Un nouvel équipage en route pour l’ISS avec un nouveau vaisseau Soyouz

Anatoly Ivanishin, Takuya Onishi et Kate Rubins se sont envolés dans la nuit du 6 au 7 juillet pour l’ISS à bord du Soyouz MS-01. Leur arrivée à la Station Spatiale Internationale est prévue pour le 9 juillet.

Expedition 48 pour l’ISS

A bord du Soyouz ce 7 juillet, un nouvel équipage de 3 personnes pour la Station : le russe et commandant du vaisseau Soyouz Anatoly Ivanishin, le japonais Takuya Onishi et l’américaine Kate Rubins, qui formeront avec les 3 hommes déjà à bord, l’Expedition 48.

Expedition 48 : (de haut en bas) Takuya Onishi, Kate Rubins, Anatoly Ivanishin, Alexey Ovchinin, Oleg Skripochka et Jeff Williams (credit NASA)

Expedition 48 : (de haut en bas) Takuya Onishi, Kate Rubins, Anatoly Ivanishin, Alexey Ovchinin, Oleg Skripochka et Jeff Williams (credit NASA)

 

Anatoly Ivanishin réalise son deuxième vol spatial. Il a déjà passé 165 jours dans l’ISS en 2011/2012. Ce sera le premier vol pour Takuya Onishi, pilote de ligne sur 767 et Kate Rubins, docteur en biologie, qui deviennent respectivement les 545e et 546e humains dans l’espace.

Kate Rubins, la 60e femme de l’espace

Kate Rubins à Baïkonour lors des derniers tests dans le Soyouz MS-01 (credit GCTC/Andrei Shelepin)

Kate Rubins à Baïkonour lors des derniers tests dans le Soyouz MS-01 (credit GCTC/Andrei Shelepin)

Kate Rubins, 37 ans, est docteur en biologie de l’Université de Stanford, spécialisée dans les traitements contre le cancer. Elle a étudié également le virus ébola et des virus apparentés notamment lors de voyages au Congo. Elle a postulé à la NASA un peu sur un coup de tête et a été surprise quand elle a été choisie pour faire partie des 14 astronautes de la sélection 2009 (biographie officielle).
«La Station est un super laboratoire car il est le seul endroit où nous pouvons réellement étudier la gravité comme une variable, » a-t-elle déclaré dans l’interview ci-dessous. « L’ISS est vraiment un moyen d’étudier ce qui arrive aux êtres physiologiques, à leurs cellules individuelles et leurs tissus lorsque vous ne disposez pas de gravité. Il y a beaucoup de recherche fondamentale ». Elle fera notamment des expériences de séquençages d’ADN.

Kate Rubbins a effectué le même entrainement que les autres astronautes, même ceux de formation militaire, avec notamment plusieurs centaines d’heures d’entraînements sur des avions à réaction T-38 pour se préparer au lancement.

Il est prévu que Kate réalise une sortie spatiale lors de ses 6 mois à l’ISS, voire une seconde. Mais la recherche et les expériences seront sa priorité, y compris pendant son temps libre d’après ce qu’elle a déclaré.

A suivre sur Twitter : @Astro_Kate7

Un rendez-vous après 2 jours

Alors que pour les vols Soyouz vers l’ISS au cours des dernières années donnaient lieu à un rendez-vous après quatre orbites et environ 6 heures, Ivanishin et ses coéquipiers vont effectuer une poursuite de 34 orbites pour permettre aux contrôleurs de vol de bien vérifier les nouveaux systèmes du Soyouz MS-01. Si tout va bien, Ivanishin et Onishi superviseront une approche automatisée samedi 9 juillet, avec un amarrage au module Rassvet vers 4h12 UTC.

Un vaisseau Soyouz nouvelle génération

Après 20 missions, le vaisseau Soyouz version TMA-M est remplacé avec ce vol par le Soyouz MS, une version améliorée du modèle précédent.

Le nouveau vaisseau Soyouz MS et ses améliorations (credit Anatoly Zak)

Le nouveau vaisseau Soyouz MS et ses améliorations (credit Anatoly Zak)

Parmi ces améliorations, le nouveau système de rendez-vous automatique Kurs-NA est désormais de fabrication russe (le Kurs était de fabrication ukrainienne) et est plus petit, moins gourmand en énergie et traite les données plus vite.

Jusqu’à présent la navigation du vaisseau s’effectuait grâce à 6 stations sols. Désormais, la navigation va être effectuée aussi via les satellites de navigation américains GPS ou russes GLONASS. Le nouveau système ASN-K va également permettre une meilleure localisation du Soyouz lors de l’atterrissage retour des équipages.

Contrairement aux vaisseaux américains, les communications avec le sol à bord des vaisseaux russes s’effectuent presque exclusivement grâce aux stations sols. Désormais le système EKTS permettra aux communications de transiter via les satellites géostationnaires russes Luch-5, mais aussi TDRS américains ou DRS européens. L’équipage sera en mesure de rester en contact avec les contrôleurs au sol environ 83% du temps chaque jour.

Pour tester ces nouveaux systèmes, ils ont d’abord été installés et testés sur les cargos sans équipage Progress MS-01 et MS-02 arrivés respectivement en le 23 décembre 2015 et le 2 avril 2016.

En vidéo, le lancement jusqu’à la séparation du Soyouz MS-01 à environ 9 minutes de vol :

4 réflexions sur “Un nouvel équipage en route pour l’ISS avec un nouveau vaisseau Soyouz

  1. Il s’agit de l’expédition 47/48 pour Alexey Ovchinin, Oleg Skripochka et Jeff Williams et de l’expédition 48/49 pour Anatoly Ivanishin, Takuya Onishi et Kate Rubins.

    Cette dernière est la 60e femme de l’espace, la 46e Américaine (des USA). La 61e / 47e sera Jeanette Jo Epps sur Soyuz MS-09 à la mi-2018. Elle devrait être suivie de Serena Maria Aunon.

    60 sur 546 (vols orbitaux seuls) soit un peu moins de 11 %.

    Takuya Onishi est le 11e Japonais. Le 12e sera Norishige Kanai sur Soyuz MS-07 à la fin 2017.

    Il serait temps pour la JAXA (ex-NASDA + ISAS) de procéder à une nouvelle sélection d’astronautes, la 6e (après celles de 1985, 1992, 1996, 1999, NASDA, et 2009, JAXA).

  2. Pingback: ISS : Expedition 48/49 au complet | Rêves d'Espace

  3. Pingback: Les lancements et l’actualité spatiale de la semaine du 3 juillet 2016 | Rêves d'Espace

  4. Pingback: L’actualité de la semaine du 23 octobre : New Horizons, Schiaparelli, retour de Soyouz MS-01, Long March 5, … | Rêves d'Espace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *