Anniversaire : il y a 30 ans, l’accident de la navette Challenger

28 janvier 1986, la navette américaine Challenger explose au décollage.

Les 7 astronautes à bord sont tués : Christa McAuliffe, Francis R. “Dick” Scobee, Michael J. Smith, Judith A. Resnik, Ellison S. Onizuka, Ronald E. McNair et Gregory B. Jarvis.

L'équipage de Challenger STS-51L (de gauche à droite) : Christa McAuliffe, Gregory B. Jarvis, Judith A. Resnik, Francis R. Scobee, Ronald E. McNair, Michael J. Smith, Ellison S. Onizuka. (Credits: NASA)

L’équipage de Challenger STS-51L (de gauche à droite) : Christa McAuliffe, Gregory B. Jarvis, Judith A. Resnik, Francis R. Scobee, Ronald E. McNair, Michael J. Smith, Ellison S. Onizuka. (Credits: NASA)

Pour beaucoup, ce tragique accident est l’un des pires moments de l’exploration spatiale humaine. Personnellement, je me souviens exactement du moment où mon père m’annonce l’accident. Je rentrai du collège (j’avais 15 ans à l’époque) et la télévision française montrait ces terribles images de l’explosion. J’en ai pleuré car des astronautes avaient été tués et je me doutais que cela changerait problablement le futur des missions spatiales habitées américaines que j’adorai tant à l’époque.

Challenger, la navette des « premières »

Ce jour de janvier 1986, c’est le dixième vol du Shuttle « Challenger », la deuxième navette américaine réutilisable qui a démarré sa carrière en mission opérationnelle en avril 1983 (mission STS-6, STS pour Space Transportation System) et qui a été la navette des « premières » :

Photo depusi un satellite de la navette Challenger en orbite en juin 1983, mission STS-7 (source NASA)

Photo depusi un satellite de la navette Challenger en orbite en juin 1983, mission STS-7 (source NASA)

Sally Ride, la première américaine dans l’espace a volé avec Challenger STS-7 en juin 1983. Le premier afro-américain, Guion Bluford, a volé avec Challenger STS-8. Sur STS-41G en 1984, ce sont les 2 premières femmes, Sally Ride et Kathryn Sullivan, à voler sur la même mission en même temps.

Kathryn Sullivan et Sally Ride, les 2 premières femmes astronautes ensemble lors de la mission STS-8 en 1984 (credit NASA)

Kathryn Sullivan et Sally Ride, les 2 premières femmes astronautes ensemble lors de la mission STS-41G en 1984 (credit NASA)

C’est aussi Challenger qui effectua le premier atterrissage de nuit des Shuttle (STS-8).

En avril 1984, Challenger permet la première réparation d’un satellite, Solar Maximum Mission, en orbite. L’utilité des navettes pour ces opérations reste inégalée à cejour, notamment avec les réparations succéssives du télescope spatial Hubble.

La première réparation d'un satellite, SMM, en orbite grâce à la navette Challenger, en 1984 (credit NASA)

La première réparation d’un satellite, SMM, en orbite grâce à la navette Challenger, en 1984 (credit NASA)

L’accident : le déroulement et les raisons

La nuit précédant le 28 janvier 1986, il fait froid à Cap Canaveral, les températures descendent au-dessous de zéro. Le lancement est maintenu malgré des réticences de certaines personnes à la NASA et chez certains constructeurs. Le lancement avait déjà été retardé à plusieurs reprises (mauvais temps sur le site d’atterrissage de secours au Sénégal, puis mauvais temps sur Cap Canaveral, et ensuite une anomalie sur le pas de tir le 27 janvier).

De la glace s'est formée sur la pas de tir de la navette Challenger à cause de températures glaciales exceptionnelles en Floride le 28 janvier 1986 (Crédit: NASA)

De la glace s’est formée sur la pas de tir de la navette Challenger à cause de températures glaciales exceptionnelles en Floride le 28 janvier 1986 (Crédit: NASA)

A 11h38 heure locale, le décollage de la mission STS-51L a lieu. Les spectateurs sont nombreux ainsi que les chaines de télévision plus nombreuses que pour les lancements précédents car pour la première fois, une institutrice est à bord : Christa McAuliffe. Il est prévu qu’elle donne des cours à plusieurs classes d’enfants américains depuis l’orbite basse terrestre, une première !

Décollage de Challenger, mission STS-51L, le 28 janvier 1986 (credit NASA)

Décollage de Challenger, mission STS-51L, le 28 janvier 1986 (credit NASA)

73 secondes après le décollage, Challenger se disloque.
Explosion de la navette Challenger, mission STS-51L, le 28 janvier 1986 (credit NASA)

Explosion de la navette Challenger, mission STS-51L, le 28 janvier 1986 (credit NASA)

Les premiers mots de la salle de contrôle furent terribles : »Les contrôleurs de vol regardent très attentivement la situation. De toute évidence, un dysfonctionnement majeur. « 
En fait, les premiers éléments de défaillance arrivent après 0.678 secondes de vol : de la fumée grise commence à s’échapper du booster solide droit, en regard du gros réservoir externe. Puis la navette qui accroit sa vitesse rencontre des vents d’altitude cisaillants qui nécessitent une compensation par le système de guidage et de navigation plus importante que sur les vols précédents. Une première flamme apparait à 58.788 secondes de vol sur le booster droit (visible sur des images visionnées lors de l’enquête) alors que les boosters augmentent leur poussée. Alors que le panache de la flamme augmente en taille, l’aérodynamisme dirige la flamme vers la surface du réservoir externe et le perce. À environ 72,20 secondes, la liaison inférieure du booster solide droit se rompt et entraine une rotation au niveau de la liaison supérieure sur le réservoir externe. Le réservoir externe est alors endommagé de haut et en bas et l’hydrogène et l’oxygène liquide s’embrasent. A Mach 1,92 et à 14 km d’altitude, l’orbiteur où se trouve l’équipage est enveloppé de matière explosive et se disloque (source profile de mission STS-51L).
Dans cette vidéo a partir de 15’15 », l’enchaînement des événements est expliqué (en anglais)
Ou lire « A bord de Challenger » de Claude La fleur, journaliste canadien à l’époque.
 

Les débris et les restes de l’équipage seront méthodiquement récupérés. L’équipage a été enterré au cimetière militaire de Arlington le 20 mai 1986 avec un mémorial qui leur est dédié. Les débris ont été enterrés et scellés dans des silos abandonnés de missiles « Minuteman » à Cap Canaveral.

Une commission d’enquête a été nommée. Neil Amstrong et Sally Ride  en faisaient partie. Elle concluera que la cause principale de l’accident provenait de la défaillance d’un joint sur le booster droit, agravée par le froid. Mais elle mit aussi en évidence des problèmes culturels au sein de la NASA : les problèmes n’étaient pas tous remontés au niveau de l’équipe en charge de la décision des lancements et que les ressources humaines étaient insuffisantes en regard de la fréquence des vols des Shuttle.
En effet, les joints au niveau des boosters solides avaient subi une érosion répétée au cours des lancements précédents. La nuit avant le vol de Challenger, les ingénieurs de Morton Thiokol, le  constructeur de ces boosters solides, avaient recommandé un retard du lancement en raison des faibles températures nocturnes qui auraient pu entrainer une raideur des joints toriques empêchant un fonctionnement correct. De plus, les responsables de Thiokol, sous la pression de leurs homologues de la NASA, ont dépassé les objections des ingénieurs et ont choisi de procéder au lancement.

Les changements dans le programme américain

L’explosion de Challenger a changé le programme de la navette spatiale de plusieurs façons.

La NASA a apporté des modifications techniques à la navette et a également travaillé pour changer la culture de ses effectifs suite aux recommandations de la commission d’enquête.Le programme de la navette a repris ses vols en 1988.

Pendant 22 ans, la NASA n’a pas envoyé de civils dans l’espace, jusqu’à ce que Barbara Morgan, la doublure de McAuliffe, vole à bord d’Endeavour en 2007. Les lancements de satellites ont été transférés de la navette aux lanceurs traditionnels.

Depuis l’accident de Challenger, lors des lancements habités où il y a des astronautes américains (ou européens aussi), les familles sont séparées du reste des spectateurs, et surtout des journalistes, et accompagnées d’un astronaute confirmé, afin qu’il leur explique toutes les étapes du lancement, y compris en cas de problème.

Les commémorations

30 ans de centres d'éducation Challenger

30 ans de centres d’éducation Challenger

Une organisation a été fondée par les familles des 7 astronautes décédés lors de cet accident afin de perpétuer l’esprit éducatif de la mission.  Le Challenger Center avec des centres d’apprentissage de part le monde est une organisation non lucrative utilisant le thème de l’espace pour l’éducation des jeunes dans les domaines de la science, des technologies, de l’ingénierie et des mathématiques (STEM). Challenger Center atteint des centaines de milliers d’étudiants, et des dizaines de milliers d’enseignants chaque année.

En janvier, chaque année, la NASA et ses employés célèbrent le souvenir des astronautes de la conquête spatiale américaine, dont les astronautes d’Apollo 1 disparus le 27 janvier 1967, ceux de l’accident de la navette Columbia le 1er février 2003, et ceux de l’accident de Challenger. C’est le NASA’s Day of Remembrance.

Pour les 30 ans, un certain nombre de commémorations se dérouleront à travers les Etats Unis, et particulièrement au Space Mirror Memorial du Kennedy Space Center Visitor Complex (le musée du centre spatial Kennedy de Cap Canaveral).

Le "Space Mirror Memorial" au Kennedy Space Center Visitor Complex

Le « Space Mirror Memorial » au Kennedy Space Center Visitor Complex

Pour en savoir plus, le site de la NASA dédié à cet accident

Pour compléter, parmi de nombreux articles publiés en mémoire de cet accident, lisez (en anglais) An Oral History Of The Space Shuttle Challenger Disaster

 

Une réflexion sur “Anniversaire : il y a 30 ans, l’accident de la navette Challenger

  1. Je me souviens bien de ce soir là, je revenais de mes cours de terminale, cette fumée blanche Inhabituelle qui contraste avec ce bleu foncé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *