Beresheet : la zone d’impact sur la Lune photographiée

Le 11 avril dernier, l’atterrisseur israélien Beresheet n’a pas réussi à devenir le premier objet d’une entreprise privée à atterrir en douceur sur le sol lunaireBeresheet a percuté la surface de la Lune à environ 3 600 km/h sous un angle d’environ 8,4 degrés, se désintégrant à l’impact sur Mare Serenitatis (ou Mer de la Sérénité) [(re)lire Beresheet se crashe sur la Lune]

LRO a photographié la zone d’impact de Beresheet

Depuis le 23 juin 2009, une sonde de la NASA orbite autour de la Lune : Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO).

Sa mission principale : identifier des sites proches de ressources potentielles avec une  haute valeur scientifique, un terrain favorable et l’environnement nécessaire pour assurer la sécurité de futures missions robotiques et humaines sur la Lune.

Poster de la mission LRO (credit NASA)

 

Onze jours après le crash de Beresheet, LRO a survolé et capturé une image du site de l’impact, permettant ainsi une comparaison avant-après et des calculs permettant aux ingénieurs israéliens de déterminer ce qui s’est passé dans les derniers instants de l’atterrisseur.

Images avant et après du site d’impact de l’atterrisseur de Beresheet. La date en bas à gauche indique la date où l’image par la caméra NAC a été acquise (credit NASA / GSFC / Arizona State University).

LRO se trouvait à 90 km au-dessus du lieu du crash lorsque les images ont été capturées et n’a détecté aucun signe de cratère. Il est possible que le cratère soit trop petit pour être observé par le système de caméra de l’orbiteur ou que Beresheet ait simplement creusé la surface en raison du faible angle d’impact, de la fragilité et de la vitesse de l’engin spatial.

La tache est entourée d’une réflectance accrue (jusqu’à 20% plus élevée). Cette zone irrégulière s’étend sur 30 à 50 mètres de la zone d’impact. Cette réflectance plus élevée a probablement été causée par des gaz ou de très fines particules à grande vitesse s’éloignant rapidement du site de l’impact, ce qui a permis de lisser la couche supérieure du régolite et de redistribuer les fines particules au sol.

Il semble que la sonde ait touché le bord d’un petit cratère (quelques mètres de diamètre) par le nord.

Les ingénieurs de la NASA sont sûrs qu’il ne s’agit pas d’un cratère dû à un météoroïde : la traînée visible au sud est un indice qui a été recoupé avec les données de vol. De plus, ils ont des données caractéristiques de cratères créés par des engins spatiaux de taille similaire ( GRAIL, LADEE, Ranger)

Source principale de l’article : Beresheet Crash Site Spotted!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.