Chang’e5 : les échantillons lunaires prêts à revenir vers la Terre

La mission chinoise Chang’e5 a complété une grosse semaine de succès après son alunissage le 1er décembre : des échantillons de sol lunaire ont été collectés et sont prêts à revenir vers la Terre.

Cette infographie montre les étapes de base que la mission chinoise Chang’e-5 utilisera pour ramener des échantillons de la Lune sur Terre (crédit Planetary Society)

Après les succès de l’atterrissage et du redécollage de la Lune, un drapeau chinois dévoilé

En effet, Chang’e5 a effectué dans les 2 jours suivants son alunissage un forage et la récolte de régolithe lunaire [voir article Chang’e5 : les échantillons de sol lunaire sont « dans la boite »]. Puis le 3 décembre, l’étage de remontée de la mission décollait de la Lune avec ses précieux échantillons à bord [voir article Chang’e5 décolle de la Lune].

La caméra panoramique de l’atterrisseur de Chang’e-5 a photographié le drapeau rouge cinq étoiles déployé avec succès sur la Lune (crédit CLEP)

La Chine a marqué la réussite de cette première phase de la mission avec le déploiement d’un drapeau sur l’atterrisseur. Même si le drapeau est déjà présent sur les atterrisseurs des missions Chang’e 3 et 4, c’est le premier affichage dynamique du drapeau national sur la Lune. Ce drapeau spécial ne pèse que 12 g selon la CLEP, la division de l’exploration spatiale lointaine et lunaire de l’agence spatiale chinoise.

Le drapeau chinois déployé sur l’atterrisseur de Chang’e5 (crédit CLEP)

Un transfert d’échantillons sur orbite

Le 5 décembre, la suite des évènements s’est enchaînée comme prévue.

Eclaté de Chang’e5 (de gauche à droite) : 轨道器 l’orbiteur, 返回器 la capsule de retour d’échantillons, l’adaptateur charge utile, 着陆器 l’atterrisseur, 上升器 l’étage de remontée (via https://space.bilibili.com/1947490)

À 21h42 UTC le 5 décembre, l’étage de remontée de Chang’e-5 a réussi son approche et son amarrage automatique avec l’orbiteur resté autour de la Lune. L’approche s’est faite par étape et au final, des espèces de griffes ont attrapé le module de remontée.

Amarrage de l’étage de remontée avec l’orbiteur de Chang’e5 (crédit CLEP)

Puis le conteneur d’échantillons a été transféré en toute sécurité vers le module de retour à 22h12 UTC

Image d’une caméra embarquée du transfert du conteneur d’échantillons (crédit CLEP)

C’est la première fois que la Chine réalise un rendez-vous orbital lunaire et un amarrage en dehors de l’orbite terrestre.

Le module de retour d’échantillons bientôt sur la trajectoire de la Terre

Dimanche 6 décembre, l’ensemble orbiteur/ capsule de retour d’échantillons s’est séparé avec succès de l’étage de remontée à 4h35 UTC.

Images embarquées de la séparation de l’étage de remontée (crédit CLEP)

L’ensemble orbiteur/ capsule de retour d’échantillons continuera à orbiter autour de la Lune et attendra le bon moment pour revenir sur Terre avec les échantillons lunaires.

L’injection sur l’orbite trans-terrestre devrait s’effectuer samedi 12 décembre. L’atterrissage de la capsule de rentrée en Mongolie intérieure devrait intervenir environ 112 heures (4,6 jours) plus tard. 

Après cette injection, il restera des manœuvres de correction de trajectoire ultérieures, la séparation de la capsule de rentrée du module orbiteur à environ 5000 kilomètres de la Terre et une rentrée atmosphérique. Encore des challenges pour la Chine mais déjà testés avec la mission Chang’e5T1.

Le module de remontée finit sa vie sur la Lune

La mission du module d’ascension étant terminée, le centre de contrôle a donné l’ordre de désorbitation le 7 décembre à 22h59 UTC.

Le module de remontée a terminé sa vie en s’écrasant dans une zone située à 0° longitude et 30° latitude sud près du cratère Regiomontanus à 23h30 UTC.

Site du crash probable du module de remontée de Chang’e5 (crédit CLEP – traduction française East Pendulum)

A noter que la communication officielle de l’agence spatiale a annoncé un atterrissage lunaire…

La raison officielle était « d’empêcher le module de devenir un débris spatial et d’éviter d’affecter les missions d’exploration lunaire ultérieures de la communauté internationale ».

Chang’e5 est l’une des missions les plus compliquées et les plus difficiles de l’histoire spatiale de la Chine à ce jour. Il s’agit également de la première mission d’échantillonnage lunaire au monde depuis plus de 40 ans.

Le centre de contrôle de la mission Chang’e5 près de Pékin (crédit CNSA)
Publicités

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.