21 juillet 1969 – 2h56 UTC : « un bond de géant pour l’Humanité » #Apollo11

Ce 21 juillet 2014, ou le 20 juillet pour le continent nord-américain, marque le 45e anniversaire du premier pas humain sur la Lune.

Le 21 juillet 1969 à 2h56 UTC (20 juillet 21h56 à Houston), Neil Amstrong pose le pied sur la Lune. Il dit alors : « C’est un petit pas pour un homme, un bond de géant pour l’Humanité ».

20 minutes après, c’est au tour de Edwin »Buzz » Aldrin de fouler le sol lunaire. Les 2 astronautes resteront 21 heures, 36 minutes sur la surface de la lune, 2h20 environ seulement en sortie extra-véhiculaire.

Buzz Aldrin pose pour une photographie sur la Mer de la Tranquilité. Le matériel scientifique amené sur la Lune, le module lunaire Eagle et la silhouette du photographe, Neil Amstrong, se reflètent dans la visière du scaphandre (source NASA)

Buzz Aldrin pose pour une photographie sur la Mer de la Tranquilité. Le matériel scientifique amené sur la Lune, le module lunaire Eagle et la silhouette du photographe, Neil Amstrong, se reflètent dans la visière du scaphandre (source NASA)

Le 24 Juillet au matin, les 3 astronautes reviennent sur Terre et ramènent 22 kg de roches lunaires.

La mission Apollo 11 est une réussite ! Trois astronautes marquent un tournant dans l’histoire spatiale et humaine, mais comme le rappelait souvent Neil Amstrong lui-même, rien n’aurait été possible sans la mobilisation de milliers de personnes au sol et des astronautes des missions précédentes.

de gauche à droite : Michael Collins, Edwin Aldrin et Neil Amstrong

de gauche à droite : Michael Collins, Edwin Aldrin et Neil Amstrong en 1969

Rappel de la Chronologie de l’atterrissage :

  • Le 16 juillet à 6h37, heure de Floride, l’équipage d’Apollo 11, Neil Amstrong, Edwin « Buzz » Aldrin et Michael Collins, arrivent sur le pas de tir de Cap Canaveral.
Dans la salle blanche au sommet du portique sur le Complexe de lancement 39 Pad A, les astronautes d'Apollo 11 sorte du vaisseau spatial Apollo après la répétition du lancement. Au premier plan, l'astronaute Buzz Aldrin. le responsable du pas de tir de Guenter Wendt parle avec Neil Armstrong. L'astronaute Michael Collins se place à gauche d'Armstrong (source NASA)

Dans la salle blanche au sommet du portique sur le Complexe de lancement Pad 39A, les astronautes d’Apollo 11 sorte du vaisseau spatial Apollo après la répétition du lancement. Au premier plan, l’astronaute Buzz Aldrin. le responsable du pas de tir de Guenter Wendt parle avec Neil Armstrong. L’astronaute Michael Collins se place à gauche d’Armstrong (source NASA)

  • A 7h52, l’écoutille de la capsule Apollo est fermée.
  • Le 16 juillet 1969 à 9h32 heure locale, le lanceur Saturn V décolle. C’est la plus puissante fusée à ce jour  : 111m de haut, 2900 tonnes au décollage soit l’équivalent de 6 Boeing 747, 95 moteurs, 3,65 millions de litres d’ergols, 120 millions de chevaux délivrés par les 5 moteurs du premier étage, …)
la fusée Saturn 5 décolle le 16 juillet 1969 emportant l'équipage d'Apollo 11 (source NASA)

la fusée Saturn 5 décolle le 16 juillet 1969 emportant l’équipage d’Apollo 11 (source NASA)

  • Moins de 8 minutes après le lancement, après avoir largué les premier et deuxième étages de la fusée Saturn V, et après 1 orbite autour de la Terre à 190 km d’altitude, le moteur du troisième étage est allumé et permet d’accélérer vers la Lune.
  • Après 2h30 de vol, le Go pour la TLI (Trans Lunar Injection) est donné et l’impulsion suffisante est donnée aux moteurs pour placer le train spatial (le 3e étage + le Module de Commande/Service + le Module Lunaire) en route vers la lune a une vitesse qui atteint désormais 40000 km/h.
Profile de mission (source NASA)

Profile de mission (source NASA)

  • Douze minutes après l’extinction du moteur du 3e étage, le Module de Commande « Columbia » se sépare de celui-ci, tourne à 180 degrés et vient s’amarrer au Module Lunaire « Eagle » resté fixé sur le troisième étage de la fusée [phase transposition/docking sur le schéma]. Puis le 3e étage, désormais inutile, est lâché sur une orbite solaire (pour les autres missions Apollo, il est envoyé s’écraser sur la Lune).
Le module lunaire "Spider", reste attaché au 3e étage Saturn IVB en orbite autour de la Terre avant l'amarrage avec le Module de Commande / Module de service d'Apollo 9, "Gumdrop", le 3 Mars 1969 (source NASA)

Le module lunaire « Spider », reste attaché au 3e étage Saturn IVB en orbite autour de la Terre avant l’amarrage avec le Module de Commande / Module de service d’Apollo 9, « Gumdrop », le 3 Mars 1969 (source NASA)

Le Module de Commande/Service au-dessus de la surface de la Luen lors de la mission Apollo 11, 20 Juillet 1969. (source Hulton Archive/Getty Images)

Le Module de Commande/Service au-dessus de la surface de la Luen lors de la mission Apollo 11, 20 Juillet 1969. (source Hulton Archive/Getty Images)

  • Trois jours plus tard, le moteur principal du module de service ralentit la vitesse du vaisseau spatial pour aller en orbite lunaire. La sonde combinée du module de commande/de service et le module lunaire se déplace vers la Lune. La mise à feu pour la LOI (Lunar Orbit Insertion) se déroule de l’autre côté de la Lune, rendant toute communication avec la Terre impossible, et ajoutant au stress de la mission
  •  A la treizième révolution autour de la Lune, c’est la séparation entre le Module de Commande/Service (CSM), où reste Collins, et le Module Lunaire où se trouvent Aldrin et Amstrong.
  •  C’est ensuite la descente vers la surface de la Lune pour le Module Lunaire (LM).
Le Module Lunaire (LM) Apollo 11 "Eagle", dans sa configuration d'atterrissage, photographié depuis l'orbite lunaire à partir des modules de commande et de service (CSM) "Columbia" (source NASA)

Le Module Lunaire (LM) Apollo 11 « Eagle », dans sa configuration d’atterrissage, photographié depuis l’orbite lunaire à partir des modules de commande et de service (CSM) « Columbia » (source NASA)

  • A 12000m d’altitude, l’atterrissage est dans environ 10 minutes. Une alarme retentit : l’ordinateur de bord est surchargé. Puis 4 autres alarmes. Les responsables au sol sont inquiets mais donnent le Go pour la poursuite de la mission. Mais le LM a un retard de trajectoire et donc a dévié de l’endroit prévu pour l’alunissage. Amstrong doit faire une manœuvre d’évitement d’un cratère où le LM risque de ne pas atterrir sur une surface suffisamment plane, ce qui consomme plus de carburant que prévu.

 

  •  A MET (Mission Elapsed Time) 102 heures, 45 minutes et 42 secondes après le décollage de Floride, l’atterrissage sur la Lune est effectué, soit le 20 juillet à 15h17 heure de Houston. Il restait environ 20s de carburant…

 

Et maintenant ? Depuis le départ du dernier astronaute en 1972 du sol lunaire avec Apollo 17, les astronautes, cosmonautes ou taïkonautes, selon leur pays d’origine, sont restés dans la banlieue terrestre. Les circonstances politiques et les considérations économiques n’ont pas permis d’aller plus loin à ce jour.

La NASA, des sociétés privées comme SpaceX, les programmes spatiaux chinois et indien, nous font espérer l’envoi d’Hommes vers la Lune ou Mars d’ici 20 à 30 ans.

NextGiantLeap-image

Personnellement, j’en rêve depuis mon enfance car je n’étais pas née en 1969. J’espère dorénavant que cela deviendra concret dans un futur proche, et que j’aurai le bonheur d’écrire un article à ce sujet dans ce blog…

Merci aux astronautes des missions Apollo de m’avoir fait rêver mais en devenant adulte, je veux désormais vivre en direct un nouvel atterrissage sur un autre monde que notre Terre !

Tous les astronautes des missions Apollo en illustration (source National Geographic Society 1973)

Tous les astronautes des missions Apollo en illustration (source National Geographic Society 1973)

Pour compléter :

  • ma collection de photos sur les missions Apollo et précédentes sur Pinterest
  • un livre à lire qui parle de la mission, des clés du succès et des hommes de l’ombre : « Apollo 11 à la rencontre d’un rêve » dont la lecture m’a aidée dans la rédaction de cet article.

livre

  • pour (re)découvrir les premières années de l’exploration spatiale en film et notamment la genèse des missions Apollo : L’Etoffe des héros (The Right Stuff) [le premier film qui m’a donné la passion de l’exploration spatiale]

4 réflexions sur “21 juillet 1969 – 2h56 UTC : « un bond de géant pour l’Humanité » #Apollo11

  1. A noter qu’il y a pas mal d’erreurs dans « L’Etoffe des Héros » (« The Right Stuff »)… livre qui m’avait été offert par une collègue de travail… (Erreurs de noms ou de dates notamment)

    Pour mémoire, les 12 astronautes qui ont marché sur la Lune, tous américains bien entendu, sont Neil Armstrong et Edwin « Buzz » Aldrin (Apollo 11), Charles « Pete » Conrad et Alan Bean (Apollo 12), Alan Shepard et Edgar Mitchell (Apollo 14), David Scott et James Irwin (Apollo 15), John Young et Charles Duke (Apollo 16), Eugene Cernan et Harrison « Jack » Schmitt (Apollo 17).

    Pour mémoire également, les 24 astronautes qui ont tourné autour de la Lune sont Frank Borman (Apollo 8), James Lovell (Apollo 8 et 13), William Anders (Apollo 8), Thomas Stafford (Apollo 10), John Young (Apollo 10 et 16), Eugene Cernan (Apollo 10 et 17), Neil Armstrong, Michael Collins et Edwin « Buzz » Aldrin (Apollo 11), Charles « Pete » Conrad, Richard Gordon et Alan Bean (Apollo 12), John Swigert et Fred Haise (Apollo 13), Alan Shepard, Stuart Roosa et Edgar Mitchell (Apollo 14), David Scott, Alfred Worden et James Irwin (Apollo 15), Thomas « Ken » Mattingly et Charles Duke (Apollo 16), Ronald Evans et Harrison « Jack » Schmitt (Apollo 17).

    Il aurait pu y en avoir d’autres (dans les deux cas) si au moins 3 missions n’avaient pas été annulées.
    Je dis « au moins trois » car on aurait très bien pu continuer longtemps comme ça et établir une base lunaire permanente.

    Il y a tout lieu de penser que les prochains seront tout jaunes avec les yeux bridés. Normal car ce sont les Fils du Ciel. Mais on ne va pas chinoiser…

    Amitiés,

    Michel

  2. suite

    Lire : Neil Armstrong pose le pied gauche sur la Lune.

    Lire (photo) : Les astronautes d’Apollo-11 sortent (pas « sorte » !…) du vaisseau spatial Apollo…
    Lire (même photo) : … le responsable du pas de tir Günter Wendt… (supprimer un « de »)

    NB : la N-1 (Nositel-1) – qui n’a jamais marché correctement, d’où l’abandon du programme lunaire habité soviétique – n’était-elle pas plus puissante que la Saturn V ?

    Lire : … en route vers la Lune à (pas « a ») une vitesse qui atteint désormais 40 000 km/h.

    Lire (photo) : Profil de mission.
    Lire (autre photo) : Lune (pas « Luen »)

    Lire : Trois jours plus tard… L’ensemble constitué du module de commande/de service (CSM pour Command Service Module) et du module lunaire (LM pour Lunar Module) se déplace vers la Lune.
    Lire : A 12 000 m d’altitude…

    NB : à noter qu’après donc 5 alarmes, les responsables au sol ont tout de même donné le « Go » pour la poursuite de la mission !… Fallait le faire !

    Lire : ma collection de photos…

  3. Pingback: En 2017, rendez-vous à Toulouse pour le congrès mondial des astronautes | Rêves d'Espace

  4. Pingback: L’actualité des lancements et de l’espace de la semaine du 10 juillet | Rêves d'Espace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *