Comparaison en images des missions lunaires Apollo et Artemis

On compare souvent les programmes Apollo et Artemis. La NASA a publié quelques photos comparatives du lanceur Saturn V et du SLS, et du vaisseau Apollo et du vaisseau Orion.

À gauche, le vaisseau pour Apollo 10, avec ses modules de commande et de service liés, déplacé pour l’accouplement vers un adaptateur de module lunaire le 31 janvier 1969.
À droite, Orion, la capsule et le module de service avec ses protections au lancement, le 14 janvier 2021 (crédit NASA)

Orion est plus grand et peut accueillir plus de membres d’équipage qu’Apollo. Le vaisseau spatial est également beaucoup plus avancé technologiquement. Comparé à l’ordinateur de vol unique d’Apollo, Orion dispose de deux ordinateurs de vol redondants fonctionnant simultanément. Chacun d’eux comprend deux modules informatiques redondants, ce qui lui donne un total de quatre systèmes redondants. De plus, l’un des ordinateurs redondants d’Orion ne représente que les trois quarts du poids du seul ordinateur à bord d’Apollo. Un ordinateur Orion a également 128 000 fois plus de mémoire et est 20 000 fois plus rapide.

De plus, Orion est composé d’un module de service fourni par l’Agence Spatiale Européenne, et donc le vaisseau n’est pas 100% « Made in USA », contrairement à Apollo.

Utilisé pendant le programme Apollo dans les années 1960 et 1970, c’est le lanceur Saturn V qui a envoyé les premiers humains sur la Lune.

A gauche, le premier étage de la fusée Saturn V d’Apollo 11 se trouve horizontal à l’intérieur du Bâtiment d’assemblage de véhicules (VAB) au Kennedy Space Center en Floride.
À droite, l’étage central du SLS dans le VAB après son arrivée du Stennis Space Center le 29 avril 2021 (crédit NASA)

Contrairement à la fusée Saturn V, qui avait trois étages, le Space Launch System est propulsé par le puissant étage central avec deux propulseurs de fusée solides attachés sur les côtés et l’étage supérieur, appelé étage de propulsion cryogénique provisoire (ICPS), qui donne la possibilité d’envoyer le vaisseau spatial Orion vers la Lune. L’étage central est le plus haut composant de fusée au monde à ce jour et sert de colonne vertébrale au lanceur, supportant le poids des charges utiles, de l’étage supérieur et du vaisseau spatial Orion. SLS produit 15% de poussée de plus que Saturn V pendant le décollage et l’ascension.

A gauche, le premier étage de la Saturn V est levé pour être installé sur la plate-forme de lancement mobile à l’intérieur du VAB en préparation de son prochain lancement. Ce fut le premier étage de la première fusée lunaire habitée pour la mission Apollo 8.
À droite, l’étage central du SLS est levé pour être attaché entre les deux propulseurs de fusée solides pour la prochaine mission Artemis 1 (crédit NASA/Cory Huston)

La Saturn V et le SLS sont assemblés au même endroit à 50 ans d’intervalle.

A gauche, le deuxième étage de Saturn V est installé au sommet du premier étage de la fusée à l’intérieur du VAB.
À droite, l’étage supérieur de propulsion cryogénique provisoire (ICPS) se prépare à être installé sur l’adaptateur du lanceur pour la mission Artemis I (crédit NASA/Kim Shiflett)
Sur la gauche, l’unité aux instruments de la mission Apollo 11 est hissée au sommet de la fusée Saturn V à l’intérieur du VAB.
À droite, l’Orion Stage Adapter (adaptateur d’étage Orion) pour la mission Artemis I est hissé au sommet du SLS (crédit NASA)

Sur Saturn V, l’unité aux instruments a servi de « système nerveux central » de la fusée, fournissant le système de navigation et de contrôle d’attitude, la télémétrie et le contrôle environnemental.

L’Orion Stage Adapter est la dernière pièce du SLS avant que le vaisseau spatial Orion ne soit ajouté au sommet du SLS. Il abritait des charges utiles secondaires pendant Artemis 1 [lire Objectif Lune : la première mission Artemis].

Sur la gauche, la fusée Saturn V pour la mission sans équipage Apollo 4 en préparation pour son roulage vers le pas de tir.
À droite, le SLS et le vaisseau spatial Orion d’Artemis I avant le roulage pour la répétition générale (crédit NASA / Glenn Benson)

Apollo 4 a été le premier lancement de Saturn V et a été conçu pour tester tous les aspects de la fusée. La mission a lancé un module de commande et de service non habité le 9 novembre 1967 depuis le pas de tir 39 [lire Saturn V : Un lanceur pas si parfait].

Le programme Apollo a effectué deux vols d’essai Saturn V sans équipage, Apollo 4 puis Apollo 6, tandis qu’Artemis I est le seul vol non habité prévu pour précéder le vol Artemis II qui enverra des astronautes vers la Lune.

A gauche, la fusée Saturn V pour la mission Apollo 14 et la tour de lancement mobile au sommet du transporteur à chenilles (le crawler) quittant le VAB et en route vers le Pad 39.
A droite, le crawler portant le SLS Artemis I et la tour mobile à l’extérieur du VAB pour la répétition générale avant le lancement d’Artemis I (crédit NASA / Aubrey Gemignani)

Apollo 14 a été lancé le 31 janvier 1971, devenant la huitième mission de la NASA avec équipage pendant le programme Apollo et la troisième à atterrir sur la Lune.

A gauche, la fusée d’Apollo 17 au Launch Pad 39A au Kennedy Space Center de la NASA en Floride.
À droite, le SLS et le vaisseau spatial Orion sur la plateforme de lancement mobile sont sur le Pad 39B le 18 mars 2022 pour la répétition générale avant le lancement d’Artemis I (crédit : NASA / Joel Kowsky)

L’équipage d’Apollo 17 comprenait les astronautes de la NASA Eugene A. Cernan (commandant), Ronald E. Evans (pilote du module de commande) et le scientifique Harrison H. Schmitt (pilote du module lunaire). La dernière mission d’atterrissage lunaire du programme Apollo, Apollo 17 a été lancée le 7 décembre 1972, et c’est la dernière fois à ce jour que des humains ont posé le pied sur la Lune.

À gauche, Walter Kapryan (à droite), directeur des opérations de lancement, discute d’un aspect du vol d’Apollo 14 avec Rocco A. Petrone (au centre), directeur du programme Apollo, à l’intérieur du Launch Control Center (LCC).
À droite, la directrice du lancement d’Artemis 1 Charlie Blackwell-Thompson (à gauche) et le directeur adjoint Jeremy Graeber (à droite) sont vus à l’intérieur de la même salle de tir pour la répétition générale de la mission Artemis I (crédit : NASA / Cory Huston)

La mission Apollo 14 a emmené les astronautes de la NASA Alan Shepard, Stuart Roosa et Edgar Mitchell vers la Lune.

Sous Apollo, l’équipe de lancement était principalement composée d’hommes. Maintenant, l’équipe de lancement d’Artemis est composée à 30% de femmes, dont la première femme directrice de lancement, Charlie Blackwell-Thompson.

Sur la gauche, la fusée Saturn V SA-512 de la mission Apollo 17 décolle le 7 décembre 1972, du Launch Pad 39A du Kennedy Space Center de la NASA.
À droite et près de 50 ans après la dernière mission lunaire, la fusée Artemis I décolle le 16 novembre 2022, du Launch Pad 39B du KSC (crédit : NASA / Bill Ingalls)
A gauche, des membres de l’équipe de la marine américaine se préparent à hisser le vaisseau spatial Apollo 6 à bord de l’USS Okinawa le 4 avril 1968, après un amerrissage réussi dans l’océan Pacifique à distance d’Hawaï.
À droite, le vaisseau spatial Orion d’Artemis I a amerri dans l’océan Pacifique le 11 décembre 2022, au large des côtes de la Basse-Californie (crédit photo: NASA / James M. Blair)

Apollo 6, qui a duré 9 heures et 57 minutes, a marqué le troisième et dernier vol d’essai non habité pour le programme Apollo. Le but de la mission était de placer le vaisseau spatial Apollo en orbite terrestre basse et de simuler une injection translunaire en envoyant le vaisseau spatial sur une orbite terrestre hautement elliptique. Après la manœuvre, le moteur du module de service a ralenti le vaisseau spatial pour simuler un abandon à retour direct et retourner sur Terre. Apollo 6 a qualifié la fusée Saturn V pour les futurs vols avec équipage.

Orion Artemis 1 a été récupéré par l’équipe Landing and Recovery de la NASA, la marine américaine et des partenaires du ministère de la Défense à bord du USS Portland le 11 décembre [lire Artemis 1, Orion de retour sur Terre]. Le test en vol non habité de 25,5 jours a envoyé Orion autour de la Lune, dépassant la distance la plus éloignée de la Terre pour un vaisseau spatial habité.

Vivement Artemis 2 🚀🌑

Source

Une réflexion sur “Comparaison en images des missions lunaires Apollo et Artemis

  • 18 décembre 2022 à 11 h 51 min
    Permalien

    NB : pour Apollo 17, Harrison H. « Jack » Schmitt a remplacé Joe H. Engle suite à l’annulation de la mission Apollo 18 dont l’équipage aurait dû être composé de Richard F. Gordon, Vance D. Brand et « Jack » Schmitt.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :