Conclusions des investigations sur l’échec de Vega VV17

Mardi 17 novembre, 8 minutes après le décollage, la mission VV17 du lanceur européen Vega devient un échec : juste après l’allumage du moteur de l’étage supérieur AVUM, un écart de trajectoire est identifié et il apparaît que la vitesse du lanceur n’est alors plus assez suffisante pour la mise sur orbite des 2 satellites à bord, Taranis du CNES et Seosat-Ingenio de l’ESA.

Capture d’écran du live Arianespace montrant un infléchissement de la trajectoire

Arianespace a déclaré la mission perdue environ 2 heures après le décollage, l’étage supérieur et les 2 satellites restés attachés [lire Perte des satellites Seosat-Ingenio et Taranis dans l’échec de Vega VV17].

Un problème de câblage sur l’étage supérieur en cause

L’analyse rapide de la télémétrie de la mission VV17 a amené Arianespace à communiquer dans les 24 heures du décollage sur les causes probables de l’échec de VV17 : les câbles vers deux actionneurs de commande vectorielle de poussée sur une tuyère du quatrième étage AVUM (Attitude & Vernier Upper Module) étaient inversés. La tuyère tournait à droite au lieu de tourner à gauche !

Le lanceur Vega (credit Arianespace)

Conclusion et recommandations d’un mois d’investigations

Un mois après l’échec, la commission d’enquête indépendante a donné sa conclusion et ses recommandations :

La Commission a fourni un rapport détaillé et des conclusions qui confirment les raisons principales de l’échec et expliquent en détail les défauts identifiés dans le processus d’intégration et les raisons pour lesquelles l’erreur n’a pas été détectée avant le vol.

La commission d’enquête confirme que la défaillance est due à un câblage et à une connexion incorrects des actionneurs électromécaniques du système de contrôle de vecteur de poussée de l’étage supérieur AVUM, entrainant une inversion des commandes de direction qui a conduit à la dégradation de la trajectoire et la perte du véhicule.

Intégration de l’étage supérieur AVUM sur le lanceur Vega VV02 (crédit ESA/CNES/Arianespace – Optique Video du CSG – S. Martin)

Une procédure d’intégration imprécise et des contrôles qualité incomplets ou défaillants ont conduit à cette inversion non détectée entre l’intégration de l’étage supérieur AVUM en Italie et la réception finale du lanceur avant décollage à Kourou.

Des recommandations permanentes, tant du côté de la fabrication, de l’intégration et du processus d’acceptation sur les lignes d’assemblage du lanceur en Italie que lors de son acceptation finale en Guyane, ont été proposées pour contribuer à prévenir ce qui a été identifié comme étant la cause principale.

La Commission conclut que la cause de l’échec de VV17 écarte tout défaut de qualification au niveau de la conception du lanceur.

Arianespace et l’ESA prévoient de reprendre les lancements de Vega avant la fin du mois de mars 2021, une fois que des inspections et des tests supplémentaires des 2 lanceurs en cours d’intégration seront terminés. Ces vérifications sont nécessaires pour s’assurer que ces 2 Vega sont exempts du problème qui a causé l’échec de VV17.

Source : communiqué Arianespace

Photo d’illustration : 17 décembre 2011, le quatrième étage AVUM – Attitude & Vernier Upper Module – à propergol liquide a été ajouté au lanceur pour VV01 (crédit ESA – M. Pedoussaut)

Publicités

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.