Bientôt le premier décollage au nouveau centre russe de lancement de Vostochny

Une fusée russe Soyouz 2.1 est prévue de décoller le 27 avril prochain, non pas depuis Baïkonour ou Plesetsk, mais pour la première fois, depuis le Cosmodrome de Vostochny.

Le cosmodrome de Vostochny et le premier lanceur Soyouz sur le pas de tir (source Russianspaceweb)

Le cosmodrome de Vostochny et le premier lanceur Soyouz sur le pas de tir (source Russianspaceweb)

S’affranchir de Baïkonour

Depuis la chute de l’Union Soviétique, l’agence spatiale russe doit louer le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan pour plusieurs millions de dollars par an. Le centre spatial russe de Plesetsk, du fait de sa position géographique, entraîne une limitation des masses de charges utiles à placer en orbite et du type de profil de vols, et ne peut assurer tous les vols des lanceurs russes à ce jour, ou les futurs lanceurs lourds.

Afin d’avoir leur indépendance à terme, les autorités russes ont décidé en 2007 de construire un nouveau centre de lancement en territoire russe. Le gouvernement russe souhaitant également délocaliser une partie de son industrie spatiale à l’est pour contrebalancer l’influence de la Chine sur cette région, le nouveau centre de lancement se situe à l’est du territoire russe : Vostochny (Восточный) qui signifie « Oriental » en russe, est basé dans la région de l’Amour près de la ville de Uglegorsk. Il s’étend sur une superficie de 700 kilomètres carrés, soit environ dix fois moins que la superficie du cosmodrome de Baïkonour.

Localisation du Cosmodrome de Vostochny (source Russianspaceweb)

Localisation du Cosmodrome de Vostochny (source Russianspaceweb)

Ce premier port spatial entièrement civil est entré dans sa phase de construction active en 2011. Les lancements militaires devraient continuer à se faire depuis Plesetsk.

La construction de ce nouveau site de lancement n’a pas été simple : problèmes de financement, scandales de corruption et de détournements de fonds, abandon du développement d’un nouveau lanceur dédié à ce site (Rus-M) qui justifiait en grande partie ce nouveau site, etc …

Les bâtiments et les infrastructures ont été construits à l’identique de ce qui existe à Baïkonour et en Guyane. La tour de protection, qui était une nouveauté introduite pour les Soyouz « européennes », a été également construite à Vostochny. Celle-ci permet un meilleur accès aux charges utiles et à la coiffe du lanceur Soyouz, en assurant une protection face aux conditions climatiques difficiles de l’est de la Russie.

La ville de Tsiolkovski a été construite à proximité du cosmodrome pour y accueillir le personnel du site de lancement, jusqu’à 30000 personnes. Elle porte le nom de Konstantin Tsiolkovsky, le créateur des fusées russes.

 

Selon Igor Komarov, le directeur de l’agence spatiale russe, Roscosmos, 8 lancements pourraient avoir lieu depuis Vostochny en 2018. Les premiers vols habités vers l’ISS pourraient avoir lieu dès 2018, et d’ici 2020 tous les vols habités seront transférés de Baïkonour à Vostochny. Les Russes n’ont pas non plus caché leurs ambitions d’utiliser à terme Vostochny pour leurs lanceurs lourds comme Angara. D’ailleurs le pas de tir Angara devrait être prêt en 2021. Et pourquoi pas mener des programmes d’explorations habitées lunaires ou martiennes ? Selon des experts, on parle de 2030. Commencez à vous habituer à ce nom : Vostochny.

Infographie sur le Cosmodrome de Vostochny (source Russianspaceweb)

Infographie sur le Cosmodrome de Vostochny (source Russianspaceweb)

La vidéo promotionnelle du nouveau cosmodrome par Roscosmos en 2010 :

De belles images en vidéo (commentaires en russe)  :

3 satellites pour un premier lancement

Après de nombreux tests du nouveau site de lancement, et un retard de 4 mois seulement dans la construction, le premier lancement peut avoir lieu.

Le 23 avril, le lanceur Soyouz 2-1a qui doit faire le vol inaugural a été roulé jusqu’au pas de tir et mis en position verticale.

En vidéo, l’assemblage final du lanceur :

Le lancement est prévu à ce jour pour le 27 avril à 2h01 UTC (4h01 heure de Paris).

Mise à jour 27/04 8h30 : le lancement a été annulé à moins d’une minute et demi du décollage lors de la séquence automatique, lors de la pressurisation des reservoirs du lanceur. Les connexions ombilicales n’ont pas été rétractées. Pas plus de détails pour le moment. Le lancement serait reporté de 24 heures, soit le 28 avril à 2h01 UTC.

Mise à jour du 28/04 : lancement réussi le 28 avril. Article

Profil de vol du premier lancement depuis Vostochny (source Russianspaceweb)

Profil de vol du premier lancement depuis Vostochny (source Russianspaceweb)

Soyouz 2.1a est équipé d’un troisième étage Volga qui mettra sur orbite 3 satellites : Lomonosov, Aist-2D et Samsat-218.

L'étage supérieur Volga et le satellite Lomonosov pour le premier lancement depuis le site de Vostochny (credit Roscosmos)

L’étage supérieur Volga et le satellite Lomonosov pour le premier lancement depuis le site de Vostochny (credit Roscosmos)

  • Le satellite Lomonosov en tests (credit Roscosmos)

    Le satellite Lomonosov en tests (credit Roscosmos)

    Lomonosov ou MVL-300 (Mikhail Vasilyevich Lomonosov 300) est un satellite scientifique du nom de Mikhail Lomonosov, physicien et astronome russe du 18e siècle entre autres. Construit par l’université Lomonosov de Moscou, d’une masse de 450 kg et prévu pour fonctionner 5 ans minimum, il permettra l’étude des rayons cosmiques à ultra-haute énergie et des phénomènes transitoires qui se produisent dans les couches supérieures de l’atmosphère de la Terre et de l’Univers, par exemple les aurores boréales. [Pour en savoir plus, le site du projet Lomonosov].

Le satellite Aist-2D en préparation (credit SRC 'Progress)

Le satellite Aist-2D en préparation (credit SRC ‘Progress)

  • Aist-2D d’une masse de 531 kg,  a été construit par TsSKB Progress en partenariat avec l’Université aérospatiale de Samara, est un démonstrateur d’une nouvelle conception de petit satellite avec une caméra d’imagerie hyper-spectrale haute résolution. Aist 2D emporte également un radar innovant fonctionnant en bande P, une longueur d’onde qui pénètre à travers les canopées forestières et la surface terrestres pour étudier les structures souterraines.
  • Le cubesat Samsat-218 (credit Roscosmos)

    Le cubesat Samsat-218 (credit Roscosmos)

    Samsat-218 est un CubeSat 3U développé par l’Université aérospatiale d’ État de Samara.C’est un démonstrateur pour la stabilisation d’attitude en utilisant les forces aérodynamiques. Le corps du satellite lui-même est une structure 2U avec un compartiment 1U vide supplémentaire pour la stabilisation aérodynamique.

 

 

Une vidéo du pas de tir Soyouz à Vostochny depuis un drone :

 

2 réflexions sur “Bientôt le premier décollage au nouveau centre russe de lancement de Vostochny

  1. NB : le cosmodrome de Baïkonour est situé en réalité à Tiouratam / Tyura Tam.

    NB : « Vostochny » = oriental, à l’est, de l’est. « Est », c’est « Vostok »…
    (« Nord », c’est « Sever », qui fut l’ancêtre du Soyuz…)

    NB : Konstantin E. Tsiolkovsky fut le principal théoricien de l’espace russe, de la cosmonautique (de l’astronautique) mais pas le créateur des fusées russes. Il est mort à tout juste 78 ans (et 2 jours), le 19/09/35… A noter que sa tombe fut profanée par les Allemands lorsqu’ils arrivèrent à Kalouga en octobre 41. Il est considéré comme « le père de l’astronautique » mais n’a jamais construit une seule fusée.

    C’est à lui que l’on doit la célèbre phrase : « La Terre est le berceau de l’humanité mais on ne passe pas sa vie entière dans un berceau. » (en 1911)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *