Philae, le dernier espoir

Philae, l’atterrisseur de la mission Rosetta, est toujours silencieux depuis le 9 juillet 2015 après un bref réveil. Depuis fin novembre, les équipes de l’ESA et du CNES ont tenté pourtant de reprendre le contact avec le lander [lire Bientôt des nouvelles de Philae ?]. Dans la nuit du 21 au 22 Décembre 2015, le récepteur sur Rosetta a été déclenché, mais l’analyse a montré que ce ne fut pas une transmission de l’atterrisseur.

« Malheureusement, le silence de Philae ne présage rien de bon », a déclaré Stephan Ulamec, le responsable de la mission Philae au DLR, l’agence spatiale allemande.

Dernière image reçue en novembre de l'atterrisseur de Rosetta, Philae, sur la surface de la comète 67P / Churyumov-Gerasimenko. L'un des trois pieds de l'atterrisseur est visible au premier plan. L'image est une mosaïque de deux images. (© ESA / Rosetta / Philae / CIVA)

Dernière image reçue en novembre de l’atterrisseur de Rosetta, Philae, sur la surface de la comète 67P / Churyumov-Gerasimenko.
L’un des trois pieds de l’atterrisseur est visible au premier plan. L’image est une mosaïque de deux images. (© ESA / Rosetta / Philae / CIVA)

Après être passée à mi-août au plus proche du Soleil, la comète 67P / Churyumov-Gerasimenko s’éloigne de notre étoile et les températures sont en baisse sur la surface de la comète, devenant trop basses pour l’électronique à bord du petit atterrisseur.

Une dernière tentative de reprise de contact à partir du 10 janvier

A partir du 10 janvier, l’équipe de l’atterrisseur va essayer une autre méthode pour déclencher une réponse de Philae : envoyer une commande, via Rosetta, pour tenter de mettre en marche la roue d’inertie de Philae. Ce gyroscope a assuré qu’il était stable au cours de sa descente le 12 Novembre 2014.

Si la commande est reçue et exécutée avec succès, l’espoir est que cela pourrait changer la position de l’atterrisseur.

« Au mieux,Philae pourrait secouer la poussière de ses panneaux solaires et mieux s’aligner avec le Soleil », explique le directeur technique Koen Geurts au centre de contrôle de l’atterrisseur du DLR.

image

Localisation de la roue à inertie dans Philae

L’équipe continue d’espérer que Philae n’est pas incliné ou trop couvert de poussière. Sur une comète active, qui éjecte du gaz et de la poussière dans l’espace, l’atterrisseur n’est pas dans un endroit particulièrement sûr.

À la fin de Janvier, 67P / Churyumov-Gerasimenko sera à plus de 300 millions de kilomètres du Soleil. Une fois que la température sera descendue en dessous de -51°C, l’atterrisseur ne pourra plus fonctionner.

 

L'orbite de la comète 67P et de la sonde Rosetta autour du Soleil. La ligne rouge représente cette orbite entre le périhélie et le 09/01/16 qui montre l'éloignement progressif de la comète (source ESA)

L’orbite de la comète 67P et de la sonde Rosetta autour du Soleil. La ligne rouge représente cette orbite entre le périhélie et le 09/01/16 qui montre l’éloignement progressif de la comète (source ESA)

L’unité de communication sur Rosetta restera toujours allumée et continuera à écouter Philae au-delà du mois de janvier.

La mission de Rosetta se poursuivra jusqu’à la fin de Septembre 2016.

Rosetta tente de communiquer avec Philae (credit ESA)

Rosetta tente de communiquer avec Philae (credit ESA)

Source principale de l’article Philae status report : “Time is running out”

Tous les articles sur Rosetta et Philae

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *