Lisa Pathfinder vu de l’intérieur n°4 : le moment de remplir les réservoirs

Ce quatrième article sur les préparatifs du satellite européen Lisa Pathfinder, est une traduction d’une série de publications sur le blog LISA’s voyage into Space rédigées par Victoria Lonnon, ingénieure Assurance Qualité Satellite chez Airbus Defence and Space, une de mes collègues avec qui j’ai partagé des informations en préparation des tests et de la campagne de lancement suite à mon expérience sur Gaia.

Les 3 articles précédents :

Jeudi 19 novembre

Alors que le remplissage des réservoirs du module de propulsion du satellite signifie qu’il est prêt pour le lancement, j’ai interpellé les membres de l’équipe responsable d’entreprendre la tâche dangereuse de remplissage du carburant …
Remplissage de Lisa Pathfinder le 04-11-2015 (credits ESA / Arianespace / CNES / CSG)

Remplissage de Lisa Pathfinder le 04-11-2015 (credits ESA / Arianespace / CNES / CSG)

Question : Quel carburant est chargé dans le module de propulsion ?

Réponse : Le module de propulsion de LPF a un système de diergol, ce qui signifie qu’il y a un comburant et un carburant. Comme sur beaucoup de satellites, le comburant est NT(peroxyde d’azote) et le carburant est le MMH (monométhylhydrazine).
Q : Ça semble être un métier dangereux, comment est-ce dangereux ?

R : Cest de loin lactivité la plus dangereuse que léquipe a à faire. Le carburant est toxique, donc nous devons prendre des mesures pour sassurer que nous nentrons pas en contacavec lui directement car en même temps, il peut causer des brûlures chimiques et de lanoxie (c’est un manque grave doxygène dans le corps qui dans ce cas pourrait se produire sil y avait une fuite dans latmosphère, le comburant ayant un point d’ébullition à environ 21°C). Les risques sont atténués en employant des scaphandres spéciaux qui sont utilisés par ceux qui effectuent le remplissage des propergols. En outre il y a un certain nombre de dispositifs de sécurité a incorporé dans la conception du vaisseau spatial pour sassurer que le comburant et le carburant ne se contactent pas par mégarde pendant deopérations terrestres. En complément, il y a également une surveillance continuelle de latmosphère dans le bâtiment afin de s’assurer que toutes les fuites potentielles soient rapidement détectées et contenues.
Q : Dites-nous davantage au sujet du « SCAPE«  que vous devez utiliservous ressemblez à un plongeur de mer profonde, ou à un astronaute ? !

R : le SCAPE pour Self Contained Atmospheric Protection Ensemble (ensemblatmosphérique indépendant de protection). Il protège l‘équipe de remplissage du propergol dentrer en contact avec les propergols dangereux et toxiques. Il fournit une pression positivà lintérieur du costume pour assurer quaucune vapeur toxique ne peut entrer et protègvotre peau de la mise en contact avec nimporte quel propergol liquide. Endessous, nous portons une combinaison en coton car le scaphandre est essentiellement en plastique. Au-dessus de la combinaison, nous portons un gilet contenant notre équipement dcommunications. Le scaphandre est complété d’une paire de bottes en plastiques et ducasque.
Q : À quoi ressemble le travail dans un SCAPE ?

R : Le travail dans un SCAPE peut être un travail très dur si vous devez faire beaucoup dmouvements, les scaphandres sont assez lourds et par conséquent nous préparons la zone de travail à l’avance pour que leffort minimum soit exigé dans le scaphandre. Nous préparons tout léquipement et nous assurons que la zone est aussi dégagée que possible.Ces scaphandres sont très sûrs mais deviennent très inconfortables aprè5 heures dedans.Nous avons également une équipe dans la salle de contrôle qui dictent toutes les opérations à léquipe dans la salle de remplissage ; cellesci sont alors répétées et réalisées. En outre,ils nous demanderont souvent de résoudre quelques énigmes et puzzles, juste pour vérifiejuste que sommes toujours OK.
Maintenant la partie sérieuse… l'activité de remplissage (credits ESA / Arianespace / CNES / CSG)

Maintenant la partie sérieuse… l’activité de remplissage (credits ESA / Arianespace / CNES / CSG

Q : Que ferezvous lorsque le remplissage du carburant sera fini ?

R : Détente et un grand BBQ pour léquipe !
Après les activités de remplissage, nous devons décontaminer notre équipement de remplissage pour le rendre sûr pour son transport retour en Grande Bretagne (UK). Une partie de cette activité est effectuée grâce ce qui s’appelle un vêtement d’éclaboussure [« Splash suit » dans le texte] et avec un appareil respiratoire, quand nous devons démonter les différentes parties. Nous devons nettoyer le système avec de l’eau déminéralisée pour neutraliser le comburant et le carburant. Ensuite, l’équipement est séché avec de l’azote pour l’expédition en UK. Ce processus réduit à quelques ppm (parties par million) de propergol dans l’équipement de sorte qu’il respecte les niveaux de sécurité pour le transport.
La partie la moins fascinante : décontamination de l'équipement de remplissage avec la combinaison anti feu et résistante aux produits chimiques, et l'appareil respiratoire (Crédit : Vickie Lonnon / Airbus Defence and Space Ltd)

La partie la moins fascinante : décontamination de l’équipement de remplissage avec la combinaison anti feu et résistante aux produits chimiques, et l’appareil respiratoire (Crédit : Vickie Lonnon / Airbus Defence and Space Ltd)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *