Premiers jours en campagne de tir Gaia

Lundi 2 septembre après 2 vols au départ de Toulouse puis de Paris, qui se sont déroulés sans encombres, je suis arrivée avec 6 de mes collègues à Cayenne, préfecture de la Guyane Française.

La rivière de Cayenne vue d'avion (notez la tailel pour une rivière)

La rivière de Cayenne vue d’avion (notez la taille pour une rivière)

Vue de la piste d'atterrissage à Cayenne

Vue de la piste d’atterrissage à Cayenne

Comme lors de mes dernières campagnes, la première chose qui frappent après  plus de 9h dans l’ambiance climatisée de l’avion, c’est la chaleur et surtout l’humidité !

Après avoir récupéré nos voitures de location, direction Kourou à environ 1 heure de route. Mais un incident a perturbé notre arrivée : le pneu de la voiture d’un collègue a perdu son revêtement externe. Heureusement, cela n’a pas entraîné d’accident plus grave. Du coup, les mécanos ont du commencer à travailler en changeant la roue !

roue

Une fois arrivé à Kourou, nous nous sommes rendus directement au Centre Spatial Guyanais (CSG) afin de faire nos badges d’accès et aller rendre visite à nos collègues déjà sur place depuis presque 2 semaines.

L'entrée du Centre Spatial Guyanais (CSG)

L’entrée du Centre Spatial Guyanais (CSG)

Puis chacun a rejoint son logement pour la campagne : certains à l’hôtel, d’autres comme moi dans un studio chez l’habitant.

Le mardi 3 au matin, comme pour tout arrivant au CSG, il faut faire la « formation sauvegarde« . En fait, il faut assister à une présentation des risques du site : incendie, explosion due aux ergols présents soit sur les lanceurs, soit sur les satellites (les ergols sont les carburants), anoxie (manque d’oxygène) en cas de fuite d’ergols également. On prend alors souvent conscience que l’on va travaille dans un environnement à risque et donc qu’il faut respecter les consignes de sécurité : avoir un masque à gaz à proximité lorsque le satellite ou le lanceur est rempli d’ergols, éviter les décharges électrostatiques en se mettant à la masse et en connectant tous les systèmes utilisés à la masse des bâtiments, ….

L’après-midi, le travail a vraiment commencé pour mes 6 collègues et moi-même. Nous avons pris notre poste et pris connaissance de ce qui avait été fait depuis l’arrivée du satellite.

A partir du jeudi 6, une partie de l’équipe est passée en « shift ». En fait, les opérateurs de l’AIT (Assemblage, Intégration et Tests) se retrouvent à travailler en horaires décalés 6h-14h15 ou 14h-22h afin de faire un maximum d’activité dans la journée.

Pour ma part, la plupart des journée se résume désormais à se lever vers 7h, quelques brasses dans la piscine de mon studio, arrivée au travail vers 8h30, pause déjeuner soit à la maison si j’ai fait des courses au marché, ou sinon au restaurant, départ du travail le soir entre 18h et 19h.

la piscine où j'habite à Kourou (pas mal non ?)

la piscine où j’habite à Kourou (pas mal non ?)

Il est prévu que nous travaillions 6 jours / 7.

Une réflexion sur “Premiers jours en campagne de tir Gaia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *