Echec de New Shepard NS-23 : Le booster détruit, la capsule sauve

La mission NS-23 du lanceur suborbital New Shepard devait être une mission de routine, mais la routine n’existe pas dans le spatial.

Ce 12 septembre, le lanceur suborbital devait effectuer un vol à la « frontière de l’espace » avec des expériences à bord de la capsule et non avec des passagers à bord comme les 5 derniers vols (NS-18 à NS-22).

Profil typique d’un vol nominal New Shepard (crédit Blue Origin)

Mais le lanceur suborbital a connu la première défaillance de son histoire.

Le lanceur a décollé à 14h26 UTC depuis la base West Texas de Blue Origin. Mais au bout d’environ 1 minute et 4 secondes de vol, la capsule s’est éloignée grâce au système d’évacuation d’urgence. La capsule habitable, nommée « RSS H.G. Wells », a pu atterrir sans encombres à l’aide de ses parachutes.

Il semble y avoir eu une défaillance du moteur BE-3 alimenté à l’hydrogène vers MaxQ, le moment où les contraintes sont les plus fortes sur le lanceur, de 18 mètres de haut, lors de la montée dans l’atmosphère. L’abandon en vol a eu lieu vers 28 000 pieds soit à ~8,8 km d’altitude. Blue Origin a déclaré que le booster avait heurté le sol après l’échec du lancement.

La capsule a atteint un apogée aux alentours de 11,4 km d’altitude. C’était son 9e vol.

Le système d’abandon de lancement a fait son travail en sauvant une capsule remplie de charges utiles. S’il y avait eu des passagers à bord, ils auraient senti une accélération entre 4 et 5G (4 à 5 fois leur poids), mais seraient saufs.

36 expériences scientifiques étaient à bord de la capsule dont 18 financées par la NASA, 24 provenant d’écoles, d’universités et d’organisations axées sur les sciences. Elles n’auront pas expérimenté la microgravité comme prévu. Deux des charges utiles volaient à l’extérieur du booster New Shepard pour une exposition ambiante à l’environnement spatial.

Blue Origin avait effectué une démonstration en vol du système d’évacuation d’urgence de la capsule en 2016 afin de certifier le système avant les vols habités [Lire Blue Origin : test d’éjection d’urgence réussi]. Lors de ce test, le booster de New Shepard avait survécu à la manœuvre d’abandon et était retourné au sol.

Le booster du vol NS-23 réalisait ici son 9e vol. Le système New Shepard serait (auto)certifié pour 25 vols par capsule/booster.

La mission NS-23 devait initialement être lancée au 31 août, mais le mauvais temps avait forcé Blue Origin à annuler les tentatives de lancement sur trois jours consécutifs.

La FAA (Federal Aviation Administration), l’agence fédérale américaine qui encadre les vols aérospatiaux, va participer à l’enquête sur l’accident, même s’il n’a mis personne en danger. Elle devra donner son accord avant toute nouvelle tentative de lancement, notamment avec des passagers à bord.

Déclaration de la FAA suite à l’accident de NS-23

Jusqu’à présent, la New Shepard a permis le vol de 31 passagers sur 6 vols suborbitaux. Cette défaillance va sans aucun doute mettre une pause dans le programme de vols habités.

Tous les articles sur New Shepard

Image de couverture : le lanceur sur le pas de tir + séquence d’éjection d’urgence issue du live de Blue Origin

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.