VSS Unity : un premier passager en microgravité

Premier vol de l’année pour l’avion-spatial de Virgin Galactic. Toujours un peu plus près de l’espace et des vols touristiques !

Toujours plus haut et plus vite

Le 13 décembre 2018, le SpaceShipTwo avait atteint une vitesse presque trois fois supérieure à celle du son (Mach 2,9) et à une altitude maximale de 82,7 km.

Ce vendredi 22 février, le VSS Unity est allé encore plus vite et plus haut : Mach 3,04 et 89,9 km (295 007 pieds).

Deuxième vol dans l’espace pour le VSS Unity le 22 février 2019 (credit Virgin Galactic)
L’avion-spatial suborbital avait été libéré de son avion porteur WhiteKnightTwo à 16h53 UTC, environ 45 minutes après son décollage du Mojave Air And Space Port en Californie. Le moteur fusée hybride a été allumé pendant environ une minute, avant de revenir se poser sur la piste d’atterrissage à Mojave à 17h08 UTC.

Schéma de principe d’un vol de Virgin Galactic (credit VG)

C’était le cinquième vol supersonique de VSS Unity, et le 16ème au total depuis l’accident de 2014, qui avait détruit une version antérieure de l’avion et avait tué l’un de ses deux pilotes.

Trois personnes à bord pour quelques minutes de microgravité

David Mackay, pilote d’essai en chef de Virgin Galactic, et Mike «Sooch» Masucci, instructeur en chef de la compagnie, étaient aux commandes de SpaceShipTwo. A noter, Michael Masucci faisait partie des demi-finalistes de la sélection des astronautes de la NASA pour le groupe 17 en 1997.

Le vaisseau suborbital transportait une troisième personne à son bord pour la première fois : Beth Moses, instructeur en chef des astronautes chez Virgin Galactic. Elle a travaillé à la NASA en tant qu’ingénieur système pour les activités extra-véhiculaires lors des phases de construction de l’ISS. Après l’achèvement de l’assemblage de l’ISS, elle fut choisie comme premier entraîneur en chef des astronautes chez Virgin Galactic. Elle conçoit et construit actuellement le programme de formation, les équipements et les installations du Spaceport America afin de préparer les futurs astronautes au vol spatial sur le SpaceShipTwo.

3 personnes à bord du VSS Unity le 22/02/2019 (credit Virgin Galactic)

Beth Moses a pu flotter en microgravité pendant quelques minutes dans la cabine arrière

Beth Moses va fournir « une validation humaine des données collectées à bord y compris des aspects de la cabine client et de l’environnement de vol spatial, du point de vue des personnes à l’arrière » selon un communiqué de l’entreprise.

Elle a déclaré après le vol que c’était une expérience incroyable :

Au regard de la limite de l’espace fixée à 80 km (ou 50 miles) par l’US Air Force ou certains, David Mackay, Mike «Sooch» Masucci et Beth Moses, deviennent des astronautes commerciaux et donc respectivement les 569e, 570e et 571e humains dans l’espace. Beth Moses devient la première femme à bord d’un vaisseau spatial commercial.

Le vol transportait également quatre charges utiles fournies par la NASA. Ces expériences fourniront aux scientifiques des données sur les implications de la microgravité sur l’interaction des liquides et des gaz, sur la vibration des charges utiles et sur le comportement des particules de poussière, ainsi que sur l’essai d’équipements de capteurs de champ électromagnétique.

2019 début des vols commerciaux ?

Virgin Galactic se rapproche petit à petit du début des opérations commerciales de son avion spatial suborbital.
Richard Branson, fondateur de Virigin Galactic a déclaré qu’il espérait que les tests seraient terminés à temps pour qu’il vienne lui-même faire un vol suborbital le 20 juillet, jour du cinquantième anniversaire de l’atterrissage sur la lune Apollo 11. Mais il a ajouté que le fait de respecter une date arbitraire ne déterminerait pas le calendrier des tests et que les opérations commerciales ne commenceraient pas avant que tous les aspects des tests soient terminés. A suivre !

Atterrissage du VSS Unity le 22/02/2019 (credit Virgin Galactic)
Publicités

5 commentaires sur “VSS Unity : un premier passager en microgravité”

  1. NB : le copilote tué le 31 octobre 2014 était Michael Tyner Alsbury. Son pilote (blessé) était Peter Siebold. Ils faisaient partie de la société Scaled Composites (et non pas de Virgin Galactic).

    NB : Beth Moses devient la 63e femme dans l’espace, la 49e US et la première à n’avoir effectué qu’un vol suborbital (à plus de 80 km ou de 50 miles). Elle fut étudiante à la Purdue University (BSAAE, 1992 ; MSAAE, 1994).

    –> 63 sur 571, soit 11,03 % (vols orbitaux et suborbitaux confondus).

    ***

    La compagnie britannique Virgin Galactic dispose actuellement de 7 pilotes (ou pilotes-astronautes ?).

    Il s’agit, par ordre chronologique de leur sélection, de :

    – David Mackay (Ecossais), sélectionné en mars 2006 ;
    – Michael J. « Sooch » Masucci (US), sélectionné le 8 mai 2013 ; présélectionné dans le groupe 17 de la NASA en 1997-98 ;
    – Frederick W. « C.J. » Sturckow (US), ex-astronaute NASA (groupe 15, 1994), sélectionné également le 8 mai 2013 ;
    – Todd C. « Leif » Ericson (US), sélectionné le 24 juillet 2014 ; présélectionné dans les groupes 19 et 20 de la NASA en 2003-04 et 2008-09 ;
    – Mark P. « Forger » Stucky (US), sélectionné le 15 février 2015 ; présélectionné dans les groupes 13, 14 et 15 de la NASA en 1989-90, 1992 et 1994 ;
    – Nicola Pecile (Italien), sélectionné le 26 août 2015 ;
    – Kelly Jane Latimer (US), sélectionnée le 9 novembre 2015, présélectionnée dans les groupes 17, 18 et 19 de la NASA en 1997-98, 1999-2000 et 2003-04.

    Sept autres pilotes furent sélectionnés par Virgin Galactic mais ont démissionné entre temps.

  2. suite

    Avec Beth Moses – dont je ne connais pas la date de naissance (afin de compléter mes tableaux, voir plus bas) – ce sont désormais 25 anciens étudiants de la Purdue University, School of Aeronautics and Astronautics, sise à West Lafayette, Indiana, qui ont été sélectionnés comme astronautes, dont 23 sont allés dans l’espace, les deux exceptions étant Roger B. Chaffee (tué le 27 janvier 1967 dans l’incendie d’Apollo-1 avec un autre ex-étudiant de Purdue, à savoir « Gus » Grissom, et Edward White II) et Loral A. O’Hara (du groupe 22, non encore affectée à une mission).

    Ces 25 ex-étudiants de Purdue devenus astronautes sont (par ordre alphabétique) :

    Neil A. Armstrong, John E. Blaha, Roy D. Bridges, Jr., Mark N. Brown, John H. Casper, Eugene A. Cernan, Roger B. Chaffee, Richard O. Covey, Andrew J. Feustel, Guy S. Gardner, Virgil I. « Gus » Grissom, Gregory J. Harbaugh, Michael J. McCulley, Beth Moses, Loral A. O’Hara, Gary E. Payton, Mark L. Polansky, Jerry L. Ross, Loren J. Shriver, Scott D. Tingle, Janice E. Voss, Charles D. Walker, Mary Ellen Weber, Donald E. Williams et David A. Wolf.

    Sur ces 25 astronautes, il y a 4 femmes : Beth Moses, Loral A. O’Hara, Janice E. Voss et Mary Ellen Weber.

    Bien entendu, de nombreux autres ex-étudiants de Purdue, plusieurs milliers, furent candidats astronautes, vu que, pour certains groupes, il y a jusqu’à plus de 1 000 candidats pour un poste !

    ***

    Il me manque les dates de naissance exactes de Brian Binnie (né en 1953), Zhang Xiaoguang (né en mai 1966 ou en 1968, faudrait savoir !), Michael J. Masucci (né en 1963) et Beth Moses.

    Ceci sur les 571 qui sont allés dans l’espace, vols orbitaux et suborbitaux confondus (en tenant compte de la limite officieuse des 80 km ou 50 miles). Sinon, ils ne sont que 557 à être allés dans l’espace, vols orbitaux seuls.

    63 femmes sur 571, soit 11,03 % (rappel) ; 62 femmes sur 557, soit 11,13 %.

    Trois de Purdue sur 63 (dont 49 US) ; deux de Purdue sur 62 (dont 48 US).

    ***

    A noter que David « Mac » MacKay, qui est Ecossais, est le 3e astronaute britannique à aller dans l’espace (même s’il ne s »agit que d’un vol suborbital) après Helen Patricia Sharman et Timothy N. Peake.

    Brian Binnie, qui a lui aussi effectué un vol suborbital, était également né Ecossais mais naturalisé US.

    Cinq autres astronautes sont nés Britanniques mais naturalisés US ; il s’agit de C. Michael Foale, Piers J. Sellers, Nicholas J. M. Patrick, Gregory H. Johnson et Richard A. Garriott de Cayeux. Je me demande s’ils ont la double nationalité. Même question pour de nombreux autres astronautes US ou canadiens.

  3. Non seulement ils frôlent l’espace avec le VSS Unity, mais en plus ils remontent le temps? ^^
    ( libération par WhiteKnightTwo à 16h53 UTC, atterrissage à 16h08 UTC)

    A part ceci (bon c’est peut être vrai en même temps), excellent article, super explicatif, comme d’habitude, et c’est ce que j’aime sur ce blog

  4. suite

    Pour ce vol du 22 février (sainte Isabelle), les pilotes du VMS Eve étaient Kelly J. Latimer et Frederick W. Sturckow.

    Je suppose que les trois prochains astronautes de VG (Virgin Galactic) seront Todd C. « Leif » Ericson, Nicola Pecile et Kelly J. Latimer.

    Parmi les passagers, il devrait y avoir Loretta Hidalgo Whitesides.

    Beth Moses est née Natalie Beth Stubbings. Connaissez-vous sa date de naissance (rappel) ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.