16 juin 1963 et 18 juin 1983, deux dates importantes pour les Femmes dans le spatial

En juin à 20 ans d’intervalle, il y a 55 et 35 ans, 2 femmes marquent l’histoire spatiale : la première femme dans l’espace puis la première Américaine astronaute.

16 juin 1963, Valentina Tereshkova, première femme dans l’espace

Du 16 au 19 juin 1963, Valentina Vladimirovna Tereshkova est devenue la première femme à voler dans l’espace. Valentina est née le 6 mars 1937 dans le village de Maslennikovo, à un peu moins de 300 km de Moscou. Ses parents ont travaillé dans une ferme collective, mais son père a été tué pendant la Seconde Guerre mondiale. Alors qu’elle travaillait dans une usine textile à l’âge de 18 ans, elle suit des cours par correspondance dans une école industrielle et rejoint un club de parachutistes, réalisant plus de 150 sauts.

Peu de temps après le vol du cosmonaute Gherman Titov le 6 août 1961, le deuxième vol orbital de l’ère spatiale dans le cadre de la mission Vostok 2, elle écrit une lettre au centre spatial pour devenir volontaire dans l’équipe des cosmonautes ; ne sachant pas que les responsables du programme spatial soviétique envisageaient la sélection d’un groupe de femmes parachutistes.
En décembre 1961, Valentina est invitée à Moscou pour une entrevue et un examen médical. En mars 1962, elle est sélectionnée parmi cinq finalistes avec Tatyana Kuznetsova, Irina Solovyova, Zhanna Yorkina et Valentina Ponomaryova.

Les six premiers cosmonautes

Les six premiers cosmonautes, de gauche à droite: Pavel Popovich, Youri Gagarine, Valentina Tereshkova, Andriyan Nikolayev, Valery Bykovsky, Gherman Titov (source Smithsonian Institution)

Ces femmes ont été soumises aux mêmes exercices en centrifugeuse et aux mêmes vols en zéro-G que les cosmonautes masculins. En mai 1963, Valentina et Tatyana Kuznetsova sont choisies pour s’entraîner au vol de Vostok 6. C’est finalement Valentina qui est choisi par le secrétaire du parti communiste (la plus haute autorité du pays à l’époque), Nikita Khrushchev, pour être la première femme dans l’espace.
Sous l’indicatif « la mouette » (en russe : Ча́йка, Tchaïka), elle décolle le 16 juin 1963 à bord de Vostok 6, un vaisseau spatial similaire à celui qui transportait Youri Gagarine, deux ans plus tôt. Elle fait 48 orbites dans un vol spatial de 70 heures et 50 minutes. Bien que la cosmonaute éprouve des nausées et une gêne physique pendant la plus grande partie du vol, elle tient un carnet de vol et prend des photographies de l’horizon, qui ont ensuite été utilisées pour identifier les couches d’aérosols dans l’atmosphère. Des rumeurs prétendent qu’elle se serait endormie en partie durant le vol.

La cosmonaute soviétique Valentina Tereshkova dans le vaisseau spatial Vostok 6 (source Smithsonian Institution)

Le vol Vostok 6 était un vol en co-orbite avec celui du cosmonaute Valery Bykovsky et son vaisseau spatial Vostok 5. Vostok 6 était le vol final des modèles Vostok et a été lancé deux jours après Vostok 5 sur une orbite semblable pendant cinq jours, atterrissant trois heures après Tereshkova. Les deux vaisseaux spatiaux se sont approchés l’un de l’autre dans un rayon de 5 km et Tereshkova a communiqué avec Bykovsky et avec Khrouchtchev par radio.

Lors de la phase finale de l’atterrissage de Vostok 6 le 19 juin, Valentina Terechkova s’éjecta comme prévu de sa capsule en parachute à 7000 mètres d’altitude (comme Gagarine).

La capsule Vostok 6 photographiée au Science Museum de Londre en exposition en mars 2016. Crédit Andrew Gray)

Cinq mois après son vol, Valentina Tereshkova s’est mariée avec un autre cosmonaute, Andrian Nikolayev. Ils se sont séparés et ont divorcé peu après la naissance de leur fille, Elena.
Tereshkova s’est entraînée ensuite jusque dans les années 1970 jusqu’à ce que l’espoir d’envoyer un équipage de plusieurs femmes en orbite terrestre ait été abandonné.
Valentina a ensuite assumé des rôles politiques et diplomatiques tout au long de sa carrière. Même aujourd’hui, elle fait des apparitions occasionnelles à travers le monde comme l’un des deux derniers cosmonautes Vostok survivants. A savoir, Valentina et 3 autres cosmonautes ont échappé de peu à un attentat politique en 1969 qui visait initialement Léonid Brejnev

Il faudra attendre 19 ans pour voir une autre femme soviétique effectuer un vol spatial, Svetlana Savitskaïa en 1982, et vingt ans avant qu’une femme d’une autre nationalité en fasse un également, l’Américaine Sally Ride (voir ci-après). A ce jour, seules quatre femmes russes ou soviétiques ont volé dans l’espace. Mais ça c’est une autre histoire, à venir un jour sur le blog…


Tereshkova s’est entraînée ensuite jusque dans les années 1970 jusqu’à ce que l’espoir d’envoyer un équipage de plusieurs femmes en orbite terrestre ait été abandonné.
Valentina a ensuite assumé des rôles politiques et diplomatiques tout au long de sa carrière. Même aujourd’hui, elle fait des apparitions occasionnelles à travers le monde comme l’un des deux derniers cosmonautes Vostok survivants. A savoir, Valentina et 3 autres cosmonautes ont échappé de peu à un attentat politique en 1969 qui visait initialement Léonid Brejnev

Il faudra attendre 19 ans pour voir une autre femme soviétique effectuer un vol spatial, Svetlana Savitskaïa en 1982, et vingt ans avant qu’une femme d’une autre nationalité en fasse un également, l’Américaine Sally Ride (voir ci-après). A ce jour, seules quatre femmes russes ou soviétiques ont volé dans l’espace. Mais ça c’est une autre histoire, à venir un jour sur le blog…

Les cosmonautes Serova et Tereshkova

La cosmonaute Elena Serova, dernière russe ayant volé en 2014, avec la première femme à voler dans l’espace, l’icône russe Valentina Tereshkova (via airandspace.si.edu)

A lire aussi : 50e Anniversaire de la première femme dans l’espace : Valentina Terechkova

Des images parfois inédites mais dommage la vidéo est en russe :

18 juin 1983, première astronaute américaine : Sally Ride

Le 18 juin 1983, le Dr Sally Ride est devenue la première Américaine à voler dans l’espace. Sally Ride est née en Californie en 1951. Adolescente, elle pratique le tennis à haut niveau et se classe même dix-huitième au niveau national. En 1970, Sally abandonne le tennis et entre à l’Université de Stanford, où elle obtient une double maîtrise en physique et en littérature anglaise. Puis sa thèse de doctorat concerne le comportement théorique des électrons libres dans un champ magnétique. Alors qu’elle était à l’université, elle apprend que la NASA cherche de jeunes scientifiques pour servir en tant que spécialistes de mission, et postule immédiatement. Elle passe le processus préliminaire de sélection de la NASA et devient l’un des 208 finalistes. Après des tests de condition physique, une évaluation psychiatrique et des entrevues personnelles, elle devient l’une des six femmes sélectionnées pour la promotion de 1978.

La première sélection de femmes astronautes de la NASA. De gauche à droite : Shannon W. Lucid, Margaret Rhea Seddon, Kathryn D. Sullivan, Judith A. Resnik, Anna L. Fisher, et Sally K. Ride (credit NASA)

Le 18 juin 1983, Sally Ride entre dans l’histoire en devenant la première Américaine à aller dans l’espace. Sur cette photo, Sally Ride se tient sur le pont moyen de Challenger, vêtue d’une combinaison de vol bleue claire et d’un casque de communication, alors qu’elle flotte le long de la trappe du sas du pont (credit NASA).

Pendant son entraînement, Sally est CAPCOM (Capsule Communicator) de remplacement pour la mission STS-2 de la Navette et CAPCOM principale pour STS-3.

Sally Ride en tant que CAPCOM (credit Sally Ride Science)

Elle est nommée spécialiste de mission sur le septième vol de la navette spatiale Challenger en juin 1983 (mission STS-7) et effectuera une deuxième mission en 1984 (mission STS-41G).

Lors de l’accident de Challenger en janvier 1986, Sally Ride fait partie de la commission d’enquête. Elle quitte la NASA en 1987 pour poursuivre une carrière universitaire, recherches en astrophysique et enseignement, bien qu’elle soit pressentie pour effectuer un troisième vol.

Sally Ride est décédée en 2012, à l’âge de 61 ans, des suites d’un cancer du pancréas.

Le 18 juin 1983, Sally Ride devient la première Américaine à voler dans l’espace lors du lancement de la navette spatiale Challenger lors de la mission STS-7. En tant que l’une des trois spécialistes de la mission STS-7, elle a joué un rôle essentiel en aidant à déployer des satellites de télécommunications, à mener des expériences et à utiliser le premier Shuttle Pallet Satellite (SPAS), palette d’expériences dans le vide spatial (credit NASA)

A l’occasion des 35 ans ce vol spatial, l’US Postal édite un timbre à l’effigie de Sally Ride, créatrice également en 2001 d’une fondation pour encourager les jeunes à étudier les sciences, renforçant son statut de modèle et de source d’inspiration aux Etats-Unis.

Timbre poste américain à l’effigie de Sally Ride, première astronaute américaine en 1983

2 réflexions sur “16 juin 1963 et 18 juin 1983, deux dates importantes pour les Femmes dans le spatial

  1. les femmes ont autant leur place que les hommes dans l’exploration spatiale, elles peuvent donner des informations sur les effets physiques que les hommes ne peuvent donner

  2. NB : Maslennikovo se trouve dans l’oblast de Iaroslavl, à l’est de Moscou.

    En mai 1963, Valentina et Tatyana Kuznetsova sont choisies pour s’entraîner au vol de Vostok 6.

    C’était peut-être le choix initial (à vérifier) mais en juin 63, Valentina Tereshkova avait pour « doublure » Irina Solovyova et pour « triplure » Valentina Ponomaryova.

    Il y eut, pour ce premier groupe féminin, au moins 58 candidates, toutes pilotes ou parachutistes (mais ne bénéficiant pas de parachutes dorés).

    Parmi elles, outre les cinq sélectionnées, on connaît les noms des 20 candidates suivantes :

    Valentina I. Borzenkova, Valentina Daritcheva, Inga Yu. Ivanova, Svetlana Ivleva, Galina G. Korchuganova, Galina Korol’kova, Vera Kvasova, Natalya Maslova, Tat’yana P. Morozytcheva (née Torchilova), Marina L. Popovich (alors la femme de Pavel), Natalya A. Prokhanova, Valentina Selivertsova, Marina Sokolova, Lyudmila Solovova, Svetlana A. Vlasova, Tat’yana N. Voynova, x Yefremova, Rosanna M. Zanonina-Shikhina, Lidiya Ya. Zaytseva et Vera Zubova.

    ***

    Sally Ride : 55 kilos d’héroïne pure.

    Ce fut « la belle du 18 juin », un bon moyen mnémotechnique de se souvenir de la date de son premier vol.

    Elle fut l’une des six premières Américaines sélectionnées dans le groupe 8 de la NASA (1977-78), les cinq autres étant Judith A. Resnik, Kathryn D. Sullivan, Anna L. Fisher, M. Rhea Seddon et M. Shannon W. Lucid (classées dans l’ordre chronologique de leur premier vol spatial).

    Quinze autres jeunes femmes furent présélectionnées dans le groupe 8. Il s’agit de :

    Nitza M. Cintron, Kathleen Crane, Bonnie J. Dunbar (qui sera sélectionnée dans le groupe 9 en 1980), Joan J. Fitzpatrick, Danielle J. Goldwater, Carolyn L. S. Griner, Barbara J. Holden, Jane L. Holley, Evelyn L. Hu, Carol B. Jenner, Mary Helen Johnston (sélectionnée pour Spacelab 3, elle sera la doublure de Taylor G. Wang), H. Louise Kirkbride, Tracey B. M. Sauerland, Victoria M. Voge et Millie E. Wiley (–> Hughes-Fulford) (sélectionnée pour Spacelab 4, mission annulée, puis pour SLS-1 / STS-40).

    Parmi les autres candidates connues, on peut citer Patricia Cowings, Doris Chandler, Rosemary Merrims-Conatser, Judith Ann Neuffer et Ann F. Whitaker (présélectionnée pour Spacelab 1).

    ***

    Ce sont actuellement 61 femmes qui sont allées dans l’espace sur un total de 555 êtres humains (vols orbitaux seuls), soit 11 %.

    Ces 61 femmes sont 47 Américaines, 4 Russes (seulement), 2 Canadiennes, 2 Japonaises, 2 Chinoises, 1 Britannique, 1 Française, 1 Sud-Coréenne et 1 Italienne.

    Parmi elles, 38 ont effectué 2 vols spatiaux : 33 Américaines, 2 Russes, 1 Canadienne, 1 Japonaise et 1 Française.

    21 en ont effectué 3 (toutes US). 12 en ont effectué 4 et 6 en ont effectué 5.

    Les 62e, 63e et 64e devraient être Anne C. McClain, Christina M. Hammock-Koch et Jessica U. Meir.

    Par la suite, on devrait trouver Jeanette J. Epps, Nicole V. A. Mann etc.

    La 5e Russe devrait être Anna Yu. Kikina.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.