Virgin Galactic cloué au sol après le vol « réussi » de Richard Branson

Le 11 juillet, le premier vol de l’avion spatial de Virgin Galactic avec des passagers (autre que les pilotes ou une ingénieure d’essai) avait lieu avec à son bord le fondateur de l’entreprise, Richard Branson.

La médiatisation du vol a été impressionnante mais maintenant après les effusions, place à la réalité : le vol ne s’est pas si bien passé que ça.

La FAA interdit VSS Unity de vol

On a appris le 1er septembre que la FAA (Federal Aviation Administration), l’organisme fédéral américain en charge d’autoriser les vols d’avions et spatiaux au-dessus des Etats-Unis, clouait au sol l’avion spatial SpaceShipTwo de Virgin Galactic.

La FAA supervise l’enquête de Virgin Galactic sur son incident SpaceShipTwo du 11 juillet survenu au-dessus de Spaceport America, au Nouveau-Mexique. SpaceShipTwo s’est écarté de son autorisation de contrôle du trafic aérien lors de son retour à Spaceport America. Virgin Galactic ne peut pas refaire voler le SpaceShipTwo avant que la FAA n’approuve l’enquête finale sur l’accident ou détermine que les problèmes relatifs à l’incident n’affectent pas la sécurité publique.

Pendant le vol du 11 juillet, le VSS Unity a connu une déviation de trajectoire pendant 1 minute et 41 secondes lors de la phase de descente vers le  Spaceport America, en dehors de la zone de son autorisation de vol.

Virgin Galactic a reconnu dans une déclaration à Reuters que « la trajectoire ultime du vol s’est écartée de notre plan initial mais n’a pas volé en dehors des limites latérales de l’espace aérien protégé. Le vol est descendu en dessous de l’altitude de l’espace aérien pendant une courte distance et un temps réduit avant de rentrer dans l’espace aérien restreint. A aucun moment l’avion n’a voyagé au-dessus d’une zone habitée ou n’a posé de danger pour le public« .

Virgin Galactic a également déclaré que « les vents à haute altitude ont modifié la trajectoire du vaisseau spatial. Nos pilotes ont réagi de manière appropriée à ces conditions de vol changeantes exactement comme ils ont été formés et en stricte conformité avec nos procédures établies« .

Selon le New Yorker, une lumière rouge a clignoté pendant le vol sur la console de l’avion spatial, indiquant un « avertissement de cône de descente à l’entrée ». L’article du journaliste Nicholas Schmidle, précise que les pilotes avaient d’abord rencontré une alerte « jaune » puis une alarme « rouge », indiquant que la montée de l’avion spatial était trop faible et que son nez n’était pas suffisamment vertical. L’article souligne aussi que selon plusieurs sources de l’entreprise, le moyen le plus sûr de répondre à l’avertissement aurait été de faire un atterrissage d’urgence.

On peut se demander si la médiatisation du vol et la présence à bord de Richard Branson ne sont pas allées à l’encontre de la sécurité.

De nombreux incidents ou accidents

Plusieurs autres évènements durant les vols d’essais du SpaceShipTwo ont déjà remis en cause la sécurité du système. Un accident a été évité de justesse en 2011 lorsque le vaisseau spatial est entré dans une vrille inversée, puis il y a eu l’accident mortel de 2014. En juillet 2018, l’avion connaît des problèmes de stabilité. Grâce aux pilotes, il atterrit en toute sécurité, mais une inspection après vol a révélé des défauts de fabrication qui ont nécessité des mois de réparations. On a appris tardivement que lors du vol de février 2019, le vaisseau avait subi des dommages importants lorsqu’un lien maintenant le bord de fuite du stabilisateur horizontal s’est décollé, interrompant là aussi pendant des mois les vols d’essais. Todd Ericson, alors vice-président de la sécurité de Virgin Galactic, était étonné que le vaisseau spatial ne s’écrase pas et ne tue pas ses trois membres d’équipage… Il a démissionné depuis de l’entreprise en 2020.

David Mackay, pilote d’essai en chef de Virgin Galactic, Mike «Sooch» Masucci, second pilote, et Beth Moses,  instructeur en chef des astronautes chez Virgin Galactic, à bord du VSS Unity le 22/02/2019 (crédit Virgin Galactic)

Le 13 décembre 2020, VSS Unity était enfin prêt à voler au-dessus des 50 miles (ou 80 km, limite de l’espace pour certains organismes américains) pour la première fois en près de 22 mois. Mais, des interférences électromagnétiques (EMI) ont provoqué le redémarrage d’un ordinateur au moment où le moteur hybride de l’avion spatial a commencé à se déclencher. Le moteur s’est arrêté et les pilotes ont avorté le vol pour atterrir en toute sécurité.

Mark « Forger » Stucky, pilote d’essai en chef de l’entreprise, qui avait émis ses propres avertissements sur la protection de l’intégrité du programme de tests en vol a lui été démis de ses fonctions de vol avant le 11 juillet puis licencié…

Une grande différence avec le système avec capsule de Blue Origin qui est entièrement automatisé, c’est que le SpaceShipTwo dépend essentiellement de l’aptitude et de la performance de ses 2 pilotes.

Un vol privé programmé quand même

Le 2 septembre, Virgin Galactic annonçait toutefois son prochain vol commercial pour fin septembre / début octobre : « La mission « Unity 23 » sera le 23e vol du VSS Unity et transportera trois membres d’équipage payants de l’armée de l’air italienne et du Conseil national de la recherche. L’objectif de la mission est d’évaluer et de mesurer les effets de la phase de transition de la gravité à la microgravité sur le corps humain. D’autres charges utiles à bord étudieront l’effet de l’environnement de microgravité sur une gamme de propriétés chimiques et physiques. En testant et en évaluant les réponses physiologiques et technologiques en vol suborbital, la mission vise à produire des informations pertinentes sur les systèmes et technologies de vol spatiaux actuels et futurs« .

Le prochain équipage de VSS Unity :
Le colonel Walter Villadei et le lieutenant colonel Angelo Landolfi de l’armée de l’air italienne, Pantaleone Carlucci, ingénieur en aérospatiale et chercheur au Conseil national de recherches du Canada, Beth Moses, instructeur en chef des astronautes chez Virgin Galactic, les pilotes Michael Masucci et CJ Sturckow aux commandes de VSS Unity et Nicola Pecile et Kelly Latimer aux commandes de VMS Eve
(crédit Virgin Galactic)

A voir si le planning sera respecté en fonction des investigations de la FAA.

Tous les articles sur Virgin Galactic

Publicités

1 Comment

  1. NB : Todd C. (Christopher) Ericson, pilote d’essai bien connu, fut candidat astronaute et finaliste des groupes 19 et 20 de la NASA en 2004 et 2008.

    NB : Walter Villadei a effectué notamment un exercice de survie du 7 au 11 octobre 2019 à Sochi en compagnie de Sergei Korsakov (cosmonaute) et d’Aleksei Khomenchuk (ex-cosmonaute devenu instructeur).

    NB : Angelo Landolfi a effectué notamment un vol spatial simulé du 31 janvier au 7 mai 2005 (soit 96 jours) au TsPK en compagnie de deux autres candidats astronautes italiens (dont une Italienne), Francesco Torchia et Paola Verde, il y a donc déjà plus de 16 ans.

Répondre à Michel Clarisse Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.