Quand un accident de bateau nous permet de voir les capacités d’imageries des satellites

Si vous suivez l’actualité un minimum, vous n’êtes pas sans savoir qu’un énorme porte-conteneur de 400 mètres de long, 59 mètres de large de 220 000 tonnes, bloque depuis le 23 mars le Canal de Suez.

Apparemment cet incident qui bloque tout le trafic maritime sur l’une des voies navigables les plus fréquentées du monde a été causé par des vents violents et une tempête de sable.

Infographie de l’incident de l’Ever-Given (crédit Le Monde)

Les différents opérateurs de satellites d’observation de la Terre n’ont pas tardé à publier des images réalisées par leurs satellites en orbite basse pour démontrer les capacités de leurs systèmes.

Voici mon panorama non exhaustif des images publiques.


Les Sentinel de l’Europe

Les satellites d’observation du programme européen Copernicus qui sont davantage dédiés à la surveillance l’agriculture et des forêts, l’utilisation des terres, le changement de la couverture terrestre, la surveillance des eaux côtières et intérieures, la cartographie des zones touchées par une catastrophe, ont pris des clichés du Canal de Suez.

Image acquise par l’un des satellites Copernicus Sentinel-2 le 24 mars 2021 à 08h41 UTC, montrant le navire Ever Given après s’être échoué dans le canal de Suez (crédit Copernicus Sentinel-2)

Avec une largeur de couverture de 290 km, Sentinel 2A et Sentinel 2B offrent une fréquence de revisite sur un même lieu tous les 5 jours depuis une orbite héliosynchrone à environ 780 km d’altitude.

Les satellites Sentinel-1A et 1B, satellites d’imagerie radar et d’interférométrie tout-temps jour-nuit, à environ 700 km d’latitude, ont montré que le nombre de navires en attente au sud de Suez est passé de 78 à 110 en une seule journée, et de 37 à 69 du côté de l’entrée en Méditerranée :

Images acquises par les satellites radar Copernicus Sentinel-1A et Sentinel-1B les 24 et 25 mars 2021 ( crédit Copernicus Sentinel-1)
Images acquises par les satellites radar Copernicus Sentinel-1A et Sentinel-1B les 24 et 25 mars 2021 ( crédit Copernicus Sentinel-1)

Les Pléiades d’observation

Pléiades est une constellation de satellites optiques fournissant des produits images de très haute résolution (50 cm en mode civil) sur une bande de 20 km. Les 2 satellites en orbite depuis 2011 et 2012 construits par Airbus Space pour le CNES, permettent d’obtenir une revisite quotidienne de n’importe quel point du globe pour des besoins civils ou militaires et fournissent chacun environ 250 images par jour depuis une altitude d’environ 700 km en orbite héliosynchrone SSO.

Photo par l’un des satellites Pléiades du porte-conteneur Ever-Given le 25 mars 2021 (crédit CNES / distribution Airbus Space)
Photo par l’un des satellites Pléiades des autres navires en attente dans le Canal de Suez le 25 mars 2021 (crédit CNES / distribution Airbus Space)
Photo par l’un des satellites Pléiades des autres navires en attente dans le Canal de Suez le 25 mars 2021 (crédit CNES / distribution Airbus Space)
Photo par l’un des satellites Pléiades des autres navires en attente dans le Canal de Suez le 25 mars 2021 (crédit CNES / distribution Airbus Space)
Photo par l’un des satellites Pléiades des autres navires en attente dans le Canal de Suez le 25 mars 2021 (crédit CNES / distribution Airbus Space)

Avec les prochains satellites PléiadesNeo d’Airbus Space prévus d’être lancés en 2021, la résolution des images publiques devraient passer à 30 cm.


Worldview porte bien son nom

Maxar, le leader mondial dans la fabrication de satellites, a publié lui aussi des images de l’Ever-Given depuis l’espace par l’un de ses 3 satellites Worldview dont la résolution se situe entre 50 cm et 31 cm pour le dernier, Worldview-3. Les images pourraient aller jusqu’à 15 cm de résolution « virtuelle », en appliquant une nouvelle technologie HD de rééchantillonnage selon l’opérateur.

Le navire Ever-Given par le WorldView-2 le 26 mars 2021(crédit Maxar)

Maxar prévoit d’envoyer 6 satellites à partir de 2021 pour sa nouvelle constellation appelée Legion qui aurait une résolution de 29 cm.


Planet sur tous les fronts

L’un des autres plus grands pourvoyeurs d’images satellites optiques, Planet, a également publié ses clichés du navire échoué.

Image d’Ever-Given le 23/03/2021 par la constellation Dove (crédit Planet)
Image d’Ever-Given le 23/03/2021 par la constellation Dove (crédit Planet)

Planet dispose d’environ 150 satellites opérationnels en orbite, essentiellement des cubesats 3U lancés depuis l’ISS depuis une altitude entre 400 et 475 km ou les microsatellites (120 kg) SkySat équipés de capacités proche infrarouge et vidéo ayant une résolution de 72 cm depuis une altitude d’environ 500 km.

Dans le cadre d’un partenariat, l’entreprise fournit surtout Google en images satellitaires après avoir acquis en 2017 Terra Bella, une entreprise de Google.


BlackSky mis rapidement en oeuvre

Quelques jours après son lancement à bord d’une Electron le 22 mars, BlackSky-7 a livré lui aussi son image du Canal de Suez depuis osn orbite à environ 500 km d’altitude :

Image de l’Ever-Given (crédit BlackSky)

A terme BlackSky devrait être une constellation d’une soixantaine de satellites construits par LeoStella LLC, une joint-venture entre Spaceflight Industries et Thales Alenia Space.


Des images radars impressionnantes

L’avantage de la technologie SAR, pour Synthetic Aperture Radar, c’est qu’elle permet des prises de vue de jour comme de nuit et quelque soit la couverture nuageuse.

Capella Space a publié des images prises par ses satellites SAR, Denali lancé en 2018, Capella-2 (ou Sequoia) lancé en 2020 ou Capella-3 et 4 (Whitney) lancés en 2021. A terme, l’entreprise prévoit une constellation de 30 satellites « Whitney » pour couvrir l’ensemble du globe.

Image SAR de l’Ever-Given publiée le 24/03/2021 (crédit Capella Space)
La même image pivotée et annotée montrant l’empreinte, le pont et la cargaison de l’Ever-Given ainsi qu’un navire de soutien dans le canal (crédit Capella Space)

L’opérateurs de satellites MDA (ex Digital Globes) a aussi publié des images d’un des 3 satellites Radarsat du gouvernement canadien et en orbite à environ 600 km d’altitude depuis juin 2019 qui fournissent quotidiennement des images du Canada et des voies d’accès maritimes au pays ainsi que des images de l’Arctique, jusqu’à quatre fois par jour. A eux 3, ils balayent jusqu’à 90 % de la surface de la Terre tous les jours.


L’entreprise privée chinoise SpaceTy a également publiée une image du navire échoué et des autres bateaux en attente prise par son satellite SAR Hisea-1 lancé en décembre dernier sur le vol inaugural de la Long March 8. Hisea-1 a une masse de 185 kg, et utilise une antenne à réseau de phase. Il dispose de trois modes d’imagerie avec, selon l’opérateur, une résolution de 1m x 1m !

Spacety prévoit de construire, de lancer et d’exploiter une constellation de 56 petits satellites SAR.

Image du Canal de Suez publiée le 26 mars 2021 par Spacety

Vendredi, ce sont plus de 150 navires qui attendaient le dégagement de l’Ever-Given de part et d’autres du Canal mais cela pourrait prendre plusieurs jours à plusieurs semaines pour remettre à flot le bateau.

Une autre solution pour le trafic maritime qui relie habituellement l’Europe à l’Asie consisterait à mettre le cap vers Bonne-Espérance, à la pointe sud de l’Afrique, soit un détour d’environ 9 000 km, pour une dizaine de jours de voyage supplémentaires.

Carte du trafic maritime mondial basée sur les signaux AIS détectés depuis l’orbite. Les navires commerciaux sont mandatés pour transmettre les signaux du système d’identification automatique (AIS), qui sont utilisés pour suivre le trafic maritime, l’équivalent océanique du contrôle du trafic aérien. Le système repose sur des signaux radio VHF avec une portée horizontale de seulement 40 miles nautiques (74 km), utiles dans les zones côtières et sur une base navire-navire, mais laissant le trafic océanique largement découvert. Cependant, en 2010, l’ESA a installé une antenne expérimentale sur le module européen Columbus de la Station spatiale internationale, démontrant pour la première fois que les signaux AIS pouvaient également être détectés depuis l’ISS, ouvrant la perspective d’un suivi global des navires depuis l’espace (crédit ESA / LuxSpace)

Avec toutes ces images, vous comprendrez aisément que désormais, aucun évènement catastrophique ne peut passer « sous le radar ». On peut s’en réjouir ou pas, mais c’est le constat actuel, chaque jour, des dizaines de satellites prennent des images au-dessus de nos têtes pour le suivi des catastrophes, du changement climatique, des trafics maritimes ou terrestres, de la pollution, de l’utilisation des terres émergées, etc …

Images de couverture :

Wikipédia +

Photo par l’un des satellites Pléiades du porte-conteneur Ever-Given le 25 mars 2021 (crédit CNES / distribution Airbus Space)

Publicités

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.