Pluton, Charon et Hydra : les images de New Horizons dévoilées le 15 juillet

Ce 14 Juillet 2015, la sonde « New Horizons » de la NASA, a réalisé un survol réussi de la planète naine Pluton

Le signal attendu de confirmation de la bonne santé du vaisseau spatial après son survol au plus près de la planète, a bien été reçu au Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory (APL) dans la nuit du 14 au 15 juillet (14 juillet au soir pour l’APL) :

En raison de la distance qui sépare la sonde de la Terre (environ 5 milliards de km) et de la faible puissance de transmission des signaux, il faudra plusieurs semaines pour que les images à haute résolution soient téléchargées sur Terre puis analysées par les scientifiques.

Des images de Pluton, Charon et Hydra de plus en plus précises

La NASA a toutefois dévoilées ce 15 juillet quelques images avec une résolution sans précédents de Pluton et de quelques unes de ses lunes :

La lune Charon par New Horizons prise le 13 juillet à 466000 km de distance (Image Credit: NASA-JHUAPL-SwRI)

La lune Charon par New Horizons photographiée le 13 juillet à 466000 km de distance (Image Credit: NASA-JHUAPL-SwRI)

Sur cette image (compressée pour réduire sa taille pour une transmission « rapide » sur Terre) aux détails remarquables de la plus grosse lune de Pluton, on peut y voir des falaises et des creux sur environ 1000 km de gauche à droite, ce qui suggère une fracturation généralisée de la croûte, probablement le résultat de processus internes. En haut à droite, le long du bord courbe de la lune, il y a un canyon estimé entre 7 à 9 kilomètres de profondeur. (source NASA)

Les scientifiques de la mission sont surpris par le manque apparent de cratères sur Charon. 

Hydra, l’une des 5 lunes de Pluton avec Charon, est de petite taille : 43 x 33 km, et de forme irrégulière :

La lune Hydra photographiée par New Horizons à une distance d'environ 644000 km (Image Credit: NASA-JHUAPL-SwRI)

La lune Hydra photographiée par New Horizons à une distance d’environ 644000 km (Image Credit: NASA-JHUAPL-SwRI)

Cette image, même si elle semble peu lisible est tout de même de résolution 3 km par pixel.

Les observations indiquent que la surface de Hydra est probablement recouverte de glace d’eau. De futures images donneront peut être plus d’indices aux scientifiques sur la formation de cette lune et d’autres lunes, il y a des milliards d’années.

Des montagnes sur Pluton

Portion de Pluton photographiée par New Horizons le 14/07/15 à environ 777000 km, révélant des montagnes (Crédits: NASA / JHU APL / SwRI)

Portion de Pluton photographiée par New Horizons le 14/07/15 à environ 77000 km, révélant des montagnes (Crédits: NASA / JHU APL / SwRI)

Cette nouvelle image de la région équatoriale près de la forme en « coeur » de Pluton, désormais baptisée Tombaugh Regio en hommage à l’astronome américain Clyde Tombaugh qui découvrit Pluton en 1930,  montre une chaîne de montagne avec des pics s’élevant à environ 3500 mètres d’altitude. Elles pourraient être la trace d’une planète encore active géologiquement, ce qui remet en question quelques théories scientifiques car cette planète est très éloignée du soleil et en raison de sa petite taille, aurait dû se refroidir rapidement.

Ces montagnes ont été surnommées officieusement « Montes Norgay » en hommage à Tensing Norgay, l’un des deux premiers hommes avec Edmund Hillary  à atteindre le sommet du mont Everest en 1953.

« Ceci est l’une des surfaces les plus jeunes que nous ayons vu à ce jour dans le système solaire« , a déclaré Jeff Moore, de l’équipe « Géologie, Géophysique et Imagerie » (GGI) du NASA’s Ames Research Center en Californie. Selon un autre scientifique du GGI, Bill McKinnon, « bien que le méthane et la glace d’azote couvre une grande partie de la surface de Pluton, ces matériaux ne sont pas assez forts pour construire les montagnes. Au lieu de cela, un matériau plus rigide, de la glace d’eau probablement, a créé les pics ». (source NASA)

Cette image a été prise par la sonde depuis une distance encore relativement lointaine par rapport à sa distance de survol « au plus près » de 12500 km. Les images à venir nous réservent encore d’autres surprises, avec des vues étonnantes des ces mondes lointains. A suivre !

Une vidéo intéressante nous montre l’évolution de l’image de Pluton, et c’est pas finit !

Pour compléter, lisez l’article d’Enjoy Space : « Un nouveau regard sur Pluton et Charon« 

Et retrouvez tous les articles sur Pluton et New Horizons dans le dossier dédié « Pluton-New Horizons« 

4 réflexions sur “Pluton, Charon et Hydra : les images de New Horizons dévoilées le 15 juillet

  1. A noter qu’au moins deux des principaux responsables de la mission « New Horizons » furent, il y a quelques années, candidats astronautes pour la NASA.

    S. Alan Stern fut semi-finaliste pour le groupe 16 (1996).
    Catherine B. Olkin fut semi-finaliste pour le groupe 19 (2003-04).

    Comme quoi les vols habités et les vols automatiques que sont les missions interplanétaires ne sont pas incompatibles… n’en déplaise à un ex-ministre de l’Ed Nat et de la Recherche bien connu pour son franc-parler mais qui a fait beaucoup de tort à nos astronautes, il se reconnaitra.

    Amitiés,

    Michel

  2. Après Ivan, Boris et moi… Après Vincent, François, Paul et les autres… Voici maintenant New Horizons, Dawn, Rosetta, Messenger et les autres !

    Ainsi donc, grâce à New Horizons, on peut savoir ce qui se passe à la surface du couple infernal Pluton-Charon, sans oublier les 4 petites lunes que sont Hydra, Nix, Styx et Kerberos.

    Grâce à Dawn, on peut savoir ce qui se passe à la surface de Vesta et de Cérès.

    Grâce à Rosetta et Philae, on peut savoir ce qui se passe à la surface de la comète Churyumov-Gerasimenko, dite « Tchouri » pour les intimes.

    Grâce à Messenger, on peut savoir ce qui se passe à la surface de Mercure.

    Grâce à quelques satellites militaires secrets (par définition), on peut savoir ce qui se passe sous la surface de notre bonne vieille Terre, jusqu’à 400 m de profondeur parait-il, et voire plus (c’est-à-dire moins) si affinités.

    C’est ainsi que l’on a découvert, un peu par hasard, des cités antiques oubliées recouvertes de végétation (forêt vierge) au fin fond de l’Afrique ou de l’Amérique du Sud, ou bien de sable dans certains déserts, en Egypte par exemple… mais ces satellites, encore plus perfectionnés que Hubble qui, il est vrai, a déjà 25 ans, comme le temps passe !… ont surtout eu pour but de découvrir de véritables villes souterraines sises en Russie (plus précisément en Sibérie, du côté de Perm, Oufa, Iekaterinbourg, Tcheliabinsk, Omsk, Novossibirsk ou Krasnoyarsk, entre autres), au Kazakhstan, en Chine, en Corée du Nord, en Iran, etc.

    Et l’on voudrait nous faire croire que l’on n’est pas capable de localiser, au mètre près, où se cachent de braves, gentils et courageux chefs terroristes qui ne veulent que le bien de l’humanité !… (et dont le seul tort serait de détruire quelques vieilles pierres, de violer puis trucider quelques femmes et de décapiter quelques enfants, rien de bien méchant, avouons-le !…)

    Allons donc ! Mon oeil ! comme diraient tous en choeur le rhinocéros (celui de l’histoire du chou de Bruxelles), le cyclope Polyphème, l’amiral Nelson qui mourut en vainqueur à Trafalgar à bord du bien nommé « Victory » (bien nommé pour les Rosbifs bien entendu, pas pour nous !…), le général Moshe Dayan (qui perdit son oeil par un tir français…) et le lieutenant Jean-Marie, celui pour qui quand il y a de la gégène, y a du plaisir et qui parlait toujours d’un certain général Bizarre… (- Je vous assure, mon lieutenant, vous avez dit Bizarre – Bizarre, Bizarre, moi j’aurais dit Bizarre, comme c’est étrange ! )

    Non seulement, je trouve que toute cette affaire est à la fois bizarre et étrange, incompréhensible, mais aussi qu’elle me semble bien louche, comme diraient Dalida et Joe Dassin pour ne nommer qu’eux.

    Tout ceci pour dire que quand on veut, on peut, mais que quand on ne veut pas, on ne peut pas !

    Il est vrai que Barack Obama n’est ni Franklin Roosevelt ni Harry Truman… (une petite bombinette et hop ! on n’en parle plus) et que les alliés d’un jour ne sont pas forcément ceux du lendemain, idem d’ailleurs pour les ennemis… Les renversements d’alliance sont vieux comme le monde ! Il y en a des exemples à foison à travers l’Histoire…

    Il y aurait encore beaucoup à dire mais ce serait trop long, hors sujet, politiquement incorrect et mal-pensant.

    Enfin, bravo tout de même, un grand bravo aux équipes de la NASA, de l’ESA et des autres agences spatiales impliquées dans ces merveilleuses missions qui nous démontrent que, si l’homme (?) est capable du pire, il est aussi capable du meilleur !

    Amitiés,

    Michel

  3. Pingback: Pluton, Charon et Hydra : les images de New Hor...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *