Une coiffe de Falcon 9 presque réutilisable

Cette semaine, SpaceX a publié des photos de la coiffe de son lanceur Falcon 9 qui avait décollé le 22 mai dernier et qui a été récupérée.

Faites défiler les 3 photos à l’aide de la flèche à mi-hauteur de la première photo ci-dessous :

La coiffe est la protection des satellites en haut d’un lanceur pendant les préparations du compte à rebours final et les premières minutes de vol dans la basse atmosphère dense. Une fois la fusée dans la haute atmosphère où il y a peu de contraintes mécaniques car l’air est désormais raréfié, la coiffe est séparée du lanceur et s’éloigne en deux morceaux. SpaceX veut récupérer les composants pour les réutiliser et réduire les coûts de lancement ; une coiffe est estimée à 6 millions de dollars à la construction.

Les ingénieurs de SpaceX ont équipé les 2 demi-coiffes de propulseurs de contrôle à gaz froid pour les orienter et de parachutes pour effectuer un atterrissage en douceur. Un navire rapide appelé M. Steven a été équipé d’un grand filet suspendu entre quatre poteaux en métal, pour naviguer jusqu’au point d’amerrissage prévu de la protection et l’attraper. L’utilisation des filets permettrait d’éviter l’endommagement des parties sensibles de la coiffe par l‘eau salée.

Les nouvelles images capturées après le dernier lancement de la Falcon 9 le 22 mai montrent que les deux moitiés de la coiffe ont déployé leurs parachutes orientables et ont amerri dans l’Océan Pacifique, la moitié la plus proche se trouvant à environ 50 mètres de M. Steven selon un tweet de SpaceX. Mais on doute de la réutilisation de cette coiffe qui a goûté tout de même à l’eau de mer.

Le bateau de récupération actuel, M. Steven, est basé au port de Los Angeles pour des lancements à partir de la base Air Force de Vandenberg en Californie. La société devrait éventuellement déployer plusieurs navires pour récupérer les coiffes après les lancements depuis la Californie et la Floride. Des coiffes de charge utile lancées à partir de Cap Canaveral ont également été équipées avec des équipements de récupération (propulseur et parachutes), mais SpaceX n’a ​​pas encore tenté une récupération avec un bateau équipé de filets dans l’Océan Atlantique. D’ailleurs, Musk avait publié sur Instagram une image de la moitié d’une coiffe du lancement du satellite TESS depuis Cap Canaveral, sous son parachute, au coucher du soleil sur l’Océan Atlantique.

Falcon 9 fairing opens its parafoil after reentering the atmosphere

A post shared by Elon Musk (@elonmusk) on

Bientôt une récupération de l’étage supérieur ?

Elon Musk, fondateur de SpaceX, a déclaré à des journalistes que le premier étage de la fusée Falcon 9 représente environ 60% du coût d’un lancement, l’étage supérieur 20%, et la coiffe 10%. Les 10% restants du coût d’une mission Falcon 9 proviennent aux opérations de lancement, aux carburants du lanceur et d’autres frais de fonctionnement.

Selon Elon Musk, SpaceX serait dans les premières étapes de l’étude de la faisabilité de récupérer le deuxième étage des fusées Falcon 9 ; l‘étage supérieur brûle généralement lors de sa rentrée dans l’atmosphère terrestre après avoir déposé sa charge utile en orbite. Une réutilisation nécessiterait l’ajout d’un bouclier thermique, car le deuxième étage doit revenir sur Terre à partir de la vitesse orbitale, soit une vitesse beaucoup plus rapide que celle du premier étage, ce qui ajouterait du poids à la fusée et réduirait la capacité d’emport de masse de charge utile de la Falcon 9. SpaceX prévoit de recueillir des données sur les vols à venir sur les températures subies par les étages supérieurs lors de la rentrée.

Si SpaceX devient capable de réutiliser la coiffe et le deuxième étage, Elon Musk a déclaré que le «coût marginal à long terme par vol» pour la fusée Falcon 9 pourrait tomber à 5 ou 6 millions de dollars, soit 10 fois moins que le coût facturé actuellement pour le lancement à bord d’une Falcon 9.

A moins que SpaceX ne se concentre sur son gros lanceur réutilisable BFR… A suivre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.