L’actualité de la semaine du 14 novembre : Thomas Pesquet et Soyouz MS-03, Galileo, Goes-R

Une semaine très riche en événements spatiaux. Voici ma sélection :

Soyouz MS-03 : décollage réussi pour Thomas Pesquet et ses coéquipiers de l’Expedition 50

Le renouvellement de la moitié l’équipage à la Station Spatiale Internationale a eu lieu cette semaine. Après un roulage du lanceur sur le pas de tir le lundi 14 novembre, le décollage était prévu le mercredi 17 novembre.

A 20h20 UTC, la fusée Soyouz a décollé du Cosmodrome de Baïkonour. A son bord, le vaisseau Soyouz MS-03 et ses 3 passagers : le russe et commandant du vaisseau Oleg Novitskiy, l’américaine Peggy Whitson et l’astronaute européen (et français) Thomas Pesquet.

Expedition 50 Crew Board Soyuz (NHQ201611170001)

Expedition 50 Soyuz Launch (NHQ201611180002)

Plus de photos du décollage dans cette galerie Flickr

Contrairement à un certain nombre de vols précédents, l’amarrage à la Station Spatiale Internationale n’a pas duré 6 heures mais 2 jours. En effet, des problèmes de disponibilité des stations au sol et le fait qu’il s’agisse du troisième modèle de vaisseau MS de nouvelle génération, les Russes préfèrent assurer le coup. Donc, l’amarrage à l’ISS a été réalisé à 21h58 UTC le samedi 19 novembre.

Après les tests nominaux de contrôle d’étanchéité entre le vaisseau et l’ISS, l’ouverture du sas a eu lieu à 0h40 UTC le dimanche 20 novembre.

L’équipage du Soyouz MS-03 a pu rejoindre l’équipage de l’ISS. La mission PROXIMA de Thomas Pesquet peut commencer et nous la suivrons pendant les 6 mois à venir.

Peggy Whitson, Oleg Novitskiy et Thomas Pesquet ont rejoint Shane Kimbrough, Sergey Ryzhikov et Andrey Borisenko à bord de l'ISS le 20/11/2016 (source NASA TV)

Peggy Whitson, Oleg Novitskiy et Thomas Pesquet ont rejoint Shane Kimbrough, Sergey Ryzhikov et Andrey Borisenko à bord de l’ISS le 20/11/2016 (source NASA TV)

Retrouvez comment j’ai vécu ce lancement depuis Baïkonour dans « Une semaine à Baïkonour ; article 1 « 

4 satellites Galileo mis sur orbite par Ariane 5

Un lancement un peu éclipsé en France à cause du lancement de Thomas Pesquet. Néanmoins ce décollage d’une fusée Ariane 5 depuis le Centre Spatial Guyanais marque une étape majeure dans le programme européen de navigation Galileo. En effet, le lanceur européen a mis sur orbite à près de 23000 kilomètres d’altitude, 4 satellites, surnommés Antonianna, Lisa, Kimberley et Tijmen, près de quatre heures après le décollage qui avait eu lieu à 13:06:48 UTC le jeudi 17 novembre.

Ces 15ème, 16ème, 17ème et 18ème satellites de la constellation Galileo devraient permettre d’offrir les premiers services de navigation du système européen d’ici la fin de l’année.

Ariane 5 liftoff on flight VA233

Ariane 5 liftoff on flight VA233

Plus de photos de ce lancement dans cet album Flickr

Cette version ES de l’Ariane 5 était celle précédemment utilisée pour la mise sur orbite des modules automatiques ATV d’une vingtaine de tonnes, à destination de l’ISS. L’étage supérieur était  propulsé par le moteur ré-allumable Aestus. Cette configuration était nécessaire pour mettre sur orbite les 4 satellites de navigation au plus près de leur orbite d’opérations. Une adaptation supplémentaire a été nécessaire également pour mettre sous coiffe et séparer les 4 satellites en paire sur des orbites peu différentes. Ainsi un distributeur multi-satellites a été développé. Des détails sur le profil de vol, le lanceur et les satellites sont disponibles dans le « kit de lancement Arianespace » (en français)

VA233 Fitcheck Galileo FOC M6 (FM14) au S1A, le 12-09-2016


Ce lancement réussi est le 75e d’affilée pour une Ariane 5, dépassant le record des Ariane 4.

Fin de mission pour Shenzhou-11

Le 18 novembre au matin, les 2 taïkonautes qui ont séjourné 1 mois dans le laboratoire spatial chinois Tiangong-2 ont terminé leur mission dans l’espace. Il s’agit à ce jour de la plus longue mission dans l’espace pour des Chinois.

A lire dans « Shenzhou 11 et ses 2 taïkonautes revenus sur Terre« 

shenzhou_11_atterrissage-4

Plus de photos dans cet album Flickr

Goes-R un nouveau satellite météo américain, le plus sophistiqué ce jour

A 23h42 UTC le samedi 20 novembre, une fusée Atlas 5 a décollé de Cap Canaveral en Floride avec une heure de retard sur le planning initial.

KSC-20161119-PH_AWG01_0014

KSC-20161119-PH_AWG06_0014

Plus de photos du décollage dans cette galerie Flickr

Le « Geostationary Operational Environmental Satellite-R », ou GOES-R qui a été mis sur une orbite d’insertion géostationnaire est le satellite météorologique américain le plus sophistiqué à ce jour. D’une masse de 5,2 tonnes, c’est le premier de quatre qui seront lancés d’ici 2024. Il est équipé de six instruments qui « promettent de révolutionner les prévisions météorologiques et la science du climat, balayant la Terre cinq fois plus rapidement que les satellites actuels, améliorant par quatre fois la résolution et élargissant la couverture spectrale par un facteur de trois. » (info spaceflight101.com).

Il s’agissait du 67e lancement réussi d’affilée d’une Atlas 5.

2 réflexions sur “L’actualité de la semaine du 14 novembre : Thomas Pesquet et Soyouz MS-03, Galileo, Goes-R

  1. NB : une fois opérationnel, GOES-R sera renommé GOES-16. Les trois satellites suivants, GOES-S, T et U (futurs GOES-17, 18 et 19) seront lancés (en principe) au début 2018, en 2019 et 2024. Il y aura donc 5 ans de décalage entre les deux derniers.

    A noter : 75 lancements réussis d’affilée pour Ariane 5 et 67 pour Atlas 5… Le match est serré ! Qu’en est-il pour les autres lanceurs en service de par le monde ?

    Ce fut encore une bonne semaine !

  2. suite

    NB : contrairement à ce qui a été écrit dans certaines sources (au moins deux), il n’y aura pas de vol habité (piloté) chinois en 2017. Le lancement de Shenzhou-12 est donc désormais prévu pour 2018 en direction de la future station spatiale Tiangong-3. Shenzhou-11 aura donc été le seul vaisseau spatial piloté à destination de Tiangong-2 qui devrait être rejoint en 2017 par le vaisseau-cargo Tianzhou-1 qui sera lancé par une CZ-7 depuis Wenchang (Hainan).

    NB : une fois opérationnel, GOES-R sera renommé GOES-16. Les trois satellites suivants, GOES-S, T et U (futurs GOES-17, 18 et 19) seront lancés (en principe) au début 2018, en 2019 et 2024. Il y aura donc 5 ans de décalage entre les deux derniers. (rappel)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *