Une semaine à Baïkonour – article 4 : le Cosmodrome

Quatrième et dernier article sur ma semaine à Baïkonour pour le décollage de Thomas Pesquet et ses coéquipiers vers l’ISS. Un article consacré au Cosmodrome et sur les traces de l’exploration spatiale russe.

L’allée des Cosmonautes

Depuis plusieurs années, tous les astronautes ou cosmonautes décollant depuis le Cosmodrome de Baïkonour passent par l’hôtel des Cosmonautes.

Allée_des_cosmonautes-04

Le soir du décollage de l’équipage du Soyouz MS-03, le 17 novembre, nous nous sommes rendus à l’hôtel des Cosmonautes pour la sortie de l’Expedition 50 pour leur départ vers le Cosmodrome et le lanceur Soyouz [lire Une semaine à Baïkonour – article 1 : le décollage de Thomas Pesquet].

Après le départ en bus de l’équipage, nous avons pu visiter l’allée des cosmonautes qui se situe dans l’enceinte de l’hôtel. Depuis Youri Gagarine, toutes les personnes ayant volé sur un vaisseau soviétique puis russe y plantent un arbre. Comme cet arbre de Valentina Terechkova, la première femme cosmonaute.

Allée_des_cosmonautes-12

Le dernier arbre planté est celui de notre astronaute français Thomas Pesquet !

Allée_des_cosmonautes-17

Les maisons de Gagarine et de Korolev

En fait, le premier cosmonaute, Youri Gagarine, n’a pas séjourné à l’hôtel de cosmonautes, mais dans une maisonnette sur le Cosmodrome, à côté de celle de Sergeï Korolev, le fondateur du programme spatial soviétique et ingénieur en chef de la fusée Semiorka qui enverra le premier homme dans l’espace. Les 2 maisonnettes ont été gardées intactes depuis les années 60. Korolev a vécu dans la sienne pendant 9 ans, pour être au plus près des travaux sur le lanceur.

Musee_cosmodrome-109

La maison de Youri Gagarine

Musee_cosmodrome-105

Sa chambre à coucher

Musee_cosmodrome-113

La salle à manger dans la maison de Korolev

Le musée du Cosmodrome

Le musée du Cosmodrome complète encore plus celui de la ville de Baïkonour [lire Une semaine à Baïkonour – article 3 : une école très « spatiale » et le musée de la ville].

A l’extérieur, vous êtes accueillis par Youri Gagarine évidemment, et un modèle de tests thermiques et mécaniques de la navette Buran

Musee_cosmodrome-99

Musee_cosmodrome-94

On peut aller à l’intérieur de la soute et du cockpit de la Buran

Musee_cosmodrome-77

Dans le musée, après un bref rappel historique des débuts de la construction du Cosmodrome (et en plus en russe),

Musee_cosmodrome-04

on vous explique les différentes personnalités qui ont marqué l’histoire du lieu, ainsi que les différents lanceurs qui ont décollé depuis Baïkonour à travers les décennies, sans toutefois trop vous parler des missiles…

Musee_cosmodrome-12

Un hommage est rendu aux victimes des 2 plus grosses tragédies du Cosmodrome, longtemps cachées aux yeux des occidentaux :

  • Le 24 octobre 1960,  la catastrophe de Nedelin, d’après le nom du  maréchal des forces stratégiques de l’Union soviétique Mitrofan Nedelin mort dans l’accident, fera au total 78 morts selon Roscosmos. La cause en revient à l’allumage du second étage sur le pas de tir d’un prototype de fusée R-16 (ou missile balistique intercontinental) . (Pour voir des images de cet enfer, je recommande cette vidéo, mais elle peut choquer https://youtu.be/V64X7tSbX7Y)

Musee_cosmodrome-17

  • Trois ans après, jour pour jour, le 24 octobre 1963, un autre incendie sur un pas de tir de Baïkonour a fait sept morts, à la suite d’une fuite d’oxygène dans le système d’alimentation d’un missile R-9.

Musee_cosmodrome-24

La Russie commémore désormais tous les 24 octobre la mémoire des personnes ayant sacrifié leurs vies à la conquête spatiale. Aucun lancement de fusée n’a lieu cette journée-là en hommage ou par superstition.

Ensuite, nous continuons sur les premiers pas de la conquête spatiale avec les systèmes de lancement des premiers êtres vivants dans l’espace, dont celui de la chienne Laïka

Musee_cosmodrome-26

Nous avons eu des explications sur la « chaise » d’éjection utilisée par les 6 premiers cosmonautes lors des missions Vostok. L’éjection de Youri Gagarine n’a été révélée que très tard dans la peur de ne pas voir son vol spatial considéré total car il n’a pas atterri dans sa capsule mais sous parachute.

Musee_cosmodrome-39

Le musée fait aussi la part belle aux missions actuelles qui partent depuis le Cosmodrome, dont la mission Soyouz MS-03, avec son drapeau signé des membres d’équipage.

Musee_cosmodrome-52

Mais aussi à la première mission américano-soviétique Apollo-Soyouz en 1975.

Musee_cosmodrome-56

et aux lancements Proton

Musee_cosmodrome-57

Coup de projecteur sur la maquette de mon ami Tezio qui à l’honneur avec Vincent Meens d’avoir des dessins et 2 maquettes dans ce musée historique :

Musee_cosmodrome-124

 « si les Soviétiques avait atterri sur la Lune »

Le pas de tir Energia – Bourane

Sur le Cosmodrome, nous n’avons pas eu malheureusement le droit de rentrer sur le pas de tir Energia d’où cet énorme lanceur devait mettre sur orbite la navette Bourane (il ne l’a fait qu’une seule fois). Le lieu est devenu dangereux car complètement à l’abandon. Les photos étaient interdites. Nous avons réussi à en prendre « à la volée » à environ 1 kilomètre de là, où « par hasard » notre van a fait une halte, mais ce sont des photos « officiellement » interdites…

Cosmodrome-06

Nous avons toutefois pu aller assez près du bâtiment d’intégration de la navette Buran, où d’ailleurs, l’une est sous les décombres du toit [lire cet article], et voir le système de transport du lanceur Energia et de la navette.

Cosmodrome-10

Cosmodrome-09

Visite de la salle de préparation des astronautes

Le soir du lancement de l’équipage Expedition 50, après le départ de Thomas et de ses coéquipiers pour le pas de tir, nous nous sommes rendus dans la salle où ils venaient tout juste de faire les derniers contrôles de leur scaphandre de décollage. Comme à l’accoutumée, les Russes rendent hommage à tous les astro/cosmonautes qui sont passés par là.

Cosmodrome-34

Cosmodrome-38

Un dernier passage par le musée du Cosmodrome, où je revois avec plaisir le groupe de pilotes d’Air France venus également pour le lancement de Thomas, et ce sera le décollage : Une semaine à Baïkonour ; article 1 : le décollage de Thomas Pesquet. La boucle est bouclée !

Musee_cosmodrome-131

 

Plus de photos sur cet album Flickr

Retrouvez les 3 articles précédents :

 

 

Une réflexion sur “Une semaine à Baïkonour – article 4 : le Cosmodrome

  1. NB : Parmi le groupe de pilotes d’Air France, à noter Cyrille Fournier (source : Espace & Exploration n° 37, page 45). Je suppose qu’il fut candidat astronaute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *