L’actualité spatiale du 3 juillet : Dragon et Falcon 9

Une semaine pauvre en lancements mais une autre semaine bien riche pour SpaceX !

Le deuxième retour du Dragon

Le cargo Dragon CRS-11 est revenu sur Terre ce 3 juillet. Il s’était désamarré de l’ISS à 06h41 UTC et il a amerri à 12h14 UTC dans l’Océan Pacifique. Nous vous en parlions le mois dernier dans un article qui lui était entièrement consacré [lire Un Dragon réutilisé pour l’ISS], puisque ce cargo achevait en effet sa deuxième rotation vers l’ISS (le premier datant de 2014) !

Le Dragon étant l’un des rares véhicules toujours en activité permettant le retour de matériel pressurisé sur Terre, cet atterrissage marque donc également le début d’une nouvelle étape pour de nombreuses équipes scientifiques à travers le monde.

Le Dragon CRS-11 hissé sur un bateau au large de la Californie (crédit : SpaceX)

Au milieu du chargement, on notera notamment le retour de petites mouches qui ont été utilisées dans le cadre de l’expérience Fruit Fly Lab-02 comme cobayes pour des études sur les effets de l’exposition prolongée à l’environnement spatial sur le coeur. Le patrimoine génétique de ces insectes, bien connu, ainsi que leur vieillissement rapide, offrent aux scientifiques un support parfait pour en apprendre plus sur ces phénomènes, pour aider les astronautes dans les missions futures de longue durée.

D’autres animaux faisaient également partie du voyage. Des souris, utilisées dans le cadre du test d’un médicament pour lutter contre la perte de masse osseuse (ostéoporose) chez les astronautes, avec de potentielles applications pour les malades sur Terre.

Finalement, le lancement Falcon 9 d’Intelsat 35e

Après 2 tentatives avortées (sur décision des ordinateurs) en fin de compte à rebours (T-10 secondes) dimanche et lundi dernier, la Falcon 9 s’est envolée depuis le pad 39A de Cap Canaveral mercredi à 23h38 UTC. Il s’agit du troisième lancement pour SpaceX en 2 semaines (deux depuis la Floride et un depuis la Californie), mais ce dernier s’appuyait sur la version non réutilisable du lanceur.

Lancement GTO de la Falcon 9 embarquant le satellite lourd Intelsat 35e (Crédit : Walter Scriptunas II / Spaceflight Now)

En effet, à son bord se trouvait le satellite de télécommunications Intelsat 35e, à ce jour la plus lourde charge utile placée par SpaceX en orbite de transfert géostationnaire. Avec plus de 6,5 tonnes au compteur, il était nécessaire de maximiser la capacité de poussée de la fusée, en ne réservant pas une partie des réservoirs pour le retour sur Terre et en ôtant le matériel dédié à l’atterrissage (jambes et ailerons) qui est maintenant devenu assez commun aux lancements de SpaceX.

Le satellite, qui prendra place aux côtés des Intelsat 29e, 32e et 33e au sein de la constellation Epic-NG qui vise à étendre les capacités de transmission vidéo, voix et données d’Intelsat, qui voyait ici pour la première fois l’un de ses satellites décoller sous contrat SpaceX. Les trois satellites frères de la constellation avaient notamment été lancés sur Ariane 5 en janvier 2016, août 2016 et février 2017 (IS 32e sous le nom de Sky Brazil-1).

Le satellite Intelsat 35e (vue d’artiste) dédié aux télécommunications en bandes C et Ku pour l’Europe, l’Afrique et les Caraïbes (Crédit : Intelsat)

Le récap de la semaine par Stardust

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *