Les lancements de la semaine du 7 au 13 décembre : Long March, Zenit et Proton

Les semaines ne se ressemblent pas, sauf peut être côté des lanceurs chinois.

17e lancement chinois de l’année

Une fusée Long March 3B a décollé du centre de lancement des Satellites de Xichang (Chine) à 16h46 UTC.

Décollage de Long March-3B transportant le satellite China 1C dans le ciel du Centre de lancement de Xichang le 10 décembre 2015. (photo Xinhua / Xue Yubin)

Décollage de Long March-3B transportant le satellite China 1C dans le ciel du Centre de lancement de Xichang le 10 décembre 2015. (photo Xinhua / Xue Yubin)

Le lanceur a mis sur orbite de transfert géostationnaire un satellite de télécommunications China 1C ou ChinaSat-1C selon les sources.

Le satellite a été développé par l’Académie chinoise de technologie spatiale (CAST) pour China Satellite Communications Co. Il fournira des services « voix » de haute qualité, des services de radio et de transmission de la télévision.

A noter qu’il s’agit d’un record pour la Chine, voire mondial, car ce lancement était le 6e d’une Long March 3B (ou CZ-3B) en l’espace de 3 mois !

Le dernier vol pour Zenit ?

La fusée Zenit 3SLBF a décollé le 11 décembre à 13h45 UTC du Cosmodrome de Baïkonour (Kazakhstan).

Le satellite Elektro-L2 positionné par le dernier étage Fregat sur une orbite de transfert géostationnaire après presque 9 heures de vol, sera utilisé pour surveiller les changements météorologiques et climatiques sur la Terre pour une durée de vie de 10 ans. Il effectuera aussi, grâce aux instruments à bord, la surveillance des phénomènes critiques « de la météo spatiale », tels que les éruptions solaires, les niveaux de radiation et l’état de la magnétosphère de la Terre. Le principal instrument du satellite est un scanner multispectral qui couvre le visible, le proche infrarouge, l’infrarouge thermique et les micro-ondes, permettant l’évaluation de la couverture nuageuse, les mesures de la vapeur d’eau, et des mesures de température de surface de la mer.

Le satellite Elektro-L 2 lancé le 11/12/15 par une fusée Zenit (Credit : Tsenki)

Le satellite Elektro-L 2 lancé le 11/12/15 par une fusée Zenit (Credit : Tsenki)

Ce vol du lanceur ukrainien Zenit était son 83e depuis trente ans (1er tir en 1985). Une autre fusée Zenit est construite et stockée actuellement à Baïkonour pour le lancement du télescope spatial russe Spektr RG en 2017, mais l’agence de presse russe Tass a indiqué en Novembre que la garantie sur la fusée a expiré (information spaceflightnow.com).

Depuis 2000, la fusée Zenit a surtout été utilisée par l’opérateur Sea Launch depuis une plate-forme de forage pétrolier reconvertie, avec des lancements le long de l’équateur dans l’océan Pacifique pour profiter de la vitesse rapide de rotation de la Terre aux basses latitudes. Mais avec deux échecs notoires en 2007 et 2013, la société Sea Launch possédée majoritairement au début par Boeing, puis par l’entrepreneur russe Energia connait de grosses difficultés : aucune commande commerciale ferme dans son carnet de commandes. La dernière mission de Sea Launch en 2014 a envoyé avec succès un satellite de télécommunications Eutelsat. Le marché de la fusée Zenit en Russie s’est également tari, en raison des tensions entre l’Ukraine et la Russie ces derniers mois. La fin du lanceur Zenit ?

Plus de détails sur ce lancement sur russianspaceweb.com

Proton : retour en vol confirmé

Malgré un échec en mai dernier, les lancements de la fusée russe Proton continuent. Avec le lancement de ce 13 décembre, il s’agit du 7e tir Proton de l’année.

Le ministère russe de la défense a confirmé le succès du vol de ce dimanche après le décollage à 00h19 UTC du Cosmodrome de Baïkonour (Kazakhstan) et la séparation du satellite militaire de télécommunications Garpun après 9 heures de vol. En raison de son caractère militaire, peu d’informations sur le satellite sont disponibles. Garpun est un programme de satellite militaire exploité par le ministère russe de la Défense. Composé de deux ou trois satellites en orbite géostationnaire, Garpun est chargé de relayer des données vers et à partir de satellites en orbites basses, y compris les satellites optiques et de reconnaissance en orbite terrestre basse, mettant à disposition des données en temps réel pour les utilisateurs militaires et gouvernementaux.

Le décollage était initialement prévu pour le 10 Décembre, mais a été repoussé de trois jours pour des examens supplémentaires, probablement du système de séparation du satellite après l’échec de la séparation du Kanopus ST plus tôt dans la semaine (information spaceflight101.com)

Une réflexion sur “Les lancements de la semaine du 7 au 13 décembre : Long March, Zenit et Proton

  1. Rappelons que, dans les années 80, il était question que la Zenit soit utilisée pour lancer la mini-navette soviétique « Spiral » qui fut plus ou moins l’équivalent de l’européenne « Hermes »… puis bien plus tard du « DreamChaser » de SNC. Elle n’était pas non plus sans rappeler le X-20 « Dyna-Soar » des années 60 et bien d’autres projets similaires.

    « Zenit » fut également le nom de code des premiers satellites militaires de reconnaissance soviétiques. C’est ainsi que Cosmos-4 (ou Kosmos-4) fut également désigné Zenit-1.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *