Images du jour : la Terre et la Lune par un satellite chinois

Mise en orbite réussie pour Queqiao

Le satellite chinois Queqiao qui a décollé le 21 mai dernier est arrivé à destination ce jeudi 14 juin : une orbite de Halo au point de Lagrange 2 du système Terre-Lune, à environ 500 000 kilomètres de la Terre et environ 65 000 km de la Lune.

Le satellite relais de télécommunications chinois Queqiao se trouve depuis le 14 juin sur son orbite opérationnelle, une orbite de Halo L2. Schéma de principe, pas à l’échelle (credit The Planetary Society revised from Lunar Exploration and Space Engineering Center).

La prochaine étape : le déploiement de son antenne de plus de 4 mètres de diamètre et les tests de sa charge utile de télécommunications qui servira de relais entre les futurs atterrisseur et rover lunaires chinois prévus en fin d’année.

La mission de ce satellite : Queqiao : une nouvelle étape vers la Lune pour la Chine

Longjiang-2 photographie la Terre et la Lune

Mais l’image du jour vient d’un des 2 micro-satellites Longjiang (ou DSLWP-A) qui avaient décollé en même temps que Queqiao.

La Terre et la Lune photographiées le 8 juin par la caméra développée par KACST sur le microsatellite chinois Longjiang-2 / DSLWP-B. L’image montre l’Arabie Saoudite sur la Terre lointaine, aussi bien que l’hémisphère nord de la face cachée de la Lune, près du cratère de Petropavlovsky. Crédit : CNSA / CLEP / KACST

« Longjiang-1 a souffert d’une anomalie et n’a pas réussi à entrer en orbite lunaire », a confirmé l’Administration nationale chinoise de l’espace (CNSA).

Longjiang-2 a atteint avec succès sa destination près de la Lune le 25 mai, et est entré dans une orbite lunaire avec le périlune à 350 km et l’apolune à 13 700 km. Longjiang-2 devient ainsi le premier orbiteur lunaire au monde développé par une université.

Le micro-satellite de 47 kg comporte une caméra optique développée par l’université du Roi Abdulaziz pour les Sciences et la technologie d’Arabie Saoudite (KACST, King Abdulaziz City for Science and Technology), ainsi qu’un détecteur radio à basse fréquence développé par le Centre national des sciences spatiales de l’Académie chinoise des sciences.

Le 28 mai, la caméra saoudienne a été allumée pour la première fois, et a photographié la surface lunaire mais aussi la Terre.

Photo de la Terre et de la Lune prise le 5 juin par la caméra développée par KACST sur le microsatellite chinois Longjiang-2 / DSLWP-B. Crédit : CNSA / CLEP / KACST

Une vue de Rima Brayley dans la région de Mare Imbrium de la Lune, photographiée par la caméra optique saoudienne du micro-satellite lunaire chinois Longjiang-2. Crédit : CNSA / CLEP / KACST

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.