Avec le vol inaugural réussi pour SLS, Artemis 1 place Orion vers la Lune

Ce mercredi 16 novembre à 6h47 UTC, le Space Launch System ou SLS, a décollé depuis le centre spatial Kennedy de la NASA en Floride pour la première mission du programme Artemis qui devrait voir le retour de l’Homme sur la Lune dans les prochaines années, et y établir une base lunaire ainsi qu’une station orbitale.

A son bord, un vaisseau sans équipage : Orion.

Le SLS devient le lanceur le plus puissant au monde

Artemis I Launch (NHQ202211160005)
Décollage SLS Artemis 1 le 16/11/2022 (crédit NASA/Joel Kowsky)

Le SLS en quelques chiffres de comparaison avec Ariane 5 (merci Stefan Barensky) :

  • Les boosters à poudre du SLS ont une masse de carburant 2,7 fois ceux d’Ariane 5 pour une poussé 2,3 fois plus importante.
  • L’étage principal de SLS contient 5,6 fois la quantité d’ergols de l’étage principal d’Ariane 5 et a une poussée de 5,3 fois la poussée maximale du moteur Vulcain
  • L’étage supérieur ICPS est 2 fois plus puissant que celui d’Ariane 5
  • La masse totale du SLS au décollage est 3,4 fois celle d’Ariane 5 pour une poussée totale 2,6 fois celle du lanceur européen

Enfin, le SLS délivre 13 % de poussée de plus que Saturn V pour 13% de masse de moins.

Artemis I Launch (NHQ202211160010)
Décollage SLS Artemis 1 le 16/11/2022 (crédit NASA/Joel Kowsky)

Le lancement est un succès

Alors qu’il y avait eu des fuites de carburant lors des premières tentatives, le compte à rebours du lancement s’est presque passé sans soucis. Il a fallu toutefois l’intervention d’une « Red Crew » pour serrer des boulons sur une valve de réapprovisionnement en hydrogène liquide, moins de 2h30 avant le début de la fenêtre de lancement. A noter, qu’une opération similaire avait été effectuée sur le vol Apollo 11.

L’équipe Sol « Red Crew » constituée de 3 techniciens dont l’un pour la surveillance des consignes de sécurité intervient sur la tour de lancement pendant le compte à rebours final (via Joey Roulette)

En conférence de presse après le lancement, Mike Sarafin, directeur de mission Artemis 1 de la NASA, a déclaré que quelques anomalies mineures ont été observées dont quelques pertes de télémétries du lanceur.

Liftoff! SLS Artemis
Décollage SLS Artemis 1 le 16/11/2022 (crédit ULA)

Orion en route vers la Lune

La séquence de lancement (crédit NASA)

[ Pour les éléments cités ci-après, se référer à l’article détaillant le SLS : Le Space Launch System ]

Comme prévu, les boosters à ergols solides, les SRB, se sont séparés un peu plus de 2 minutes après le décollage.

Séparation des boosters du SLS (crédit Kyle Montgomery)

Les panneaux de protection du module de service et le système d’abandon de lancement ont été largués vers 3’30.

L’étage central ayant épuisé le carburant, les moteurs RS-25 se sont éteints (MECO – Main Engin Cut off) après environ 8 minutes.

L’étage central s’est séparé du vaisseau spatial Orion attaché à l’étage de propulsion cryogénique provisoire (ICPS) juste après à plus de 1800 km d’altitude.

Orion a déployé rapidement ses panneaux solaires. La NASA a confirmé qu’ils généraient de la puissance électrique et les premières données suggèrent de bonnes performances.

L’une des caméras installées sur Orion montre le déploiement d’un des 4 panneaux solaires (crédit NASA live)

L’IPCS a effectué à 7h40 UTC un premier allumage de son moteur principal pour augmenter le périgée de l’orbite pendant 22 secondes.

Puis il a allumé une seconde fois son moteur pendant près de 18 minutes pour faire l’insertion sur l’orbite translunaire et échapper ainsi à la gravité terrestre.

La séparation du vaisseau Orion a été effectuée après 2 heures de vol autour de la Terre.

Séparation d’Orion de l’étage supérieur (crédit live NASA)

Orion est officiellement en route vers l’orbite lunaire

Orion en route vers la Lune avec la Terre en arrière plan – caméra embarquée (crédit NASA)

Une première manœuvre de correction de trajectoire réussie

Une première manœuvre de correction de trajectoire par le système de propulsion du module de service du vaisseau Orion a été réalisée à 14h30 UTC. La poussée du moteur a duré 16 secondes afin d’augmenter la vitesse d’environ 124 km/h et de corriger finement les imperfections de l’orbite trans-lunaire initiée par l’étage supérieur du SLS. Cela permet aussi de vérifier les performances et le bon fonctionnement du système de propulsion qui est l’un des objectifs de la mission Artemis 1.

Les différentes étapes de la mission Artemis 1 (crédit ESA–K. Oldenburg)

Dans les jours à venir d’autres corrections de trajectoire seront sans doute nécessaires pour ajuster l’orbite puis pour manœuvrer pour le retour vers la Terre.

Cette première image haute résolution, prise le premier jour de la mission Artemis I, a été capturée par une caméra au bout de l’un des panneaux solaires d’Orion. (crédit NASA)

Orion fera son premier survol de la lune le 21 novembre pour entrer dans une orbite rétrograde éloignée pour sa mission de test en vol prolongé, qui devrait culminer avec un retour sur Terre et un amerrissage dans l’océan Pacifique le 11 décembre.

Pour suivre en direct la trajectoire d’Orion, rendez-vous sur ce site : https://www.nasa.gov/specials/trackartemis/

Tout au long de la mission, le vaisseau sera suivi et contrôlé depuis le centre de mission de la NASA au Centre Spatial Johnson à Houston, avec le support des équipes de l’ESA à l’ESTEC aux Pays-Bas en charge du module de service, avec l’aide des ingénieurs d’Airbus Defence and Space qui ont livré le module.

Une mission secondaire pour l’étage supérieur du SLS

Une fois Orion séparé de l’étage supérieur du SLS, l’IPCS a effectué sa deuxième mission : le largage des cubesats qui feront des missions diverses autour de la Lune.

Cela fera l’objet sans doute d’un article dédié quand il y aura des informations disponibles

6 réflexions sur “Avec le vol inaugural réussi pour SLS, Artemis 1 place Orion vers la Lune

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.