Soyouz VS14, 5 satellites pour un seul lancement : Sentinel 1B, Microscope et 3 cubesats

Ce samedi 23 avril, le quatorzième lancement de Soyouz depuis le Centre Spatial Guyanais doit s’effectuer à 21h02mn13s UTC (ou 23h02 heure de Paris). Le lanceur russe opéré par Arianespace doit mettre sur orbite basse 5 satellites.

Le lancement était initialement prévu le 22 avril mais a été reporté à cause de mauvaises conditions météorologiques.

Mise à jour 23/04 : le lancement a été une nouvelle fois reporté de 24 heures, au dimanche 24 avril, même heure, en raison de forts vents en altitude.

Mise à jour 24/04 : Une anomalie est survenue sur l’unité de mesure inertielle du lanceur Soyouz. Report du tir annoncé par Arianespace.

Mise à jour 25/04 : Lancement confirmé au 25/04, même horaire 23h02 heure de Paris

Lancement à suivre en direct sur ArianespaceTV ou sur le site de l’ESA, ou celui du CNES.

En vidéo, les dernières phases d’assemblage des satellites sur le lanceur Soyouz VS14 :

Mise à jour  : lancement réussi ! Les photos et vidéos sur

Sentinel 1B, un jumeau pour Copernicus

Sentinel 1B, est identique au satellite Sentinel 1A lancé en avril 2014, déjà par une fusée Soyouz depuis la Guyane.

Sentinel 1B sur l'étage supérieur du lanceur Soyouz VS14 avant la fermeture de la coiffe (credits CGS/Arianespace/CNES/ESA)

Sentinel 1B sur l’étage supérieur du lanceur Soyouz VS14 avant la fermeture de la coiffe (credits CGS/Arianespace/CNES/ESA)

Les satellites Sentinel font partie du programme européen Copernicus qui a pour but de collecter des données des océans, des terres immergées et de l’atmosphère, afin de répondre aux enjeux environnementaux actuels. Pour en savoir plus sur Copernicus, lire Programme Copernicus : Sentinel 2A prêt au lancement et Lancement de Sentinel-1A : le programme Copernicus prend son envol.

Grâce à la présence des 2 satellites Sentinel 1A et 1B, les données radar pourront être collectées et renouvelées au maximum tous les 6 jours.

Sentinel 1B sera le premier des satellites séparé du lanceur après 23 minutes et 35 secondes de vol.

Microscope, le principe d’équivalence mis au défi

MICROSCOPE pour MICRO-Satellite à traînée Compensée pour l’Observation du Principe d’Equivalence, est un satellite scientifique du CNES.

Le satellite Microscope en cours d'essais au CNES (credit CNES)

Le satellite Microscope en cours d’essais au CNES (credit CNES)

Ce satellite devra tester si le Principe d’équivalence est respecté. Ce principe énonce le fait que dans le vide, tous les objets tombent de la même façon, à la même vitesse. Il est à la base de la Relativité Générale d’Albert Einstein

En 1971, l’astronaute Dave Scott avait démontré ce principe d’équivalence sur la Lune lors de la mission Apollo 15 :

.

En 2014, l’astrophysicien anglais Brian Cox a demontré le principe dans la plus grande chambre à vide au monde :

.

Microscope devrait vérifier le principe avec une précision jamais égalée : une précision du millionième de milliard. Mais dans le cas contraire, cela permettrait de valider la Théorie des Cordes, qui s’oppose actuellement au principe d’équivalence.

Infographie sur le satellite Microscope (credit CNES)

Infographie sur le satellite Microscope (credit CNES)

« Si Microscope observe une violation du principe d’équivalence, cela renforcerait la théorie des cordes selon laquelle l’Univers possède des dimensions d’espace supplémentaires, a déclaré Thibault Damour, physicien théoricien, membre de l’Académie des sciences et professeur à l’Institut des hautes études scientifiques. Cela implique en effet l’existence d’autres champs que celui de la gravitation, capables de faire varier les constantes de la physique dans le temps et l’espace, constantes qu’on ne sait absolument pas expliquer aujourd’hui. »

En orbite, tout se passera à l’intérieur du satellite dans l’instrument T-SAGE (Twin-Space Accelerometer for Gravity Experiment), constitué de deux accéléromètres différentiels.

Microscope en vidéo :

Microscope sera séparé du lanceur à T0+ 4 heures et 52 secondes, soit à 01:03:05 GMT.

Mise à jour du 01/05/16

Ne ratez pas : l’équipe du CNES de Microscope vous raconte ses opérations sur Google+

3 CubeSats du programme « Fly Your Satellite »

3 cubesats sont également embarqués dans Soyouz VS14 : AAUSAT-4, OUFTI-1 et e-st@r-II.

Chacun d’une taille de 10x10x10 cm, ils ont été positionnés dans un seul conteneur d’où ils seront éjectés 2 heures, 48 minutes et 11 secondes après le décollage, soit à 23:50:24 GMT.

Le système de déploiement des 3 cubesats du vol Soyouz VS143 en cours d'intégration sur la lanceur (credits CGS/Arianespace/CNES/ESA)

Le système de déploiement des 3 cubesats du vol Soyouz VS143 en cours d’intégration sur la lanceur (credits CGS/Arianespace/CNES/ESA)

  • AAUSAT-4 de l’Université danoise d’Aalborg est équipé d’un récepteur pour l’identification automatique et le suivi des navires à travers le monde.
  • OUFTI-1 construit à l’Université belge de Liège portant une charge utile radio pour tester les communications numériques en utilisant un protocole de radio amateur pour de futures applications spatiales.
  • e-st@r-II de l’école polytechnique de Turin en Italie, est un démonstrateur d’un système de contrôle d’attitude en utilisant des mesures du champ magnétique terrestre.

Ces cubesats font partie du programme « Fly your satellite ! » de l’Agence Spatiale Européenne. Ce programme réalisé en coopération avec les universités européennes a pour objectif de compléter la formation académique et d’inspirer, d’engager et de mieux préparer les étudiants pour une introduction plus efficace dans leurs futurs postes dans le secteur spatial.

En vidéo (en anglais) :

Pour compléter

2 réflexions sur “Soyouz VS14, 5 satellites pour un seul lancement : Sentinel 1B, Microscope et 3 cubesats

  1. Pingback: Allgemeines Live-Blog ab dem 21. April 2016 | Skyweek Zwei Punkt Null

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *