Fin de la mission d’un an à l’ISS le 1er mars

Scott Kelly et Mikhail Kornienko ont bientôt terminé leur mission de presque 1 an dans l’ISS. En effet, ils vont quitter la Station le 1er mars prochain et il est prévu qu’ils retrouvent la Terre ferme le 2 mars, alors qu’ils avaient commencé leur séjour le 27 mars 2015.

Les membres d'équipage de la mission d'un an dans l'ISS, Scott Kelly et Mikhail Kornienko, célèbrent leur 300e jour consécutif dans l'espace le 21 janvier (Credit NASA)

Les membres d’équipage de la mission d’un an dans l’ISS, Scott Kelly et Mikhail Kornienko, célèbrent leur 300e jour consécutif dans l’espace le 21 janvier (Credit NASA)

Retour sur Terre avec le Soyouz TMA-18M

Ils prendront place le 1er mars à bord du vaisseau Soyouz TMA -18M accompagnés du cosmonaute Sergey Volkov.
Le 2 mars, le vaisseau atterrira sur les plaines kazakhes si tout se passe normalement.

Le programme (en heure de Paris)

Arrivée à l'ISS du Soyouz TMA-18M le 4/09/15 (source NASA TV)

Arrivée à l’ISS du Soyouz TMA-18M le 4/09/15 (source NASA TV)

 

  • Lundi 29 février, cérémonie de changement de commandant de l’ISS. Scott Kelly remettra le commandement de la Station Spatiale à Tim Kopra.
  • Mardi 1 mars, 22h40 fermeture de la trappe du Soyouz
  • Mercredi 2 mars, désarrimage vers 02h05 et atterrissage vers 5h27 au Kazakhstan (10h27 en heure locale)

A suivre sur NASA TV

Bilan d’un an dans l’ISS : de nombreuses expériences

Cette mission, plus longue que les habituelles rotations de 6 mois dans l’ISS, a permis de réaliser beaucoup d’expériences dédiées aux vols habités de longue durée. Pas moins de 25 expériences côté américain dans 7 domaines différents ont été réalisées tout au long du séjour (détails ici : nasa.gov/1ym/research).

La science d'un an de mission de Scott Kelly à l'ISS (credit NASA)

La science d’un an de mission de Scott Kelly à l’ISS (credit NASA)

Quelques objectifs :

  • Comprendre les impacts psychologiques de l’isolement et du confinement. Les chercheurs évaluent les journaux personnels des membres de l’équipage de l’ISS couvrant un éventail d’états émotionnels et psychologiques et ils classent les observations comportementales (lire journaling astronauts chronicle missions)
  • Comprendre comment la vision des astronautes est affectée par des vols spatiaux de longue durée. C’est déjà démontré : la  microgravité entraîne des changements de l’acuité visuelle au bout de quelques mois dans l’espace. Cela pourrait provenir de la pression intracrânienne élevée qui affecterait les systèmes visuel et vasculaire et le système nerveux central. Au bout d’un an, que se passe-t-il ?
  • Vérifier les réponses immunitaires des astronautes. Les analyses de sang, d’urine, et de salive, avant, pendant et après vol, permettent de vérifier comment les corps des membres de l’équipage se défendent contre des agents pathogènes lors d’un séjour prolongé dans l’espace.
  • Comprendre le genre d’exercice nécessaire pour des missions de longue durée. Faire de l’exercice fait partie du quotidien d’un astronaute dans l’ISS, mais il faut faire le bon dosage. En effet, trop de sport favorise l’augmentation du besoin énergétique et donc plus de besoin en alimentation, mais du sport insuffisant conduit à une mauvaise condition physique et à une mauvaise récupération au retour sur Terre.
  • Comprendre quels types d’aliments seront les meilleurs pour les équipages de mission de longue durée. De nombreuses mesures sont réalisées pour estimer les besoins énergétiques d’un astronaute pour les vols spatiaux de longue durée, l’un des éléments cruciaux pour le chargement des futurs vaisseaux spatiaux, vers Mars par exemple.
Scott Kelly joue avec des fruits frais apportés par le cargo japonais Kounotori 5 (ou HTV 5) le 25 août (Credit NASA)

Scott Kelly joue avec des fruits frais apportés par le cargo japonais Kounotori 5 (ou HTV 5) le 25 août (Credit NASA)

Mais l’un des aspects uniques de cette mission d’un an, est l’étude, ou plutôt les 10 études différentes, réalisées à la fois sur Scott Kelly et sur son jumeau Mark Kelly, ancien astronaute, resté sur Terre, et servant de « témoin ». Les recherches se concentrent sur ​​la physiologie humaine, la santé comportementale,  la microbiologie, etc… (lire nasa.gov/twins-study

Scott Kelly (à droite) et son jumeau Mark Kelly participent à une série d'études appelées "Twin Study" (Crédits: NASA)

Scott Kelly (à droite) et son jumeau Mark Kelly participent à une série d’études appelées « Twin Study » (Crédits: NASA)

La publication des résultats des analyses faites sur Terre va prendre de six mois à six ans. En outre, certains échantillons de sang, d’urine et de salive de Scott Kelly et Mikhail Kornienko vont rester stockés dans les congélateurs de la Station Spatiale jusqu’à ce qu’ils puissent être retournés sur Terre par un cargo Dragon.

Record américain battu pour Kelly du plus long séjour dans l’espace

A la fin de ce vol, Scott Kelly aura passé 340 jours dans l’espace lors d’un seul séjour. En octobre 2015, il avait battu le record de séjour le plus long pour un américain [lire https://reves-d-espace.com/2015/10/24/record-americain-battu-dans-espace-scott-kelly/]

Scott Kelly a battu le record de durée dans l'espace en un seul vol pour un astronaute américain le 29 octobre 2015 (credit NASA)

Scott Kelly a battu le record de durée dans l’espace en un seul vol pour un astronaute américain le 29 octobre 2015 (credit NASA)

Mais pas le record absolu de 438 jours

Avant Kelly et Kornienko, il y a eu seulement 4 hommes, tous cosmonautes russes, ou ex-soviétiques, qui ont séjourné un an ou plus en orbite sur une seule mission, tous à bord de la station spatiale russe Mir :

  • Valery Polyakov a passé 438 jours à bord de Mir entre janvier 1994 et mars 1995
  • Sergei Avdeev a passé 380 jours à bord de Mir entre août 1998 et août 1999
  • Vladimir Titov et Musa Manarov ont effectué une mission de 366 jours de décembre 1987 à décembre 1988.

Bon retour !

Scott Kelly a donné le 25 février sa dernière conférence de presse depuis la Station. Il a déclaré que l’espace était «un environnement dur», que l’on ne s’y sent jamais parfaitement normal. Du point de vue de l’hygiène, il a l’impression d’être en camping en forêt depuis un an. Du point de vue physique toutefois, il se sent plutôt en forme. Mais le plus difficile reste d’être loin de ceux qu’il aime, une situation qui sera encore plus problématique pour les astronautes qui seront envoyés sur Mars dans une vingtaine d’années. Malgré tout, Scott Kelly assure qu’il ferait 100 jours ou même un an de plus s’il le fallait. Il aussi déclaré avoir hâte de sauter dans sa piscine et de manger assis à une vraie table avec ses amis et sa famille (source lapresse.ca).

Dans les tweets de Scott Kelly de ces derniers jours, il semble impatient de rentrer sur Terre :

« De tous les levers que j’ai vus durant ma #YearInSpace, ce fut l’un des meilleurs! L’un des derniers aussi. Bientôt à la maison. »

Malheureusement, l’agence spatiale russe ne communiquant pas beaucoup sur ses missions, à l’inverse de la NASA, je ne suis pas en mesure de vous parler davantage de la vision russe de cette mission et de ce qu’a vécu Mikhail Kornienko.

Sources principales de l’article : 

3 réflexions sur “Fin de la mission d’un an à l’ISS le 1er mars

  1. « Avant Scott Kelly (1) et Kornienko, il y a eu seulement 4 hommes, tous cosmonautes russes ou ex-soviétiques (2), qui ont séjourné un an ou plus en orbite sur une seule mission, tous à bord de la station spatiale russe Mir »

    (1) – Préciser qu’il s’agit bien de Scott J. Kelly car deux autres Kelly, James M. et Mark E. , sont également allés dans l’espace, à des intervalles de temps d’ailleurs assez rapprochés puisqu’ils furent respectivement les 390e, 399e et 408e « hommes de l’espace » (vols orbitaux seuls) les 19/20.12.99, 08.03.01 et 05.12.01.

    NB : James McNeal « Vegas » Kelly n’a aucun lien de parenté – encore heureux ! – avec les deux jumeaux que sont Scott Joseph et Mark Edward Kelly. Ils furent tous trois sélectionnés en avril 96 (NASA group 16).

    (2) – « russes ou autres ex-soviétiques » car Musa K. Manarov n’est pas russe mais azéri. C’est d’ailleurs à ce jour le seul Azéri à être allé dans l’espace.

    ***

    A noter que pour Korniyenko et Scott Kelly, il se sera agi de l’expédition ISS 43-44-45-46.

    Ils étaient partis à bord de Soyuz TMA-16M en compagnie de Gennadiy Padalka, cet équipage (Padalka – Korniyenko – Kelly) étant constitué apparemment des « doublures » de l’équipage principal initialement prévu (Yuriy Lonchakov – Aleksei Ovchinin – Kjell Lindgren), ceci suite à la démission de Lonchakov, devenu l’un des chefs de la Cité des Etoiles (Zvezdniyi Gorodok) (1) mais il est à noter aussi qu’à l’origine cette mission ne devait durer « que » 6 mois.

    (1) Yuriy V. Lonchakov, chef du détachement des cosmonautes du TsPK depuis le 27.10.03, est devenu le chef du TsPK le 07.04.14. Ceci dit, tous les groupes de cosmonautes, tant civils (RKK Energiya, IMBP…) que militaires (TsPK) ayant fusionné – ils ne sont plus que 36 « en activité » – je me demande si le TsPK existe encore.

    C’est donc finalement grâce à la démission de Lonchakov et au bouleversement consécutif de l’équipage principal que la NASA et Roskosmos décidèrent de porter la durée de cette mission à près d’un an.

    Padalka, Korniyenko et Scott Kelly auront eu pour « doublures » (back-up crew) Aleksei Ovchinin, Sergei Volkov et Jeffrey Williams. Ce fut pour eux respectivement leur 5e, 2e et 4e vol spatial.

    Aleksei Ovchinin et Jeffrey Williams feront partie du prochain équipage de l’ISS en compagnie d’Oleg Skripochka. Ce sera l’expédition 47-48 et le dernier vol d’un Soyuz TMA-M, à savoir Soyuz TMA-20M, alors qu’à l’origine ce devait être le premier vol de la dernière version du Soyuz, à savoir Soyuz MS-01.

    ***

    A noter encore un décès, celui de Donald E. Williams, le 23 février 2016. Décidément, tout le monde s’en va.

  2. Suite au retour sur le plancher des vaches, Salon de l’Agriculture oblige, ce matin, de Soyuz TMA-18M avec à son bord Sergei Volkov (toujours oublié des journalistes…), Mikhaïl Korniyenko et Scott Kelly, le classement des cosmonautes (vu qu’ils ont tous, pour l’essentiel, volé à bord de vaisseaux spatiaux russes ou soviétiques) pour ce qui est du temps passé dans l’espace est le suivant :

    1. Padalka – 2. Krikal’yov – 3. Kaleri – 4. Avdeyev – 5. Malenchenko (1) – 6. Pol’yakov – 7. Anatoliy Solov’yov – 8. Afanas’yev – 9. Usach’yov – 10. Sergei Volkov – 11. Vinogradov – 12. Manarov – 13. Yurchikhin – 14. Kononenko – 15. Tyurin – 16. Kotov – 17. Scott Kelly (1er US) – 18. Korniyenko (tous à plus de 500 jours).

    Ensuite, pour mémoire, on trouve :

    19. Viktorenko – 20. Budarin – 21. Romanenko – 22. Aleksandr Volkov – 23. Onufriyenko – 24. Vladimir Titov – 25. Tsibliyev – 26. Korzun – 27. Fincke (2e US) – 28. Peggy Whitson (3e US et 1ère femme) (2) – 29. Kizim – 30. Foale (4e US et 1er d’origine britannique), etc.

    NB :

    (1) Malenchenko en est actuellement à un peu plus de 719 jours et 8 heures. Il devrait arriver à 814 jours environ lorsqu’il reviendra sur notre bonne vieille Terre le 5 juin 2016 (la veille du Débarquement…) et occuper ainsi la 2e place, juste après Padalka.

    (2) On remarquera que la parité n’est guère respectée !… mais elle devrait fin 2016 / début 2017 remonter de plusieurs places dans ce classement.

  3. Pingback: ISS : « YearInSpace , c’est fini ! | «Rêves d'Espace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *