Astro Pi – votre code dans l’Espace avec Raspberry Pi

En février 2017, lors de SpaceUp Toulouse, j’ai fais la rencontre d’Alan Mc Cullagh, un passionné d’informatique et d’espace. Il a su conjuguer ses 2 passions avec AstroPi et la partage avec de nombreux jeunes. Je lui ai demandé de nous expliquer en quoi consiste Astro Pi.

Le logo du projet « Astro Pi » {Crédit Fondation Raspberry Pi/Sam Adler}

Le texte suivant est d’Alan.

Il y a 18 mois, j’ai écrit un article au sujet d’un nano-ordinateur éducatif, le « Raspberry Pi » pour le Blog Binaire. J’ai parlé de plusieurs types de projet que l’on pouvait imaginer et réaliser grâce à ce matériel minimaliste, dont un en particulier – qui venait tout juste d’être lancé vers l’espace – « Astro Pi ».

La semaine dernière, lors du salon du Bourget, j’ai eu l’occasion de rencontrer quelqu’un qui a manipulé cet équipement à bord l’ISS :

Rencontre Alan Mc Cullagh et Thomas Pesquet lors du Bourget 2017 (photo via Alan)

Merci Isabelle de m’avoir invité pour vous présenter cette initiative qui fait rêver plus d’une !

Décollage !

Le 6 décembre 2015, le Cygnus OA-4 a été lancé sur les épaules d’une fusée Atlas V. Dans sa cargaison il y avait un petit chargement un peu spécial d’une fondation caritative engagée dans l’éducation numérique et informatique. Il s’agissait de 2 petits ordinateurs de la taille d’une carte bancaire, surnommés Ed et Izzy. Ça reste le projet préféré du co-fondateur Eben Upton du Raspberry Pi.

Comme beaucoup de choses dans la courte histoire des 5 ans depuis le lancement du Raspberry Pi (au début, c’était un rêve de vendre 10 000 de ces petits ordinateurs localement, désormais il y en plus de 14 million à travers le monde), ça a commencé tout petit avec une conversation  entre Eben et la sœur d’un ingénieur d’Airbus à Hatfield en Angleterre. 18 mois plus tard, ils ont réussi à réaliser une idée un peu folle : qualifier et certifier leur matériel, et l’envoyer dans l’espace !

Dans un premier temps, le projet a été prévu pour faire coder les jeunes dans les établissements scolaires en Grande Bretagne. Ça correspondait aux activités éducatives et scientifiques menées en liaison avec la mission « Principia » de Tim Peake, collègue britannique de la classe « Shenanigans » d’astronautes de l’ESA de « notre » Thomas Pesquet.  Des concours ont été organisés et les heureux gagnants ont vu leurs programmes informatiques envoyés vers l’ISS. Ils ont reçu les données en retour à la fin de la mission.

 

Astro Pi et Sense HAT

Une carte d’extension, le Sense HAT a été spécialement conçue avec des capteurs (de température, de pression, d’humidité, un accéléromètre, gyroscope et magnétomètre – ainsi qu’un mini joystick). La carte intègre également une matrice de 8×8 DELs. Dans les boîtiers envoyés à l’ISS, en plus des Raspberry Pi et Sense HATs, il y avait aussi des modules caméra pour lumière visible et infra-rouge.

Zoom sur les capteurs de la carte Sense HAT {Crédit : François Mocq}

Pour avoir une meilleure idée à quoi ressemble ce matériel :

Des petites vidéos animées conçues pour illustrer le projet peuvent être vues ici (ça va juste vous faire travailler votre anglais un peu) :

La France décolle !

Au mois d’octobre 2016, super annonce de Thomas Pesquet avec le premier Astro Pi European Challenge.

Le CNES a fourni beaucoup de détails et informations tout au long du challenge pour aider des élèves du primaire au lycée à participer.

+100 Ecoles participants en France

Finalement, c’était environ 380 écoles à travers les états membres de l’ESA qui ont pu faire partie du concours. Chaque classe a reçu un kit avec l’ensemble des éléments permettant de préparer leurs expériences. Thomas a lancé deux missions : une première de capter la présence d’un des astronautes dans la module Columbus de l’ISS grâce aux composants du Sense HAT, puis d’imaginer une autre expérience scientifique au choix utilisant également les fonctionnalités de la carte. Les enfants ont pu coder avec les langages Python et Scratch pour soumettre leurs codes fin février.

Des formations ont été donné aux enseignants en français et en anglais afin de faciliter la tâche de démarrage de la programmation des kits.

En France, nous avons eu plus de 100 établissements scolaires impliqués, partout sur le territoire. La compétition a été rude. Les lauréats et ceux qui ont eu les encouragements du jury sur ASTRO PI : les codes gagnants envoyés dans l’espace (plus d’information également sur le site https://astro-pi.org).

Thomas a même préparé un message vidéo dans l’ISS pour féliciter l’ensemble des jeunes et plus particulièrement ceux qui ont gagné.

Un énorme bravo à toutes les personnes qui ont fait partie de l’aventure cette année.

Et ça va continuer… !

Le chef de projet, Dave Honess, qui travaille pour la Fondation Raspberry Pi a pu annoncer récemment que le challenge va être reconduit avec les prochaines missions des astronautes européens. Vous pouvez voir une présentation récente ici.

Il est prévu de continuer l’aventure « Astro Pi » et les actions de code pour les jeunes devraient voir le jour lors des séjours de l’italien Paolo Nespoli et l’allemand Alexander Gerst. A suivre … !

A lire/voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *