L’actualité spatiale du 2 octobre : EVA 44 à l’ISS, BEAM et US Space Council

Une semaine plutôt calme. Aucun lancement, mais une sortie spatiale à l’ISS et une annonce importante côté gouvernement américain pour le spatial.

Succès de l’EVA 44

Trois sorties spatiales ont été planifiées en octobre à la Station Spatiale Internationale [lire Trois sorties spatiales à l’ISS : maintenance du bras robotique].

La première s’est déroulée sans problème ce 5 octobre. Randy Bresnik et Mark Vande Heide ont réalisé une EVA de presque 7 heures pour remplacer l’un des 2 effecteurs de verrouillage (Latching End Effectors, LEE) du bras robotique de la Station.

Les astronautes Randy Bresnik et Mark Vande Hei ont travaillé sur le bras robotique de l’ISS lors de l’EVA 44 du 05/10/2017 (Crédit: NASA TV)

Ils ont également accompli quelques tâches supplémentaires : retrait d’une couverture isolante d’un équipement en vue de son remplacement à venir et préparation d’un autre équipement, un coupleur rotatif flexible, pour une utilisation future.

Randy Bresnik during EVA #44

Randy Bresnik photographié par Paolo Nespoli depuis l’ISS lors de l’EVA 44 du 5/10/2017 (credits ESA:NASA)

Il s’agissait de la 8e sortie spatiale cette année à l’ISS (7 US/ESA et 1 Russe), la 203e pour la construction ou la maintenance de l’ISS.

Randy Bresnik during EVA #44

Randy Bresnik photographié par Paolo Nespoli depuis l’ISS lors de l’EVA 44 du 5/10/2017 (credits ESA:NASA)

La vidéo complète :

Un résumé en vidéo :

BEAM prolongé

Le module gonflable BEAM va voir sa durée de vie à bord de l’ISS prolongée. Ce module a fêté son premier anniversaire en orbite en mai dernier. Il était prévu de rester accroché à l’ISS pour une durée de 2 ans seulement. Mais les 13 entrées des astronautes à bord du module à ce jour ont montré que les différents paramètres mesurés à l’intérieur (mesures de radiations et microbiologie surtout) étaient tout à fait bons. Du coup la NASA a annoncé le 2 octobre que le module devrait voir sa mission prolongée d’au moins 1 an, voire plus. BEAM va pouvoir servir de zone de stockage supplémentaire pour la Station. Cette durée supplémentaire va permettre d’étendre les données sur la capacité de BEAM à résister aux débris spatiaux, aux radiations et à la croissance microbienne.

Randy Bresnik et Jack Fischer à l’intérieur du module gonflable BEAM de l’ISS en juillet 2017 (credit NASA)

La Lune, de nouveau un objectif américain ?

Lors d’un conseil national de l’espace (National Space Council) ce 2 octobre, le vice-président américain Mike Pence a annoncé que la politique spatiale de l’administration Trump donne la priorité à des missions vers la Lune, une étape vers Mars. Ce retour en orbite lunaire ou à la surface du satellite de la Terre pourrait être effectué d’ici à 5 ans grâce à la fusée lourde SLS en cours de développement à la NASA et à la capsule habitée Orion (à laquelle participe l’ESA rappelons-le).

Les présidents de Boeing, Lockheed Martin et d’Orbital ATK étaient présents comme les traditionnels représentants des entreprises partenaires de la NASA. SpaceX, Blue Origin et Sierra Nevada étaient également représentés du côté du secteur spatial commercial.

Mais le discours a aussi insisté sur l’envie de voir le développement de la technologie spatiale dans le but de protéger la sécurité nationale de l’Amérique, notamment vis à vis d’attaques en provenance de l’espace…

Une nouvelle course à la Lune a-t-elle repris ? A voir car ce retour avait déjà été annoncé sous les administrations Bush père et fils,…

National Space Council Meeting (NHQ201710050001)

Le vice-président Mike Pence lors du National Space Council le 05/10/2017 devant la navette Discovery au Smithsonian National Air and Space Museum(credit NASA)

De multiples lancements à venir cette semaine

La semaine du 2 octobre n’a vu aucun lancement. Il était prévu qu’une Atlas 5 décolle de Cap Canaveral en Floride le 5 octobre. Mais en raison d’une météo défavorable, le lancement a été reporté par 2 fois, le 6 puis le 7 octobre. Finalement, le 7 octobre, c’est une anomalie sur le lanceur qui a entraîné un 3e report de tir, un transmetteur de télémétrie est à remplacer. L’Atlas V est donc retournée dans son hall d’assemblage final. Une nouvelle date de tir n’a pas encore été communiquée.

Plusieurs lancements sont prévus cette semaine [voir aussi les mises à jour Calendrier des lancements à travers le monde et des grands événements sur l’ISS]:

  • Lundi 9 vers 4h10 UTC : Long March 2D / VRSS 2, un satellite d’observation pour le Venezuela => lancement réussi au moment de la parution de cet article
  • Lundi 9 à 12h37 UTC : Falcon 9 / Iridium Next 21-30, poursuite des lancements des satellites de nouvelle génération Iridium
  • Lundi 9 vers 22h UTC : H-2A / Michibiki 4 ou QZSS4, un quatrième satellite de navigation japonais
  • Mercredi 11, fenêtre de tir 22h53-0h53 UTC : Falcon 9 / SES 11/EchoStar 105, un satellite de télécommunications (fabriqué à Toulouse chez Airbus Defence and Space). Le premier étage de la Falcon 9 a déjà volé en février (lancement cargo CRS-10).
  • Jeudi 12 à 9h32 UTC, nouveau cargo Progress MS-07 pour l’ISS à bord d’une Soyouz. Une première, le rendez-vous est prévu d’être effectué en moins de 4 heures (au lieu de 6 heures habituellement).
  • Vendredi 13 à 9h27 UTC, Rockot / Sentinel 5P, un nouveau satellite du programme européen de surveillance de l’environnement Copernicus

Sentinel-5P next to fairing half shell

Sentinel 5P sous une demie-coiffe du lanceur Rockot (credit ESA–Stephane Corvaja, 2017)

Et une sortie spatiale, l’EVA 45 le 10 octobre [lire Trois sorties spatiales à l’ISS : maintenance du bras robotique].

2 réflexions sur “L’actualité spatiale du 2 octobre : EVA 44 à l’ISS, BEAM et US Space Council

  1. « Une nouvelle course à la Lune a-t-elle repris ? A voir car ce retour avait déjà été annoncé sous les administrations Bush père et fils…  » ainsi que sous celle de Bill Clinton.

    Je pense que c’est dû avant tout à la concurrence chinoise.

  2. suite

    NB : / Jeudi 12 à 9h32 UTC, nouveau cargo Progress MS-07 pour l’ISS à bord d’une Soyouz. Une première, le rendez-vous est prévu d’être effectué en moins de 4 heures (au lieu de 6 heures habituellement).

    A noter que le rendez-vous spatial le plus rapide à avoir été effectué jusqu’à présent fut celui des Kosmos-212 et 213, prototypes de Soyuz (modifié un an après le drame de Soyuz-1), effectué le 15 avril 1968. Il eut lieu 38 minutes seulement après la mise en orbite de Kosmos-213 réussie à 4 km de distance de Kosmos-212 qui avait été lancé la veille.

    A noter aussi que, assez curieusement, Kosmos-212, satellite actif (lancé le 14 avril) était le 7K-OK # 8 alors que Kosmos-213, satellite passif (lancé le 15 avril) était le 7K-OK # 7.

    Plusieurs RV assez rapides furent effectués dans les années 60 dans le cadre des programmes Gemini et Soyuz.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *