Station spatiale chinoise : l’arrivée du cargo Tianzhou-2

Après la mise sur orbite fin avril du premier module de sa nouvelle station spatiale, Tianhe, la Chine continue de dérouler son programme avec l’arrivée du premier cargo de ravitaillement.

Décollage avec un peu de retard sur le planning

Après 2 reports de tir pour des raisons techniques dont le détail n’a pas été divulgué, le cargo de ravitaillement Tianzhou-2 a décollé le 29 mai à bord d’une Long March 7 depuis le Cosmodrome de Wenchang à 12h55 UTC.

Décollage Long March 7 / Tianzhou-2 le 29/05/21 (crédit Tu Haichao)

La Chang Zhen-7 est un lanceur à « 2 étages et demi», avec une longueur totale d’environ 53 mètres, un poids au décollage d’environ 600 tonnes et une capacité de charge de 13,5 tonnes en orbite basse et 5,5 tonnes en orbite héliosynchrone. Il s’agit d’un lanceur nouvelle génération chinois.

Illustration des différents lanceurs chinois de nouvelle génération (crédit Daniel Marin)

Selon les informations officielles, après 604 secondes de vol, Tianzhou-2 s’est séparé du lanceur. A 13h17 UTC, les panneaux solaires de Tianzhou-2 se sont dépliés et ont commencé à fonctionner correctement.

Amarrage automatique express à Tianhe

Après un peu plus de 8 heures de vol, Tianzhou-2 a rejoint le module Tianhe pour un amarrage en mode automatique à 21h01 UTC. Tianzhou-2 a accosté au port d’amarrage arrière de Tianhe.

Les ingénieurs chinois ont équipé le cargo d’instruments de mesure de l’accélération de haute précision, d’un radar à micro-ondes et d’autres équipements pour assurer la précision du rendez-vous et de l’amarrage.

Image de l’amarrage automatique

Un cargo pour le fret et comme « station-service »

Ce cargo s’appelle Tianzhou-2 car il fait suite au premier engin spatial de ravitaillement chinois, Tianzhou-1, du module orbital Tiangong-2, qui avait été lancé en avril 2017. Comme évolution notable par rapport à son prédécesseur, ce second cargo a la capacité de faire un amarrage en « mode express » (8 heures ici contre 2 jours pour Tianzhou-1).

Tianzhou-1 dépendait principalement des instructions au sol pour terminer le rendez-vous et la procédure d’amarrage. Tianzhou-2 est équipé de logiciels intelligents pour une plus grande autonomie, en utilisant par exemple les informations de position du système de navigation par satellites BeiDou.

Tianzhou-2 est de capacité similaire : 10,6 m de long sur 3,35 m de diamètre, avec une masse maximale au décollage de 13,5 tonnes. Il comporte une partie pressurisée et une partie non pressurisée.

Tianzhou-2 (crédit CAST)

Le cargo emporte 6,8 tonnes de fret dont 2 tonnes de carburant pour la propulsion de Tianhe, et relever son orbite quand nécessaire [comme le font les cargos Progress sur l’ISS]. Le module de propulsion fournit également un support électrique pour le cargo lui-même grâce à ses panneaux solaires mais aussi il peut fournir un excès d’énergie électrique au module central Tianhe pour soutenir des expériences scientifiques qui consomment beaucoup d’électricité.

Vidéo intéressante de 空天逐梦V montrant le cargo Tianzhou-2 : sa taille et des images de tests avant lancement

Dans le fret, il y a 160 colis : des fournitures pour les futurs astronautes de la station spatiale et des équipements pour les recherches scientifiques, selon la China Academy of Space Technology (CAST). Il amène notamment à la station deux scaphandres pour les sorties spatiales extravéhiculaires qui seront utilisées par les taïkonautes, chacun pesant plus de 100 kg. Tianzhou-2 apporte également de la nourriture spatiale, y compris de nombreux plats chinois traditionnels.

Tianzhou-2 envoie également des pièces de rechange pour un système de survie. Le système, qui est nécessaire aux astronautes pour rester sur la Lune par exemple, sera installé dans le module central Tianhe. Il s’agit de la première installation de ce type dans un vaisseau spatial chinois.

Tianzhou-2 en résumé (crédit Global Times)

Selon les informations officielles, les ingénieurs ont conçu une structure spéciale dans le cargo de 18 mètres cubes, divisant l’intérieur en compartiments de chargement avec des panneaux en nid-d’abeilles. Chaque compartiment peut contenir plusieurs emballages de différentes tailles, de sorte que les paquets peuvent être efficacement placés dans les compartiments comme des blocs de construction. Certains de ces emballages sont en forme de trapèze pour s’adapter à la structure cylindrique de l’engin spatial. De plus, ils ont développé des verrous de sécurité, similaires à ceux des sièges d’avion, pour maintenir les colis en place dans l’espace. Le cargo est également équipé d’un système de gestion de l’information. Chaque colis a une étiquette collée dessus avec une fonction d’identification par radiofréquence [RFID ?], permettant aux astronautes d’identifier rapidement les marchandises en scannant les QR codes. Les technologies avancées de gestion logistique de la Chine appliquées au spatial !

Une mission prévue de 1 an et prêt à accueillir les Taïkonautes

Yang Hong, concepteur en chef de la station spatiale à la CAST, a déclaré que « les missions de lancement de la station spatiale chinoise sont étroitement liées. Dans les 48 heures après l’entrée en orbite de Tianhe, le module central a subi une évaluation de son état, et Tianzhou-2 a alors commencé ses préparatifs de compte à rebours de lancement. Après l’amarrage de Tianzhou-2 avec Tianhe, le vaisseau spatial Shenzhou-12 avec équipage entrera dans ses préparatifs de compte à rebours pour le lancement. »

Trois astronautes, uniquement des hommes pour cette mission, sont prévus à bord du vaisseau Shenzhou-12 qui doit décoller à la mi-juin et s’amarrer au port avant de Tianhe. Il est prévu qu’ils restent en orbite pendant trois mois. A leur arrivée, ils déballeront les marchandises rangées à l’intérieur de Tianzhou-2.

Après le retour des trois astronautes sur Terre à bord de Shenzhou-12, il est prévu que Tianzhou-2 s’amarre à l’avant du module Tianhe et teste sa capacité de ravitaillement en orbite.

Tianzhou-2 testera également l’amarrage de « transposition ». Capturé et guidé par le bras robotique de Tianhe, Tianzhou-2 tournera et accostera au port d’accostage latéral du nœud de Tianhe. La manœuvre préparera Tianhe à l’amarrage des modules de laboratoire Wentian et Mengtian l’année prochaine.

Les nœuds de Tianhe peuvent accueillir jusqu’à trois engins spatiaux à la fois pour de courts séjours, ou deux pour de longs séjours, a déclaré Bai Linhou, concepteur en chef adjoint de la station spatiale au CAST.

Tianzhou-2 fonctionnera en orbite pendant un an, puis finira, chargé des déchets de la station, par quitter son orbite et brûler lors de sa rentrée dans l’atmosphère terrestre.

Selon la CMSA, le cargo Tianzhou-3 et le vaisseau spatial habité Shenzhou-13 seront également lancés plus tard cette année pour accoster avec Tianhe, et trois autres astronautes commenceront alors leur séjour de six mois en orbite.

Après les cinq missions cette année, la Chine prévoit d’avoir six autres missions en 2022 : le lancement des modules de laboratoire Wentian et Mengtian, deux cargos et deux vaisseaux spatiaux avec équipage, pour achever la construction de la station spatiale.


Source principale : xinhuanet.com

Photo de couverture : Guo Wenbin et CAST

En complément j’avais fait un live (décidé à la dernière minute) du lancement à partir d’images amateur :

Publicités

1 Trackback / Pingback

  1. Shenzhou-12, le premier équipage de la nouvelle station spatiale chinoise – Rêves d'Espace

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.