Matthias Maurer, un second astronaute de l’ESA dans l’ISS en 2021

Matthias Maurer, le dernier astronaute sélectionné par l’Agence Spatiale Européenne en 2015, vient d’être assigné à sa première mission spatiale.

La mission de Matthias devrait commencer à l’automne 2021. Il s’envolera pour une mission de 6 mois dans la Station Spatiale Internationale à bord d’un vaisseau Crew Dragon dans le cadre d’une mission commerciale pour la NASA.

Les astronautes de l’ESA Matthias Maurer et Thomas Pesquet posent devant une fusée Falcon9 lors d’une visite aux installations de l’entreprise SpaceX aux États-Unis. Matthias et Thomas s’envoleront tous deux vers la Station Spatiale Internationale dans un vaisseau spatial Crew Dragon. Thomas effectuera sa mission Alpha au début de 2021 avec Matthias sur le point de voler sa toute première mission spatiale, connue sous le nom de Cosmic Kiss, à l’automne 2021.

Matthias, 50 ans (né en 1970), est originaire du sud de l’Allemagne, et est docteur en ingénierie des sciences des matériaux.

Matthias faisait partie des dix finalistes lors de la sélection des astronautes en 2009, mais n’avait pas été retenu dans un premier temps. Il avait été ensuite embauché par l’ESA comme ingénieur de soutien de l’équipage et EUROCOM, l’équivalent des contrôleurs au sol côté américains et russes avec l’ISS.

En 2016, il a participé à la mission analogue NEEMO 21 de la NASA, passant un total de 16 jours sous l’eau dans le cadre d’un équipage testant les stratégies et les outils d’exploration pour les futures missions sur Mars. Il a aussi participé à un entraînement de survie en mer au large des côtes chinoises avec l’astronaute Samantha Cristoforetti et sept taïkonautes chinois. Il a également pris part à plusieurs exercices de formation géologique sur le terrain en rapport avec la future exploration lunaire.

Matthias Maurer a rejoint ses collègues chinois à Yantai, en Chine, pour participer à leur formation à la survie en mer, le 19 août 2017. De retour de l’espace dans une capsule chinoise, les astronautes doivent être préparés à toute éventualité – y compris l’atterrissage dans l’océan ou la mer. La formation à la survie en mer est un élément de base de toute formation d’astronaute, mais c’est la première fois que des astronautes non chinois participent à cette formation (crédit ESA–Stephane Corvaja)

Mission « Cosmic Kiss »

Comme pour toutes les missions européenne, celle de Matthias porte une désignation : Cosmic Kiss (baiser cosmique).

Le patch de la mission « Cosmic Kiss » de Matthias Maurer (crédit ESA)

Selon l’explication du site de l’ESA,

Cosmic Kiss, est une déclaration d’amour pour l’espace. Il communique la connexion spéciale que la Station fournit entre les habitants de la Terre et le cosmos. Il transmet également la valeur du partenariat pour explorer plus loin la Lune et Mars, ainsi que la nécessité de respecter, protéger et préserver la nature de notre planète d’origine alors que nous cherchons un avenir durable sur Terre.

Le patch Cosmic Kiss s’inspire du disque du ciel Nebra («Himmelsscheibe von Nebra») – la plus ancienne illustration réaliste connue du ciel nocturne – ainsi que des plaques Pioneer et Voyager Golden Records qui ont été envoyées dans l’espace lointain avec des messages de la Terre. Ces artefacts montrent une fascination pour l’espace qui traverse les âges. Depuis le début des temps, les humains ont regardé vers le ciel pour connaître les origines de la vie, l’Univers et notre place dans le cosmos. La mission Cosmic Kiss s’appuie sur la curiosité de tous ceux qui nous ont précédés, alors que l’exploration fait progresser notre compréhension de la Terre, de notre Système Solaire et de la vie elle-même.

Comme le disque du ciel Nebra, le patch comporte plusieurs éléments cosmiques, notamment la Terre, la Lune et l’amas d’étoiles des Pléiades. Il représente également Mars, l’une des trois principales destinations d’exploration de l’ESA au cours des 10 prochaines années, sous la forme d’un petit point rouge au loin. La Terre est représentée sans frontières et rétro-éclairée, avec seulement la ligne mince de l’atmosphère. La caractéristique la plus importante est une Station Spatiale Internationale simplifiée, presque en forme de cœur. Ceci est connecté par un rythme cardiaque humain qui s’étend de la Terre à la Lune. Ce battement de cœur symbolise la présence humaine et la passion qui propulsent l’exploration vers l’avant et nous connectent à l’Univers, ainsi que les expériences vitales en sciences de la vie que la Station spatiale permet. La Station spatiale est une bouée de sauvetage pour l’avenir de la Terre et ouvre la voie à nos prochaines étapes dans l’espace alors que nous nous dirigeons vers la Lune et Mars. C’est le Baiser Cosmique qui nous unit et éclaire l’inconnu.

Le patch de la mission Cosmic Kiss comprend du noir, du rouge, de l’or et du blanc. Chaque couleur a été sélectionnée pour sa signification: le Noir représente l’Univers et ses mystères que nous cherchons à comprendre, le Rouge représente l’amour et la passion, mais aussi les sols martiens qui nous attendent. L’Or est la couleur des étoiles qui partagent leur chaleur et leur lumière pour permettre la vie. Le Blanc est le rythme cardiaque qui clignote dans l’atmosphère. Il représente la technologie et le progrès scientifique, apportant la lumière dans l’obscurité.

Voici Crew-3

Avec Raja Chari et Thomas Marshburn, ils constituent l’équipage Crew-3. Le nom du 4e membre d’équipage n’a pas été encore communiqué.

L’équipage de Crew-3 de la NASA : à gauche, Raja Chari et à droite, Tom Marshburn, astronautes de la NASA, et au centre, l’astronaute de l’ESA, Matthias Maurer (crédit NASA)

Raja Chari et Tom Marshburn seront respectivement commandant et pilote du Crew Dragon.

Ce sera le premier vol spatial de Raja Chari sélectionné par la NASA en 2017. Il est colonel dans l’US Air Force et rejoint la mission avec une vaste expérience en tant que pilote d’essai. Il a accumulé plus de 2 500 heures de vol au cours de sa carrière. Raja Chari a été sélectionné depuis peu en tant que membre de l’ équipe Artemis et est maintenant éligible pour une affectation à une future mission lunaire.

Thomas Marshburn est devenu astronaute en 2004. Avant de servir dans le corps des astronautes, il a été chirurgien de vol au Johnson Space Center de la NASA à Houston et est devenu plus tard responsable des opérations médicales pour la Station Spatiale Internationale. La mission Crew-3 sera sa troisième visite à la station spatiale et sa deuxième mission de longue durée, après STS-127 en 2009 et l’Expédition 34/35 en 2012/2013. Il cumule 161 jours dans l’espace.

2 Européens en même temps dans l’ISS en 2021

Si tout se passe comme prévu, il y aura 2 astronautes européens au même moment dans l’ISS. Thomas Maurer devrait prendre la relève de Thomas Pesquet, membre d’équipage de Crew-2.

Astronauts in training
Les astronautes de l’ESA Matthias Maurer et Thomas Pesquet s’entraînent pour leurs prochaines missions vers la Station Spatiale Internationale au Johnson Space Center de la NASA à Houston, aux États-Unis (crédits : NASA – Robert Markowit)

Matthias et Thomas se connaissent bien, car Matthias est actuellement la doublure de Thomas pour son vol dont le départ est prévu au printemps 2021.

C’est déjà arrivé 4 fois que 2 astronautes européens se retrouvent dans l’ISS en même temps :

  • du 10 au 22 décembre 2006 : Thomas Reiter (STS-121 / ISS 13-14 / STS-116) et A. Christer Fuglesang (STS-116)
  • du 7 au 20 février 2008 : Hans W. Schlegel (STS-122) et Léopold Eyharts (STS-122 / ISS-16 / STS-123)
  • du 29 août au 12 septembre 2009 : Frank De Winne (Soyuz TMA-15 / ISS 20-21) et A. Christer Fuglesang (STS-128)
  • du 16 au 24 mai 2011 : Paolo Nespoli (Soyuz TMA-20 / ISS 26-27) et Roberto Vittori (STS-134).

Retrouvez Matthias Maurer sur les réseaux sociaux :

Sur Twitter: https://twitter.com/astro_matthias
Sur Facebook: https://www.facebook.com/ESAMatthiasMaurer/
Sur Instagram: https://www.instagram.com/esamatthiasmaurer/

Publicités

2 Comments

  1. Matthias faisait partie des dix finalistes lors de la sélection des astronautes en 2009, mais n’avait pas été retenu dans un premier temps.

    NB : les 9 autres finalistes étaient « Sam » Cristoforetti, Alexander Gerst, Jussi Lehtonen, Andreas Mogensen, Luca Parmitano, Timothy Peake, Thomas Pesquet et deux autres dont je ne connais toujours pas les noms plus de 11 ans après. Je sais seulement qu’il s’agit d’un 2e Britannique (après « Tim » Peake) et d’une 2e femme (après « Sam » Cristoforetti). Jussi Lehtonen (Finlandais) n’a pas été sélectionné.

    NB : à l’origine (fin septembre 2020), le 4e membre d’équipage de « Crew-3 » devait être Kayla S. Barron mais il se pourrait qu’elle soit remplacée par un cosmonaute russe (pléonasme).

  2. suite – MAJ du 31 décembre 2020

    D’après SSA (Space Shuttle Almanac) en date du 28 décembre, le 4e membre d’équipage de « Crew-3 » serait Jeremy R. Hansen (Canadien) qui effectuerait alors enfin son 1er vol spatial.

    Il a été sélectionné avec David Saint-Jacques le 13 mai 2009 dans le groupe CSA-3 puis tous deux furent intégrés au groupe 20 de la NASA en compagnie de trois Japonais (Kanai, Onishi et Yui). Il sera donc le 11e astronaute canadien.

    Comme par hasard, son 2e prénom est Roger dont c’était la fête hier 30 décembre.

    Ceci dit, je me demande ce que devient Kayla S. Barron, initialement affectée à cette mission.

    ***

    Et bonne année !…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.