Les Nuages de Magellan par Gaia

Lors de la publication de la deuxième édition enrichie du catalogue de la mission Gaia [Gaia : l’astrophysique fait un bond en avant avec le second catalogue], des images des Nuages de Magellan inédites.

Ces 2 galaxies voisines de notre Voie Lactée ont été représentées par ces 2 images grâce aux données de la mission Gaia :

Le petit nuage de Magellan, l’une des galaxies les plus proches de notre Voie Lactée, vu par le satellite Gaia de l’ESA en utilisant les informations de la deuxième publication de la mission. Cette vue n’est pas une photographie mais a été compilée en cartographiant la quantité totale de rayonnement détectée par Gaia dans chaque pixel, combinée avec des mesures du rayonnement pris à travers différents filtres sur le satellite pour générer des informations de couleur. En bas à gauche de la galaxie est le groupe globulaire 47 Tucanae. Les pixels sombres au centre de cette grappe sont un artefact. Ils ont été produits parce que la densité des étoiles dans cette région était trop élevée pour que Gaia puisse les scanner et les transmettre. Credit ESA/Gaia/DPAC

 

Chaque point blanc est au moins une étoile. Plus le point est brillant, plus il y a d’étoiles observées par Gaia.

Le grand Nuage de Magellan est représenté par presque 8 millions d’étoiles.

Le Grand Nuage de Magellan, l’une des galaxies les plus proches de notre Voie Lactée, vu par le satellite Gaia de l’ESA en utilisant les informations issues de la deuxième publication de données de la mission. Cette vue n’est pas une photographie mais a été compilée en cartographiant la quantité totale de rayonnement détectée par Gaia dans chaque pixel, combinée avec des mesures du rayonnement pris à travers différents filtres sur l’e satellite pour générer des informations de couleur. L’image est dominée par les étoiles les plus brillantes et les plus massives, qui surpassent largement leurs homologues plus faibles et moins massives. Dans cette vue, la barre du grand Nuage de Magellan est détaillée, avec des régions individuelles de formation d’étoiles comme la Nébuleuse de la Tarentule (30 Doradus), visible juste au-dessus du centre de la galaxie. Credit ESA/Gaia/DPAC

Les performances de Gaia et la multitude de données collectées ont permis de déterminer le sens de rotation du grand Nuage de Magellan (dans le sens des aiguilles d’une montre) :

Le Grand Nuage de Magellan, l’une des galaxies les plus proches de notre Voie Lactée, vu par le satellite Gaia de l’ESA en utilisant les informations issues de la deuxième publication de données de la mission. Cette image combine la quantité totale de rayonnement détectée par Gaia dans chaque pixel avec des mesures du rayonnement pris à travers différents filtres sur le satellite pour générer des informations de couleur. L’information sur le mouvement propre des étoiles, leur vitesse à travers le ciel, est représentée par la texture de l’image. En mesurant le mouvement propre de plusieurs millions d’étoiles dans le grand Nuage de Magellan, les astronomes ont pu voir une empreinte des étoiles tournant dans le sens des aiguilles d’une montre autour du centre de la galaxie. La technique de traitement d’image utilisée pour créer cette image est appelée Line Integral Convolution. Credit ESA/Gaia/DPAC

Bonus : La Voie Lactée en couleurs et à 360°

Vue de Gaia de tout le ciel de notre galaxie de la Voie Lactée et des galaxies voisines, basée sur des mesures de près de 1,7 milliard d’étoiles. La carte montre la luminosité et la couleur des étoiles observées par le satellite de l’ESA dans chaque partie du ciel entre juillet 2014 et mai 2016. Les régions plus claires indiquent des concentrations plus denses d’étoiles particulièrement brillantes, tandis que les régions plus sombres correspondent à des zones moins lumineuses. La représentation des couleurs est obtenue en combinant la quantité totale de lumière avec la quantité de lumière bleue et rouge enregistrée par Gaia dans chaque parcelle du ciel. La structure horizontale brillante qui domine l’image est le plan galactique, le disque aplati qui héberge la plupart des étoiles de notre galaxie. Au milieu de l’image, le centre galactique apparaît vivant et grouillant d’étoiles. Les régions les plus sombres du plan galactique correspondent aux nuages ​​de gaz et de poussière interstellaires, qui absorbent la lumière des étoiles situées plus loin derrière les nuages. Beaucoup d’entre eux dissimulent des pépinières stellaires où naissent de nouvelles générations d’étoiles. Parsemés à travers l’image, il y a aussi de nombreux amas globulaires et ouverts – des groupes d’étoiles maintenus ensemble par leur gravité mutuelle, ainsi que des galaxies entières au-delà des nôtres. Les deux objets brillants en bas à droite de l’image sont les Grand et Petit Nuages ​​de Magellan, deux galaxies naines en orbite autour de la Voie Lactée. Dans les petites zones de l’image où aucune information de couleur n’était disponible – en bas à gauche du centre galactique, en haut à gauche du petit Nuage de Magellan et dans la partie supérieure de la carte – une valeur de niveaux de gris équivalente a été assignée. Credit ESA/Gaia/DPAC

Pour en savoir plus, tous les articles du site sur Gaia et toutes les vidéos relatives à cette fabuleuse mission qui me tient particulièrement à coeur.

Une réflexion sur “Les Nuages de Magellan par Gaia

  1. Magnifique ! et encore bravo pour votre contribution à cette mission !

    ***

    A noter que Soyouz MS-14 sera lancé à vide (en tout cas sans équipage) à l’instar de ce que furent les Soyouz 2, 20, 34, T (ou T-1) et TM (ou TM-1). D’où un nouveau décalage dans la composition des futurs équipages.

    Par ailleurs, il n’y aura aucun vol commercial piloté en 2019. Si ça continue comme ça, ils seront reportés aux calendes grecques !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.