Les lancements du 7 au 20 février : Ariane 5 / EUTELSAT 65 West A, PSLV / IRNSS-1F, Soyouz / Resurs-P No. 3

Les lancements d’Exomars 2016 et du nouvel équipage pour l’ISS ayant tenu le devant de la scène du site depuis 2 semaines, on en aurait presque oublié les lancements « traditionnels ».

71e succès d’affilée pour Ariane 5

Une fusée ARIANE 5 a lancé avec succès le satellite EUTELSAT 65 West A le 9 mars à 05h20 UTC depuis le Centre Spatial Guyanais (CSG) à Kourou en Guyane Française.

Lancement VA 229 d'Ariane 5 du 09/03/2016 mettant sur orbite Eutelsat 65 West A (credits CGS/Arianespace/CNES/ESA)

Lancement VA 229 d’Ariane 5 du 09/03/2016 mettant sur orbite Eutelsat 65 West A (credits CGS/Arianespace/CNES/ESA)

EUTELSAT 65 West A est un satellite de télécommunications qui couvrira l’Amérique latine et le Brésil. En 2016, 1/3 des satellites géostationnaires lancés par Arianespace auront pour mission de desservir les Amériques, région où la perspective des Jeux Olympiques de Rio constitue un facteur significatif de croissance (source communiqué Arianespace).

Le lancement en vidéo

Après ce deuxième succès de 2016, Arianespace a comme objectif cette année de lancer huit Ariane 5 (5 lancements doubles et une Ariane 5 ES avec 4 satellites pour la constellation européenne Galileo, après les 2 lancements simples de début d’année), deux Soyuz et deux Vega, pour un total de 12 lancements.

Un sixième satellite IRNSS sur orbite pour l’Inde

Le sixième satellite sur sept de la constellation indienne de satellites de navigation, Indian Regional Navigation Satellite System (IRNSS), a été lancé avec succès le 10 mars par une fusée PSLV.

Lancement PSL-C32 avec le satellite IRNSS-1F le 10/03/2016 (credit ISRO)

Lancement PSL-C32 avec le satellite IRNSS-1F le 10/03/2016 (credit ISRO)

PLSV-C32 a décollé à 10h31 UTC depuis Satish Dhawan Space Center (Sriharikota). Le tir avait été décalé d’une minute la veille afin d’éviter la collision d’un débris spatial au moment du lancement. Le satellite IRNSS-1F a été placé sur une orbite de transfert et après avoir activé son moteur, il atteindra d’ici quelques semaines son orbite géostationnaire circulaire à environ 35700 kilomètres d’altitude. 

Le lancement en vidéo

Le lancement du septième satellite IRNSS est prévu en avril prochain afin de compléter la constellation de navigation indienne. [Pour en savoir un peu plus sur cette constellation, lire Le lancement de la semaine du 18 au 24 janvier : PSLV / IRNSS-1E]

Le faux départ d’un lanceur Soyouz

Le satellite russe d’observation de la Terre, Resurs-P No. 3, a été lancé le 13 mars à bord d’une fusée Soyouz 2-1b. Le décollage a eu lieu à 18h56 UTC et s’est bien passé, mais le gros satellite de près de 6 tonnes a vu son décollage retardé de 24 heures après un lancement avorté dans les dernières secondes la veille.

Lancement Soyuz-2.1b / Resurs-P No.3 le 13/03/2016 (Credit: Roscosmos TV)

Lancement Soyuz-2.1b / Resurs-P No.3 le 13/03/2016 (Credit: Roscosmos TV)

Fait rare pour une Soyouz, le compte à rebours a été arrêté aux derniers instants de la tentative de lancement du 12 mars. Juste avant l’allumage du moteur, dans les 10 dernières secondes, la commande automatisée АВД de coupure du moteur a été actionnée par le logiciel de bord du lanceur, quand il a réussi à détecter que l’allumeur dans l’un des moteurs n’avait pas démarré.

En vidéo, le lancement avorté : 

Le satellite a atteint son orbite de fonctionnement le 17 mars (290 par 475 km avec une inclinaison de 97,276 degrés vers l’équateur) mais un de ses panneaux solaires ne s’est pas déployé correctement. Selon Roscosmos, le satellite a une puissance à bord suffisante malgré cette anomalie. Il a également des communications stables avec le contrôle au sol (informations russianspaceweb). Il n’est cependant pas rare de pouvoir déployer en orbite un panneau solaire qui ne s’est pas déployé nominalement juste après son lancement, en effectuant des manœuvres au satellite qui peuvent amener à débloquer un mécanisme récalcitrant si c’est la cause de l’anomalie.

En vidéo le lancement réussi : 

et retrouvez les lancements d’Exomars et de Soyouz TMA-20M dans les articles :

2 réflexions sur “Les lancements du 7 au 20 février : Ariane 5 / EUTELSAT 65 West A, PSLV / IRNSS-1F, Soyouz / Resurs-P No. 3

  1. Question : EUTELSAT 65 West A est un satellite de télécommunications qui couvrira l’Amérique latine et le Brésil.

    –> Le Brésil ne fait-il pas partie de l’Amérique latine ?

    Celle-ci commence officiellement à la frontière américano-mexicaine (depuis les guerres américano-mexicaines de 1836, 1846-48 et autres, la guerre américano-hispanique de 1898 etc.).

    Ne pas confondre l’Amérique latine et l’Amérique du Sud. De toute manière, le Brésil fait partie des deux.

    L’Amérique latine comprend le Mexique, l’Amérique centrale, les Antilles (ou Caraïbes) et l’Amérique du Sud.

    A mon avis, elle comprend aussi 6 Etats du sud des USA (Californie, Nevada, Arizona, Nouveau-Mexique, Texas et Floride) voire d’autres un peu plus au nord comme le Colorado mais ce n’est pas politiquement correct de le dire… (passage auto-censuré relatif à Donald Trump : un éléphant, symbole du parti républicain, ça « trumpe » énormément…)… Ce sont les Etats à la plus forte croissance démographique et économique.

    C’est en quelque sorte la grande revanche de l’Espagne sur les USA qui lui avaient fait la guerre alors que l’Espagne, tout comme la France, avait aidé les 13 premiers Etats (les 13 colonies figurant sur la bannière étoilée) à conquérir leur indépendance vis-à-vis du Royaume-Uni durant la Guerre d’Indépendance (1775-83), pour l’Espagne – venant au secours de la victoire – à partir de 1779.

    « En 2016, 1/3 des satellites géostationnaires lancés par Arianespace auront pour mission de desservir les Amériques, région où la perspective des Jeux Olympiques de Rio constitue un facteur significatif de croissance. »

    –> ça, rien n’est moins sûr vu les problèmes de corruption endémique du Brésil (y compris chez les bien-pensants du peuple de gauche, Lulla, Dilma Rousseff et autres…) et de bien d’autres pays que je ne citerai pas de peur d’en oublier… (y compris une république bananière bien connue).

    Pour la grande majorité de la population brésilienne, les JO sont le cadet de leurs soucis. On semble revenu à l’époque où, dans les années 60 à Recife, les gens mangeaient des crabes et vice-versa.

    Le Brésil est en plein marasme économique, social, politique… . D’ici à ce qu’il redevienne une dictature militaire, il n’y a qu’un pas. Ceci dit, quelle différence y a-t-il entre une dictature de droite et une dictature de gauche ? j’aimerais bien le savoir.

    De plus toute l’Amérique latine – et plus particulièrement le Brésil – souffre du moustique zika qui fait fuir les touristes. Des espaces naturels de toute beauté ont été sacrifiés au nom de la grande messe des JO pour des épreuves qui seront vite oubliées. Des quartiers entiers ont été rasés et leurs habitants mis à la rue, d’où une montée de la violence et des révoltes populaires, et pas seulement dans les favellas gangrénées par la drogue.

    Tout comme chez nous – et partout ailleurs dans le monde – il y a au Brésil des SDF (sans domicile fixe) et des SDF (sans difficultés financières)…

    Question : Après ce deuxième succès de 2016, Arianespace a comme objectif cette année de lancer huit Ariane 5 (5 lancements doubles et une Ariane 5 ES avec 4 satellites pour la constellation européenne Galileo), deux Soyuz et deux Vega, pour un total de 12 lancements.

    –> 5 + 1 = 8 ? depuis quand ? depuis la réforme des « pédagogistes » ?

    NB : Le satellite a atteint son orbite de fonctionnement le 17 mars (290 par 475 km avec une inclinaison de 97,276 degrés vers l’équateur) mais un de ses panneaux solaires ne s’est pas déployé correctement.

    Rappelons que la 2e catastrophe spatiale (la 1ère ayant été l’incendie d’Apollo-1 le 27 janvier 1967), à savoir l’accident de Soyuz-1 (23-24 avril 1967 – Vladimir M. Komarov) fut due au mauvais déploiement d’un panneau solaire lors du lancement.

    Elle était due aussi et surtout à des raisons politiques qui ont poussé les Soviétiques à effectuer ce lancement coûte que coûte (afin de devancer les Américains dans la course à la Lune) alors que le Soyuz n’était toujours pas au point, tous ses essais précédents en vols automatiques ( Kosmos-133 les 28 / 30.11.66, un lancement raté le 14.12.66 et Kosmos-140 les 07 / 09.02.67) s’étant soldé par des échecs.

    1967, 1971, 1986 et 2003 furent quatre années catastrophiques pour ce qui concerne la conquête spatiale « et pas que »… Ce sont des années maudites que l’on devrait supprimer du calendrier !…

    • Pour le Brésil et son appartenance à l’Amérique latine, j’ai (bêtement) recopié le communiqué d’Arianespace. Je ne disserterai pas ici des JO et des problèmes politiques et autres du Brésil. Ce n’est pas l’objet du site.
      Pour le compte des vols espérés d’Arianespace, il faut rajouter les 2 lancements simples effectués en début d’année (j’ai ajouté cette précision).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *