[Brève] La répétition générale enfin réussie pour SLS

Le Space Launch System de la NASA a terminé avec succès une répétition générale de la chronologie finale du lancement le lundi 20 juin. Désormais la NASA cible la fin août / début septembre pour une tentative de lancement de la mission Artemis 1.

SLS sur la pas de tir le 14 juin 2022 (crédit NASA)

En avril, plusieurs répétitions générales n’avaient pas pu être menées à leur terme. Ce 20 juin, le « Wet Dress Rehearsal » (WDR) s’est plutôt bien passé. L’équipe de lancement de la NASA a rencontré toutefois une anomalie : une fuite d’hydrogène dans la déconnexion rapide qui relie un ombilical du mât de service de queue du lanceur mobile à l’étage central de la fusée. L’équipe a tenté de réparer la fuite en réchauffant la déconnexion rapide, puis en la refroidissant pour réaligner un joint, mais le problème n’a pas été résolu.

Les contrôleurs de lancement ont ensuite réussi à masquer les données associées à la fuite qui déclencheraient un abandon de la séquence de lancement par les ordinateurs de bord du SLS ou le centre de contrôle au sol, pour leur permettre d’aller aussi loin que possible dans le compte à rebours.

L’équipe de lancement de la NASA voulait à l’origine effectuer deux fois la dernière séquence de compte à rebours final de 10 minutes, atteignant T-moins 9,3 secondes lors de la dernière tentative, juste avant le moment où les moteurs principaux de l’étage central s’allumeraient lors d’une véritable tentative de lancement. A cause de la fuite, la séquence finale n’a été réalisée qu’une seule fois.

La répétition générale s’est ensuite correctement déroulée, mais elle s’est arrêtée une seconde après le passage du contrôle du séquenceur de lancement au sol au séquenceur de lancement automatisé contrôlé par le logiciel de vol de la fusée, à T-moins 29 secondes. Les ordinateurs de bord du SLS ont stoppé la séquence à T-moins 29 secondes quand des capteurs ont montré que les moteurs de l’étage central n’étaient pas prêts thermiquement pour l’allumage, leur système thermique étant couplé au connecteur d’hydrogène responsable de la fuite précédemment découverte.

Malgré la fuite et la coupure du compte à rebours avant d’atteindre T-moins 9 secondes, les responsables de la NASA ont déclaré que la répétition générale avait atteint la plupart de ses objectifs. C’était la première fois que tous les réservoirs des ergols de propulsion du Space Launch System étaient remplis et qu’il y a eu un compte à rebours fictif du lancement presque complet, avec un ensemble d’activités critiques se succédant rapidement.

Timelapse de l’arrivée du lanceur SLS sur le pas de tir LC-39B au Kennedy Space Center (crédit NASA)

Le SLS va désormais retourner au bâtiment d’assemblage vertical (VAB) afin de vérifier encore le lanceur mais aussi le vaisseau Orion qui est positionné en haut du SLS. Il y aura une mise à jour du logiciel de bord, la réparation du matériel en cause dans la fuite d’hydrogène du WDR, la recharge des batteries des charges utiles secondaires (des cubesats), l’activation du système d’abandon d’urgence et l’installation des systèmes pyrotechniques de séparation des boosters latéraux (SRB) de l’étage central.

La prochaine fenêtre de lancement d’Artémis 1 s’ouvre le 23 août et se termine le 6 septembre, puis d’autres opportunités de lancement sont disponibles à partir du 19 septembre.

Prochaines dates de tir potentielles du SLS (crédit NASA / Spaceflight Now)

Avec retard, voici des nouvelles du SLS selon le nouveau format de « brève d’actualité spatiale ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.