même) et panneaux solaires déployés, ce qui autorisait l’espoir de reprendre le contact car les batteries devaient pouvoir se charger.

Le 28 décembre, le gouvernement angolais puis le fabricant du satellite, RKK Energia, ont annoncé avoir repris contact avec le satellite, confirmant que les panneaux solaires étaient déployés. La mission devrait donc bien se poursuivre. Le satellite est prévu pour 15 ans de durée de vie. Pas d’informations claires sur la défaillance à l’origine de la perte de contact.

Départ du Progress MS-06

Le cargo de ravitaillement Progress MS-06 a terminé sa mission à la Station Spatiale Internationale. Il y était arrivé en juin 2017. Le 28 décembre, il a quitté le module russe Zvezda. Un peu plus de 3 heures après le désamarrage, il s’est consumé dans l’atmosphère avec les poubelles de l’ISS. Selon Roscosmos, les parties non consumées du cargo se sont abîmées dans une région non navigable de l’Océan Pacifique.

Configuration de l’ISS après le départ du cargo Progress MS-06 le 28/12/2017 (credit NASA)

En bref :

Les causes de l’échec Soyouz / Meteor annoncées

Le 28 novembre, la lancement Soyouz se soldait par la perte des charges utiles, le satellite Meteor M n°2-1 et 18 petits satellites. Le 27 décembre, Roscosmos a publié sur son site les résultats de la commission d’enquête : l‘échec serait dû à un problème dans les algorithmes du logiciel de vol de l’étage supérieur Fregat, mais que le profil de vol a été calculé conformément aux procédures établies. Sans confirmer que le Fregat a été programmé pour un lancement depuis Baïkonour et non Vostochny, Roscosmos a déclaré que les  » développeurs du logiciel n’avaient pas prêté suffisamment d’attention … sur les causes et les conséquences possibles des questions de navigation liées à un lancement Soyouz / Fregat depuis Vostochny ». « Les responsables de Roscosmos et de l’industrie russe responsable du lancement n’auraient pas coordonné correctement leur travail. » Roscosmos a aussi déclaré que plusieurs responsables russes de l’espace seront réprimandés pour leur rôle dans l’échec du lancement.

La Falcon Heavy sur le pas de tir.

Le lanceur lourd de SpaceX qui doit faire son vol inaugural en janvier 2018, après plusieurs années de retard, a été érigé une premier fois sur le pas de tir 39A de Cap Canaveral.

La Falcon Heavy de SpaceX sur le pas de tir le 28/12/2017 depuis le Kennedy Space Center visitor complex (Credit: Dave Borinski)

Ce lanceur est constitué de 3 boosters de Falcon 9 dont SpaceX va tenter la récupération. La présence de 27 moteurs en fait le lanceur le plus puissant à ce jour depuis Saturn V. Les chances de succès à ce premier lancement sont faibles. La charge utile emportée est le roadster Tesla, dernière voiture issue de l’autre entreprise d’Elon Musk. Certains auraient préféré qu’il y ait des charges utiles scientifiques en cas de succès du lancement…

Falcon Heavy Demo Mission - Payload

Le roadster Tesla sur l’adaptateur lanceur et les 2 demi-coiffes de la Falcon Heavy pour une lancement prévu en janvier 2018 (credit SpaceX)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.