ISS : Un vaisseau de remplacement pour Soyouz MS-22

Le 15 décembre 2022, une fuite de liquide de refroidissement se produisait à bord du vaisseau Soyouz MS-22 amarré à la Station Spatiale Internationale.

Bien qu’il n’y ait aucun danger imminent pour l’équipage à bord de l’ISS, le problème était suffisamment sérieux pour que des investigations minutieuses aient lieu avec les bras robotiques ERA et Canadarm de la Station. Des experts devaient ensuite estimer les dommages et la suite à donner pour le vaisseau Soyouz MS-22 qui devait ramener sur Terre les astronautes Sergey Prokopyev et Dmitri Petelin de Roscosmos et Frank Rubio de la NASA en mars 2023. Le Soyouz MS-22 était arrivé à l’ISS le 21 septembre 2022.

Cosmonauts Sergey Prokopyev and Dmitri Petelin during a spacewalk
Sergey Prokopyev et Dmitri Petelin lors d’une sortie spatiale le 17/11/2022 devant le Soyouz MS-22 amarré à l’ISS (crédit ESA)

Ce 11 janvier, l’agence spatiale russe Roscosmos et la NASA ont annoncé les conclusions du groupe d’experts : le Soyouz MS-22 n’est pas apte à ramener l’équipage en toute sécurité sur Terre. Un vaisseau de remplacement, le Soyouz MS-23, en cours de préparation à Baïkonour, sera lancé en février, plus tôt que prévu. Il n’y aura pas d’équipage à son bord.

Les experts ont estimé que le Soyouz MS-22 avait été endommagé par un impact à grande vitesse, environ 7 km/s estimé par des tests au sol, probablement causé par un météoroïde. L’impact d’un débris est moins plausible en raison de la vitesse très élevée de l’impact. Le diamètre du trou est inférieur à 1 millimètre.

Aucune prise de risque

Le radiateur percé ne peut plus refroidir le vaisseau correctement. Il a été estimé que pendant le retour du vaisseau spatial sur Terre, les températures à l’intérieur du vaisseau spatial pourraient atteindre plus de 40°C avec une humidité élevée, selon la déclaration de Sergei Krikalev, directeur exécutif des programmes de vols spatiaux habités de Roscosmos. La réparation du radiateur du Soyouz MS-22 lors d’une sortie spatiale a été jugée irréalisable en raison de la complexité de l’opération.

Le Soyouz MS-23 décollera ainsi « à vide » en février, à ce jour le 20, au lieu de mars comme prévu. Il devrait y avoir un peu de fret à bord. L’équipage transférera alors des équipements du Soyouz MS-22 au Soyouz MS-23 comme les sièges qui sont modelés à leur gabarit. Des équipements non sensibles à une surchauffe seront installés dans le MS-22 et des capteurs pour mesurer la température dans la capsule car il tentera de faire un atterrissage dans les plaines kazakhes en mars.

Infographie d’un vaisseau Soyouz. Seule la partie centrale où se situe l’équipage atterri tau final. La fuite du Soyouz MS-22 se situe sur la partie arrière mais contrôle l’ensemble de la température du vaisseau pendant la première phase de rentrée atmosphérique (crédit ESA)

Du coup, les rotations des prochains équipages se trouvent modifiées. Les cosmonautes de Roscosmos Oleg Kononenko et Nikolai Chub et l’astronaute de la NASA Loral O’Hara qui devaient s’envoller à bord du Soyouz MS-23 le 16 mars [ISS : Les prochaines rotations d’équipage en 2023], partiront plus tard dans l’année. Sergey Prokopyev, Dmitri Petelin et Frank Rubio voient leur mission prolongée de plusieurs mois dans l’ISS, peut-être jusqu’en septembre, ce qui leur ferait une mission longue de près de 1 an. Mais le planning n’a pas été confirmé.

La mission Crew-6 qui doit décoller en février sera peut-être impactée en termes de date de décollage, mais il n’est pas prévu que la constitution de l’équipage (Stephen Bowen et Woody Hoburg de la NASA, l’astronaute des Émirats Arabes Unis Sultan AlNeyadi et Andrei Fedyaev de Roscosmos) change selon les déclarations de la NASA.

En cas de situation d’urgence à bord de l’ISS, le Soyouz MS-22 reste le canot de sauvetage de son équipage jusqu’à l’arrivée du nouveau vaisseau Soyouz. Sergey Krikalev et Joel Montalbano, directeur du programme ISS de la NASA, ont déclaré qu’ils examinaient des options qui pourraient inclure le transfert d’un ou plusieurs membres de l’équipage Soyouz sur le vaisseau Crew Dragon Endurance amarré à l’ISS en cas d’évacuation d’urgence. Le reste de l’équipage pourrait revenir sur le Soyouz MS-22, avec moins de risque de surchauffe en raison de la taille de l’équipage diminuée. Mais la NASA a confirmé que ce n’était pas le plan nominal et cela ne sera fait qu’en cas d’extrême urgence, sachant qu’il n’y a pas de sièges ou de combinaisons de vol supplémentaires pour le Crew Dragon.

Photo de couverture : le Soyouz MS-22 amarré à l’ISS. A l’arrière le module Nauka. Photo prise le 8/10/2022 (crédit NASA)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :