Photo du jour : on a « marché » sur 7 corps extraterrestres

Avec l’atterrissage réussi de Philae le 12 novembre dernier, ce sont désormais 7 corps hors de la Terre qui ont été foulés par l’Homme ou des engins envoyés par lui :

distant horizons - different surfaces

 

  • la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko par l’atterrisseur Philae de l’ESA le 12/11/2014
  • l’astéroïde Itokawa par Hayabusa, de la JAXA, le 19/11/2005
  • la Lune avec Luna 9 la première sonde à s’y être posée le 03/02/1966, et Neil Amstrong, le premier humain à y avoir marché dans le cadre de la mission Apollo 11 de la NASA le 21/07/1969
  • Vénus avec la sonde russe Venera 7 le 15/12/1970, première sonde à se poser sur une autre planète
  • Mars avec la sonde russe Mars 2 le 27/11/1971 (on lui attribue le premier atterrissage bien qu’elle se soit écrasée)
  • Titan avec l’atterrisseur Huygens de l’ESA, qui se pose sur ce satellite de Saturne le 14/01/2005

Mais on peut considérer cette image comme erronée. En effet, elle ne présente que 6 corps extraterrestres,car il manque la sonde NEAR Shoemaker de la NASA qui a atterri sur l’astéroide Eros le 12/02/2001.

3 réflexions sur “Photo du jour : on a « marché » sur 7 corps extraterrestres

  1. Ne pas oublier les « atterrissages » violents : mission Deep Impact sur 9P/Temple1 (film de l’arrivée juste avant le contact) ; mission MESSENGER qui a réalisé un superbe rase-motte sur Mercure, mais s’est prise un mur au détour d’un feu rouge (pas sûr qu’il y avait une webcam d’assurance à bord pour filmer avant le boum…) ; et je ne sais plus quel plongeon dans l’atmosphère de Jupiter (sinon de Saturne), suivi en radio, comme le sera probablement Cassini. Ce n’est pas pire qu’un certain nombre de missions ratées sur Vénus, Mars & co. Et ça fait du matériel terrestre et des artefacts humains déposés sur autant d’autres corps du système solaire, matos à peine plus disséminé que, par exemple, tout ce qui a permis Curiosity d’atterrir sur Mars (cf. « http://www.nasa.gov/mission_pages/msl/multimedia/PIA16001.html ») par exemple…
    Mes deux sous, et mes cordiales salutations

    • Dans l’article il s’agit des atterrissages contrôlés et effectivement pas les ratés ou autres fins de mission en forme de crash plus ou moins contrôlés. Merci pour ta contribution. Au plaisir de te revoir

  2. Certes du point de vue égoïstement humain du XXIè siècle, peut-être même, osons-le, du 3è millénaire. Mais au-delà ? Que restera–t-il de mon cher Curiosity dans 10000 ans ? Le jeu des monstrueux écarts jour/nuit (donc quotidiens) de température, plus le vent martien qui se joue des reliefs locaux en les « bombardant » grain de sable après grain de sable depuis 3 Ga, l’auront réduit en un petit tas de pièces de métal et autres matériaux. Et en ce qui concerne des traces humaines qui resteront dans disons 10 millions d’années (Ma) ? Si l’espèce humaine ne survit pas à ses propres stupidités au-delà, soyons optimistes, de quelques milliers d’années, même sur Terre, la Vie aura tôt fait d’en effacer nombre de ses traces. Tôt fait, c’est-à-dire à cette échelle de la 10aine de Ma qu’on dit géologique « mais » pourtant plutôt courte du « point de vue » de notre système solaire (âgé de 4,5 Ga = milliards d’années). Mais sur Mercure ? Même si ça fond, la flaque de métal devra attendre suffisamment d’impacts météoritiques pour totalement disparaître, et ça va durer un sacré paquet de temps… Sur Mars ou la Lune, crash ou pas, ça fera plus vite des traces informes, mais elles resteront aussi un bon gros moment, surtout vu le paquet d’objets qu’on y a placé, sans oublier les éléments annexes des missions (parachutes, boucliers, masses d’équilibration, systèmes de dépose ou plateformes de renvoi). Et puis il y a les impacteurs volontaires, donc contrôlés (!), sur la Lune, sur telle comète ou tel astéroïde. Un bel impact bien réussi est un « succès », au moins strictement pour la sciecne qui en découle, et pour la technologie qui l’a mis en œuvre ! Et sur Titan, ce congélo bien réglé fait de Huygens probablement notre plus durable legs à « qui » pourrait un « jour » venir visiter ce système planétaire bien étrange… Finalement, c’est Rosetta et Philae qui risquent, du bilan qu’on peut dresser en cet automne 2015, d’être le plus rapidement recyclés, via une belle incinération dans le Soleil, ou un engloutissement dans Jupiter. Je me mets à la place des migrants qui arriveraient dans le coin dans disons 5 à 20 millions d’années… On n’a pas aucune raison d’oublier aucun des dépôts de « déchets » de quoi qu’il en soit, sera vite du passé, et cette série d’images reste pour moi, très incomplète. je pense proposer rapidement de monter un groupe « Planets’ WIlderness » car je trouve très déplacée l’espèce de gloriole que certains humains se font à l’exhiber cette image comme une galerie de « trophées ».

    :-)))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *