L’actualité spatiale de la semaine du 5 juin : Dragon, GSLV Mk3, Cygnus, Proton, candidats astronautes

Une semaine spatiale un peu moins chargée que la semaine précédente mais néanmoins intéressante.

Un Dragon recyclé à l’ISS

Un cargo Dragon ayant déjà volé est arrivé le 5 juin à la Station Spatiale Internationale.

Détails sur l’amarrage du Dragon CRS-11, sa cargaison et son histoire : Un Dragon réutilisé pour l’ISS

Le cargo CRS-11 en approche de l’iSS photographié par Jack Fischer (credits NASA)

L’expérience MUSES déjà installée à l’ISS

L’expérience MUSES qui était localisée dans la partie non pressurisée du cargo Dragon a été installée sur l’ISS à l’aide du bras robotique Canadarm 2 équipé de Dextre, les « doigts » robotiques. Entre le 6 et 10 juin, le module d’expérience a été monté sur l’Express Logistic Carrier 4 (ELC-4), l’une des 4 palettes qui permettent l’installation de matériel et d’expériences à l’extérieur de l’ISS.

Un nouveau lanceur indien : GSLV Mk3

L’Inde a réussi le vol d’essai orbital de son nouveau lanceur lourd GSLV Mark III (Geosynchronous Satellite Launch Vehicle, véhicule de lancement de satellite géosynchrone) ce lundi 5 juin. Le décollage a eu lieu depuis le Satish Dhawan Space Center à 11h58 UTC.

Lancement GSLV Mark 3 / GSAT-19 le 05/06/2017 (credits ISRO)

Schéma du GSLV Mk-III (source ISRO)

Les deuxièmes plus grands moteurs de fusée à combustible solide au monde ont été éjectés après un peu plus de 2 minutes de vol. Après 16 minutes de vol, le satellite de télécommunications indien GSAT 19 a été placé avec succès sur une orbite de transfert géostationnaire.

Ce lanceur GSLV Mk3 devrait concurrencer à terme d’autres lanceurs lourds au moins pour le lancement des satellites indiens, car il peut mettre sur orbite 4 tonnes sur orbite de transfert géostationnaire ou près de 8 tonnes en orbite basse (équivalent d’un Soyouz ou Shenzhou).

Le GSLV Mk3 avait effectué en 2014 un vol suborbital avec le prototype d’une capsule habitable [lire Vol d’essai du lanceur indien GSLV-MkIII et de sa capsule CARE prévu le 18 décembre].

Fin de mission pour le Cygnus OA-7

Logo de l’expérience Saffire (credits NASA)

Le cargo Cygnus est parti de l’ISS le 4 juin mais n’en a pas pour autant terminé sa mission [lire L’actualité spatiale de la semaine du 29 mai : H-2A, Ariane 5, Pesquet, Virgin, Stratolaunch, Dragon et Cygnus].

En début de semaine, l’expérience SAFFIRE III testant en conditions réelles la propagation et l’interaction des feux dans l’espace avec les différents matériaux à partir desquels des engins spatiaux sont construits, a été réalisée avec succès.

Le 8 juin, quatre cubesats LEMUR-2 ont été déployés à une altitude d’environ 500 km.

Ce 11 juin, la procédure de désorbitation du cargo Cygnus OA-7 a commencé. L’allumage des moteurs a réduit la vitesse à 30,82 m/s. Le cargo s’est consumé dans l’atmosphère à environ 17h12 UTC au-dessus de l’Océan Pacifique.

Le prochain cargo pour l’ISS ne sera pas lancé avant la fin de l’été. Ce sera par une fusée Antares si toute la préparation se déroule nominalement. Il s’agira du dernier cargo Cygnus pour 2017.

Retour en vol pour Proton

Près d’un an après son dernier lancement, le lanceur russe Proton a enfin redécollé. Ce vol opéré par International Launch Services a eu lieu le 8 juin à 3h45 UTC depuis le Cosmodrome de Baïkonour.

Lancement Proton / Echostar 21 le 08/06/2017 (credit Khrunichev)

Le satellite EchoStar-21 de près de 7 tonnes, fabriqué par Space Systems Loral, mis sur orbite de transfert géostationnaire, pour des télécommunications au-dessus de l’Europe, a vu son lancement reporté de nombreuses fois, lancement initialement prévu en décembre 2016. Proton est resté cloué au sol suite à une défaillance rencontrée le 9 juin 2016 sur le second étage puis à des problèmes qualités généralisés sur le lanceur.

Le satellite Echostar 21 (credit SSL)

Pour en savoir plus sur le lanceur et le lancement : launch kit

Douze nouveaux candidats astronautes pour la NASA

Le 5 juin, la NASA a annoncé ses 12 nouveaux sélectionnés pour l’entrainement à devenir astronautes. Sur plus de 18 300 candidats, 5 femmes et 7 hommes forment désormais le groupe 22.

Ils ont entre 29 et 42 ans et ont des parcours professionnels très différents mais hautement qualifiés. Ils sont issus de l’armée américaine, docteur en médecine, chercheur ou ingénieur chez SpaceX.

Ils devront participer à 2 ans d’entrainement minimum avant d’être assignés à une mission. Pendant cette phase, ils apprendront le russe, les systèmes de la Station Spatiale Internationale, y compris les systèmes robotiques, effectueront des simulations de sorties spatiales et piloteront le T-38, un avion utile pour apprendre à réagir rapidement dans des situations dynamiques.

Une fois réussis les critères pour devenir astronautes, ils feront peut être partie de ceux qui s’envoleront vers la Lune ou au-delà.

Plus de détails (en anglais) : NASA’s Newest Astronaut Recruits to Conduct Research off the Earth, For the Earth and Deep Space Missions

Bientôt un Progress pour l’ISS

Ce 11 juin, une Soyouz 2.1a est arrivée sur le pas de tir à Baïkonour. A son bord, le prochain cargo de ravitaillement pour l’ISS : le Progress MS-06. Il apportera près de 2500 kg de matériel, vivres et carburant à la Station.

Erection sur le pas de tir n°1 à Baïkonour le 11/06/2017 (credits Roscosmos)

Le décollage est prévu à 9h20 UTC ce 14 juin [voir la page dédiée en cas de changement]. L’amarrage à l’ISS est prévu vendredi 16 juin vers 11h42 UTC.

Le cargo Progress MS-06 avant mise sous coiffe (credits Energia)

Bonne semaine à tous !

3 réflexions sur “L’actualité spatiale de la semaine du 5 juin : Dragon, GSLV Mk3, Cygnus, Proton, candidats astronautes

  1. NB : il y a eu de gros problèmes à l’usine de Voronezh.

    NB : cela, on nous l’avait déjà dit du temps de Bill Clinton, je m’en souviens très bien !… C’était donc pour les groupes 14, 15, 16, 17 et 18. Tous les présidents US nous promettent la Lune !… Or le dernier vol lunaire (habité), celui d’Apollo 17, remonte à décembre 1972, soit plus de 44 ans, ça commence à bien faire !… Les Américains se décideront à y retourner une fois que les Chinois y seront arrivés. Ce sera un nouvel épisode de la conquête spatiale.

    Groupe 22 (2017)

    Ces 12 nouveaux astronautes (dits « ascans ») sont les suivants :

    1) 5 femmes (honneur aux dames) :
    Kayla Barron, Zena Maria Cardman, Jasmin Moghbeli, Loral O’Hara et Jessica Watkins ;

    2) 7 hommes :
    Raja J. V. Chari, Matthias Dominick, Bob Hines, Warren « Woody » Hoburg, Dr. Jonny Kim, Robb Michael Kulin et Dr. Francisco « Frank » Rubio.

    A noter que Chari et Kulin faisaient déjà partie des 112 finalistes (présélectionnés) du groupe 21 en 2013. Je les connaissais donc déjà (de nom) de même que Zena Maria Cardman.

    Pour l’instant, je ne connais pas encore les noms des finalistes du groupe 22, à la seule exception (qui confirme la règle) de Christine Corbett Moran qui, elle aussi, faisait déjà partie des finalistes du groupe 21.

    A noter qu’à droite du portrait de Sergei P. Korolev, « Doroga k Zvezdam Otkryta » signifie « En route vers les étoiles et l’espace libre ! »

  2. suite

    Jasmin Moghbeli est d’origine iranienne. Elle devrait donc être – après Anousheh Ansari, née Raissyan – la 2e femme de l’espace d’origine iranienne. Il y avait aussi parmi les candidates connues Roshanak Hakimzadeh, finaliste du groupe 17 en 1997-98. Comme par hasard, elles ont toutes trois (ou leurs parents) émigré aux USA, il doit bien y avoir une raison, il ne faut pas se voiler la face.

  3. suite

    A noter que Jessica Andrea Watkins est géologue et devrait donc être, si tout va bien, le (et la) 2e géologue à aller sur la Lune, bien longtemps après Harrison Hagan « Jack » Schmitt (qui avait, à l’insu de son plein gré, en quelque sorte volé la place de Joe Henry Engle pour Apollo 17…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *