Photo du jour : Gaia vu depuis la Terre

Des images du télescope VST (Very Large Telescope Survey Telescope) de l’Observatoire Européen Austral (ESO) au Chili parues ce jour montrent le satellite Gaia à quelques 1,5 millions de kilomètres de la Terre

Deux images de gaia prises à environ 6,5 minutes d'intervalle, le 23 Janvier, par le télescope VST de l'Observatoire Européen Austral (source ESO/ESA)

Deux images de Gaia prises à environ 6,5 minutes d’intervalle, le 23 Janvier, par le télescope VST de l’Observatoire Européen Austral (source ESO/ESA)

La mission de Gaia est de faire carte 3D très précise des positions des étoiles de notre Voie Lactée. Mais pour répondre à cet objectif, les astronomes doivent également connaître la position exacte de Gaia dans le système solaire.

Heureusement, il est possible, même si ce n’est pas facile, d’observer Gaia en utilisant des télescopes au sol, grâce au pare-soleil, aux les structures comme les panneaux solaires qui reflètent la lumière du soleil. A 1,5 millions de kilomètre de la Terre, Gaia est environ un million de fois plus faible que ce qui est détectable à l’œil nu.

Pour mesurer la position et la vitesse de Gaia dans le ciel, un réseau de petits et moyens télescopes surveillent le vaisseau spatial sur une base quotidienne : c’est le GBOT. Cette information est introduite dans la reconstruction de l’orbite effectuée au Centre d’Opérations Spatiales de l’ESA (l’ESOC), ce qui donne une précision de 150m sur la position de Gaia et de 2,5 mm/s sur son mouvement.

Le VST est un télescope de 2,6 mètres avec une caméra CCD à 268 mégapixels : l’OmegaCAM.

le VLT Survey Telescope (VST) au Chili (source ESO)

le VLT Survey Telescope (VST) au Chili (source ESO)

Gaia a déjà été observé en décembre 2013 par le VST, très peu de temps après son lancement. Gaia est l’un des objets les plus proches jamais observés par le VST. Il est apparu précisément à l’emplacement prévu, soulignant une collaboration réussie entre l’astronomie spatiale et l’astronomie au sol.

Article rédigé à partir des 2 articles de l’ESO et de l’ESA :

« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *