L’actualité spatiale de la semaine du 25 septembre : Proton, Long March, Ariane 5, IAC 2017

Trois lancements cette semaine, et des annonces intéressantes à l’IAC 2017.

Proton encore

Seulement 2 semaines et demie après son dernier lancement, Proton a encore réussi sa mission d’envoi d’un satellite de télécommunications sur orbite de transfert géostationnaire.

Lancement Proton / Asiasat 9 le 28/09/2017 (credit Roscosmos)

Proton a décollé à 18h52 UTC le 28 septembre du Cosmodrome de Baïkonour. Le satellite Asiasat 9 a été séparé avec succès du dernier étager Briz-M un peu plus de 9 heures après le décollage comme attendu. Il pourra commencer sa mission dans quelques semaines pour la diffusion de la TV, vidéos et communications sur l’ensemble de l’Asie et l’Australie.

Retour des Chinois

Après l’échec du second lancement de la Long March 5, les lancements chinois étaient à l’arrêt [lire L’actualité de la semaine du 26 juin : … Long March 5]. Cette semaine marque la reprise des décollages avec un lancement réussi de Long March 2 le 29 septembre. Ce lancement n’avait pas été annoncé au préalable.

Lancement Long March 2 / Yaogan-30 (credit CNS)

Le lanceur léger chinois (2 étages) a décollé de la base de Xichang à 4h20 UTC. Une heure après le lancement, les autorités chinoises ont annoncé le succès de la mission et la mise sur orbite basse héliosynchrone de 3 satellites Yaogan-30. Il s’agirait de satellites de surveillance.

Ariane 5

Malgré un lancement avorté le 5 septembre dernier [lire L’actualité spatiale de la semaine du 4 septembre : Ariane 5, …], Ariane 5 vient de réussir son 81e succès d’affilée.

Le lanceur a décollé à 21h56 UTC le 29 septembre depuis le Centre Spatial Guyanais.

Lancement Ariane 5 VA 239 / Intelsat 37e et BSat-4a du 29/09/2017 (credit CSG / CNES / Arianespace)

Ariane 5 VA239 a mis sur orbite de transfert géostationnaire les 2 satellites de télécommuncations Intelsat 37e et BSat-4a. Ces 2 satellites vont respectivement couvrir des zones allant des Amériques, l’Afrique, et à l’Europe et le Japon.

IAC 2017

L’IAC, le Congrès International de l’Astronautique, se tenait cette année à Adélaïde en Australie. Le thème était « débloquer l’imagination, favoriser l’innovation et renforcer la sécurité. » Toutes les agences spatiales, les grands constructeurs de lanceurs ou de satellites, des chercheurs et des entrepreneurs sont présents à ce grand rendez-vous spatial de l’année.

Certaines annonces font plus de bruit que d’autres. J’ai retenu ces 2 déclarations :

  • La décision de l’agence spatiale russe de participer à une station spatiale autour de la Lune avec la NASA.

Finalement la Russie participera au projet d’avant-poste habité autour de la Lune à partir de 2020. La fusée SLS de la NASA et le module américano-européen Orion sont toujours les pièces maîtresses de ce projet, mais les Russes vont pouvoir apporter leur expertise dans la construction de modules comme ils l’ont fait pour l’ISS et avant cela pour MIR, mais aussi leur lanceur lourd Angara, et sans doute aussi leur futur vaisseau spatial Federatsiya destiné à remplacer le Soyuz MS. La future station lunaire pourrait être opérationnelle d’ici 2024-2026.

L’exploration spatiale en coopération. Les différentes étapes selon la NASA

  • La fusée BFR de Space X pour la Lune et Mars et bien plus.

A l’IAC en 2016, Elon Musk avait annoncé son projet ITS (Interplanetary Transport System) pour envoyer sur Mars des milliers d’humains. Il est revenu cette année avec une révision de son plan. La fusée complètement réutilisable (1er et étage supérieur) sous le nom de code BFR (Big Fucking Rocket ?) est une version plus réduite du premier projet : « seulement » 9 mètres de diamètre au lieu de 12, 31 moteurs Raptor au lieu de 42. Ce lanceur viendrait remplacer à terme les Falcon 9 et Falcon Heavy (dont on attend encore le premier décollage). Elle pourrait lancer 150 tonnes en orbite basse, mais aller aussi sur la Lune et revenir sans « faire le plein ».

Moon Base Alpha

A post shared by Elon Musk (@elonmusk) on

Elle serait aussi utilisée pour aller sur Mars et y construire une colonie (le grand rêve de Musk). Mais Musk a aussi présenté l’utilisation de ce lanceur totalement réutilisable comme moyen de transport suborbital pour relier des grandes villes sur Terre.

Elon Musk n’en est pas à ses premiers rêves. Les plannings annoncés sont sûrement peu probables. De plus, des questions sans réponses à ce jour sont soulevées : comment financer le développement de la BFR ? Comment la BFR peut-elle concurrencer le lanceur lourd SLS de la NASA en cours de développement ? [Lire aussi l’analyse d’Eric Bottlaender : Musk, l’homme au pistolet d’or]

 

La vidéo complète de l’annonce d’Elon Musk :

2 réflexions sur “L’actualité spatiale de la semaine du 25 septembre : Proton, Long March, Ariane 5, IAC 2017

  1. Paraphrasant Sir Winston (Churchill), on pourrait dire que « Chinese spaceflight is a cosmic riddle wrapped in a galactic mystery inside an orbital enigma. »

    A noter que le (la ?) Federatsiya (ex-PTK-NP) ne sera pas lancé(e) par l’Angara-5 mais par la Soyuz-5 (en cours de développement).

    A l’origine, le 1er vol de l’Angara-5 (désormais remplacée par la Soyuz-5) était prévu pour 2021 puis 2022 puis 2023… Le 1er vol piloté du Federatsiya (après 2 vols automatiques) était alors prévu pour 2023 et son 1er vol piloté en orbite lunaire pour 2027. Les lancements de ce nouveau vaisseau spatial russe devraient avoir lieu depuis le nouveau cosmodrome extrême-oriental de Vostochny.

    En l’état actuel, la station orbitale lunaire (internationale) succèderait donc à l’ISS vu que celle-ci devrait voir son exploitation abandonnée en 2024. Le module Nauka ne sera donc utilisé au mieux que pendant 6 ans.

    Il faudrait aussi peut-être préalablement que cessent les tensions américano-russes comme c’est le cas en Syrie actuellement, même si c’est une autre histoire… Des fois que l’on ait par inadvertance une guerre mondiale d’ici à 2024, on ne sait jamais. Comme ça, tous les problèmes seront résolus d’un coup !

  2. Pingback: L’actualité spatiale des semaines des 20 et 27 novembre : Long March, Soyouz dont un échec et ISS | Rêves d'Espace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *